Dans l'adversité Homélie 2013.11.17 33° dim TO C

Dimanche 17 novembre 2013 33°dim TO C St Pierre St Paul de Colombes

Dans l’adversité …

Ancienne église St Pierre St Paul de Colombes (92)Quand nous passons à chaque fois au carrefour où l’ancienne église a été détruite pour élargir le carrefour, avant que ne soit construite celle-ci, nous pouvons nous dire que, comme pour les pierres du Temple de Jérusalem, il y a ce qui passe, et il y a ce qui ne passe pas : le Seigneur.

 Avion de Guillaumet retrouvé dans les AndesQu’est-ce qui fait tenir dans les vents contraires, dans l’adversité ? Dans Terre des hommes, St Exupéry raconte comment Guillaumet, son ami aviateur, perdu dans les Andes où son avion s’est écrasé, a marché plusieurs jours, dans la neige et le froid, au bord de l’épuisement, sans nourriture, affreusement seul.  Malgré les chutes, il se relève et continue et se dit en lui-même : « si ma femme croit que je vis, elle croit que je marche. » Quand il fut enfin retrouvé, après avoir repris des forces, il dit : « ce que j’ai fait, jamais aucune bête ne l’aurait fait ! »

Qu’est-ce qui a permis au journaliste Jean-Paul Kaufmann de tenir lorsqu’il était otage au Liban pendant plusieurs années ? Ce fut la lecture et la découverte de la Bible, lui qui n’était pas croyant, que cette expérience a fait devenir.

Dans 'Gravity', une scientifique (Sandra Bullock) est catapultée dans l'espace, seuleDans le film ‘Gravity’ (A. Cuaron) où une scientifique, venue réparer un satellite, se trouve catapulter dans l’espace, loin de la navette spatiale qui pouvait la ramener à terre, avec sa réserve d’oxygène qui diminue progressivement, dangereusement. Seul, sans secours à attendre d’autres cosmonautes, qu’aurions-nous fait à sa place ? A quoi va-t-elle se raccrocher ? A un moment, alors qu’elle a déjà connu une épreuve grave, elle voudrait prier, s’adresser à Dieu. Mais elle ne trouve pas les mots. « Personne ne m’a appris », dit-elle. Désabusée. Lâchant tout. Quel est l’ultime doute que l’athée ou le non-croyant peut avoir dans une telle situation extrême : « Et si, finalement, Dieu existait … Lui seul peut encore faire quelque chose pour moi ! »

 

Jésus est dans le Temple de Jérusalem. Il ne cherche pas à raconter par avance ce qui va arriver. Il veut insuffler la force de tenir la tête haute au milieu des épreuves, à continuer à vivre dans la foi en Dieu malgré les difficultés. Tenez, pensons à ce que vivent les Philippins qui ont tout perdu, qui n’ont pas d’eau ni d’électricité depuis une semaine. Leurs maisons sont détruites. Et combien de morts dans les familles ? Que leur reste-t-il ? Rien ! Tout est à reconstruire.

le père Georges Vandenbeusch, du diocèse de NanterrePensons au père Georges Vandenbeusch de notre diocèse qui a été enlevé au Nord Cameroun, mercredi soir dernier. Il n’a sûrement pas pu emporter beaucoup de choses avec lui. A-t-il pu prendre avec lui une Bible ou son bréviaire ? Même si cela n’a pas été possible, il lui reste la prière, ses dix doigts pour le chapelet, des psaumes retenus par cœur à force de les prier jour après jour ! Que lui reste-t-il ? Dieu seul ! Et notre prière pour lui. Et notre prière pour la conversion de ses ravisseurs pour qu’ils puissent sortir de la logique dans laquelle ils se sont enfermés. Sans oublier la présence du Seigneur au plus intime, là où la liberté intérieure ne peut être atteinte. Nous n’oublions pas la promesse du Christ Jésus : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28,20) Et il peut à nouveau entendre dans son cœur ce que St Paul écrivait il y a presque 2000 ans : « J’en ai la certitude : ni la mort, ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur. » (Rm 8, 38-39)

 

Alors que Dieu est sorti de la tête, du cœur et de la vie de tant de personnes, alors que l’idée même de la venue de Jésus à la fin des temps y compris chez des chrétiens qui oublient ce que Jésus a annoncé et ce qu’ils disent dans le ‘Je crois en Dieu’ : « Il reviendra dans la gloire » (Nicée-Constantinople) Secours Catholique C’est pourtant dans les heures les plus sombres et aux jours d’épreuve, par exemple quand une lycéenne, une étudiante ou une femme découvre qu’elle est enceinte qu’elle décide courageusement de garder l’enfant alors que ses parents et/ou le père de l’enfant sont contre, elle a besoin d’être soutenue. Le slogan de cette année du Secours Catholique dont c’est la collecte annuelle « Aidons-nous les uns les autres » le rappelle. On considère souvent les aidants et les aidés, que ce soit à la Rampe, Dom’Asile, Maman Secours ou lors de maraudes du jeudi soir à Colombes. En réalité, c’est plus compliqué : ce n’est pas à sens unique, mais un échange de dons. Les aidants reçoivent aussi. Les aidés sont aussi capables de donner. Demandons à l’Esprit Saint de nous aider à susciter en chacun sa capacité d’être généreux.

Ml 3, 19-20a ; Ps 97 ; 2 Th 3, 7-12 ; Lc 21, 5-19

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog