27° dimanche du Temps ordinaire A (Isaïe 5, 1-7) (DiMail 182)

DiMail 182 (revu)

Je chanterai pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne.
Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de garde et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais.
Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n'ai fait ? J'attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu'elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu'elle soit piétinée. J'en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; j'interdirai aux nuages d'y faire tomber la pluie.
La vigne du Seigneur de l'univers, c'est la maison d'Israël. Le plant qu'il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici l'iniquité ; il en attendait la justice, et voici les cris de détresse.

Traduction AELF

En ce 27° dimanche du temps ordinaire A, Isaïe compare la relation de Dieu avec son peuple à celle d’un vigneron pour sa vigne (Is 5, 1-7).
Voici les quelques questions pour la 1° lecture de ce dimanche :
- Comment Dieu prend-il soin de moi? Comment s’occupe-t-Il de moi? de ceux que je connais?
- Quels beaux fruits ai-je déjà produits?
- Quels sont les fruits mauvais auxquels Dieu ne s’attendait pas?
- Quand ai-je déçu quelqu’un qui attendait beaucoup de moi? Qu’attendait-il/elle de moi?
- Quelle a pu être la conséquence de ces mauvais fruits dans ma relation avec Dieu ? avec les autres ? avec moi-même?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Quelle(s) chanson(s) a/ont été importante(s) dans notre rencontre? Dans les paroles de quelle(s) chanson(s) nous reconnaissons-nous?
- Quelle(s) dimension(s) nouvelle(s) la relation du bien-aimé à sa vigne nous fait-elle découvrir ou renouveler dans notre relation conjugale?

Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
- Dans quel(s) projet(s) où je me suis beaucoup investi(e) m’a finalement déçu(e)?
- Qu’est-ce que j’en attendais de bon? Qu’est-ce qui est finalement arrivé auquel je ne m’attendais pas?

Pour les disciples-missionnaires :
- Quels sont les moyens et les personnes dont le Seigneur s'est servi pour me permettre d'être un sarment qui porte de beaux raisins pour sa plus grande gloire?
- Quel est l'essentiel parmi les 5 - formation, prière, fraternité, service et témoignage - qui me limite et pour lequel je dois demander la grâce du Seigneur pour progresser et grandir cette année?

Bonne semaine.
OJ+ 

Voir aussi le psaume 79 (80) [DiMail 549]
Voir aussi la 2° lecture (Ph 4, 6-9) [DiMail 362]
Voir aussi l'Evangile (Mt 21, 33-43) [DiMail 39]

Lire l'homélie "Celui qui donne" (8.10.2017)

Lire l'homélie "Un autre peuple" (5.10.2014)

Il en attendait de beaux raisins

Il en attendait de beaux raisins

Le thème de la vigne traverse toute la Bible, depuis celle de Noé (Gn 9,20) jusqu’au Nouveau Testament où Jésus se désigne lui-même comme la vraie vigne (Jn 15, 1-17), en passant par l’exploration des hébreux en Canaan (Nb 13, 17-25), le Psaume 80, les prophètes Isaïe (27, 2-5) et Ezéchiel (15, 1-8 ; 17, 8-10), et les 3 paraboles du Royaume de Dieu que nous entendons ces derniers dimanches (Mt 20, 1-16 ; 21, 28-31 ; 21, 33-41). Pour expliquer sa relation avec ses disciples, Jésus va jusqu'à se comparer à la vraie vigne (Jn 15, 1-8). La culture de la vigne est en effet importante en Palestine et nécessite l’attention et le travail du vigneron tout au long de l’année.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog