5° dimanche du Temps ordinaire B (Job 7, 1-4.6-7) (DiMail 199)

DiMail 199 (revu)

Job prit la parole et dit :
« Vraiment, la vie de l'homme sur la terre est une corvée, il fait des journées de manœuvre. Comme l'esclave qui désire un peu d'ombre, comme le manœuvre qui attend sa paye, depuis des mois je n'y ai gagné que du néant, je ne compte que des nuits de souffrance. À peine couché, je me dis : 'Quand pourrai-je me lever?'
Le soir n'en finit pas : je suis envahi de cauchemars jusqu'à l'aube. Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s'achèvent quand il n'y a plus de fil.
Souviens-toi, Seigneur : ma vie n'est qu'un souffle, mes yeux ne verront plus le bonheur. »

Traduction AELF

En ce 5° dimanche du temps ordinaire B, Job porte un regard pessimiste sur la vie humaine (Jb 7, 1-4.6-7).
Voici les quelques questions pour la 1° lecture de ce dimanche :
- A quoi puis-je comparer ma vie sur la terre?
- Qu’est-ce qui est une corvée pour moi?
- Qu’est-ce qui m’empêche de (m’en)dormir en paix?
- Quelle attention est-ce que je porte à mon repos et à mon sommeil?
- Dans quel état d’esprit se déroule ma vie?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Quel équilibre avons-nous trouvé entre nos vies professionnelle(s) et familiale?
- Dans quel état d’esprit nous couchons-nous? Comment aidons-nous nos (petits-) enfants à s’endormir en paix?

Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
- Quelle est la part de travail manuel dans mon travail?
- Dans quel état d’esprit est-ce que j’attends mon salaire?

Pour les disciples-missionnaires :
- Quelle parole d'espérance le Seigneur m'a-t-Il permis de dire dans une situation de souffrance, auprès d'un malade?
- Quand ai-je expérimenté la pauvreté et la simplicité de la prière alors que je me sentais abandonné(e), sas perspective, sans avenir?

Bonne semaine.
OJ+

Voir aussi le psaume 146 (147) [DiMail 568]
Voir aussi la 2° lecture (1 Co 7, 16-19.22-23) [DiMail 384]
Voir aussi l'Evangile (Mc 1, 29-39) [DiMail 57]

Lire aussi l'homélie "Celui qui voyage, enseigne, guérit et évangélise" (4.02.2018)

Lire aussi l'homélie "Réponse aux malades" (8.02.2015)

Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s'achèvent quand il n'y a plus de fil.

Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, ils s'achèvent quand il n'y a plus de fil.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog