De la guérison au salut Homélie 28° dim TO C (13.10.2019)

  • OJ+

Dimanche 13 octobre 2019 28° dim TO C St Pierre St Paul Colombes Messe des curieux

De la guérison au salut

dix lépreux viennent à la rencontre de Jésus

Alors qu'il monte vers Jérusalem, Jésus fait cette étonnante rencontre : dix lépreux viennent à sa rencontre. La lèpre est une maladie de peau qui déforme les membres, qui fait mourir, mais surtout qui est très contagieuse. C'est pourquoi, les dix se tiennent à distance de Jésus et des autres. Ils sont dix. En effet, seul, on se sent plus vulnérable, moins écouté. Rappelons-nous l'aveugle Bartimée que la foule veut faire taire (Mc 10, 46-52). Alors qu'à dix, ensemble, on est plus forts. On a plus d'audace, plus de courage. Et c'est ensemble qu'ils crient.

Messe des curieux à Colombes

Pour les curieux qui sont été invités à cette messe, vous avez peut-être hésité à venir en pensant que les autres se rendraient compte que vous ne connaissez pas les réponses ni les bons gestes, comme si c'était écrit sur votre front. Certains ont peut-être eu peur au dernier moment et ne sont pas venus. Pour vous qui êtes venus, et je vous en remercie, le plus important est de (ré-)apprendre ou de (re-)découvrir le sens des quatre parties de la messe, les paroles et les gestes. Vous êtes nombreux et nous nous en réjouissons. C'est cela l'entraide ! A vos côtés, se tiennent les personnes qui vous ont invités !

Les lépreux crient ensemble vers Jésus : Jésus, maître, prends pitié de nous ! C'est une demande, une prière, même si elle n'est pas explicite. "Fais quelque chose pour nous" lui demandent-ils. Jésus les envoie voir les prêtres qui sont à Jérusalem, au Temple, pour observer la guérison des malades et les autoriser à réintégrer la communauté des croyants. Or, ils y vont alors qu'ils ne sont pas guéris. C'est en cours de route que cela se passe. Ils y vont car ils croient en Jésus, ils lui font confiance. Ils sont pleins d'espérance. Leur mise en mouvement exprime leur confiance qui est d'autant plus grande. Nos amis curieux ont aussi accepté l'invitation en faisant confiance à ceux qui les invitaient, en espérant qu'ils sortiraient en en sachant plus en partant qu'en arrivant.

le général syrien Naaman, lépreux, se plonge sept fois dans le Jourdain

Ce que Jésus leur a demandé n'était pas difficile. Pourtant, ils l'ont fait. Ce qu'Elisé avait demandé au général syrien Naaman qui était aussi lépreux était aussi simple : se plonger sept fois dans le Jourdain. Après avoir essayé différentes solutions sans résultat, il s'est dit qu'il lui restait encore une solution auprès des juifs. Pourtant, lui qui avait remporté tant de victoires, lui qui était physiquement si fort, il a été déçu. Il voulait qu'on lui demande davantage. C'était trop facile et il ne voulait pas le faire, jusqu'au moment où un jeune garçon lui a suggéré de commencer par ce qui est simple avant de passer à autre chose. Et il l'a fait dans le Jourdain, plusieurs siècles avant que Jean le Baptiste ne le propose à ses contemporains en signe de conversion des péchés pour se préparer à la venue du Messie. Alors, nous aussi, quand le Seigneur nous demande de faire quelque chose qui semble facile, commençons par le faire.

Jésus les lépreux guéris dont le Samaritain qui revient

Sur les dix guéris, il n'y en a qu'un qui revient voir Jésus. Et les neuf autres? St Luc ne nous dit rien. Sont-ils allés effectivement jusqu'à Jérusalem jusqu'au Temple, voir les prêtres, pour respecter la Loi? Ou sont-ils rentrés chez eux directement? Pour celui qui est rentré voir Jésus, sans respecter la Loi, l'évangéliste utilise des expressions très fortes : a) en glorifiant Dieu à pleine voix. Il a rendu gloire à Dieu pour ce qu'Il avait fait pour lui. La gloire de Dieu, "kavod" en hébreu, c'est ce qui appartient en propre à Dieu, sa divinité, ce qui a du poids, de la densité, comme le rocher dont parle un psaume : "le Seigneur est mon rocher" (Ps ). b) en rendant grâce. autrement dit, en remerciant. Il reconnaît ce que Dieu a fait pour lui gratuitement. Il exprime donc sa gratitude. Comme nous le ferons tout à l'heure dans l'Eucharistie, le mot grec. c) il se jette face contre terre. C'est l'attitude d'adoration qui exprime un immense respect. C'est pour lui, une manière une manière de prier et d'exprimer sa foi avec son corps.

Cet événement se situe entre deux régions au nord de la Judée : entre le nord de la Samarie et le sud de la Galilée. Les Samaritains ont en commun avec les juifs de n'avoir que les cinq premiers livres de la Bible, la Torah, le Pentateuque. Celui qui est guéri est un étranger. Les dix sont guéris physiquement. Leur peau est redevenue normale.

Relève-toi, va Ta foi t'a sauvé

A la fin, Jésus dit au Samaritain : Relève-toi, va, ta foi t'a sauvé ! Relève-toi. C'est le même verbe utilisé pour la résurrection de Jésus. Sois debout, un vivant ! Va, c'est un envoi. Il devient missionnaire. Il témoigne. Il est envoyé, comme chacun à la fin de la messe : "Allez dans la paix du Christ !" Ta foi t'a sauvé ! C'est la foi en Jésus Christ, mort et ressuscité, qui sauve. Il recrée le coeur blessé et celui qui blesse, par le pardon. Dans cette affirmation, nous comprenons que Jésus ne veut pas seulement le guérir mais le sauver.

En résumé, ils ont tous vécu une rencontre personnelle avec le Seigneur : a) le Samaritain qui a été guéri devenu croyant et est même sauvé ; b) St Paul qui a été retourné sur le chemin de Damas rappelle à Timothée que nous sommes morts avec lui, et qu'avec lui nous vivrons. C'est bien ce qui se passe au moment du baptême : nous sommes associés à la mort de Jésus pour ressusciter avec lui. c) Naaman guéri, sans toutefois pouvoir devenir juif, devient un craignant Dieu en choisissant de rendre un culte au Dieu d'Israël. d) Et nous comme disciples? Restons unis à Jésus le bon berger, grandissons en communion avec lui notamment en venant communier et en priant. Comme disciples, osons vivre intensément, profondément, totalement, pleinement, infiniment avec Jésus la joie de la rencontre entre nous, mais aussi avec les autres !

2 R 5, 14-17 ; Ps 97 ; 2 Tim 2, 8-13 ; Lc 17, 11-19

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog