Bonheur académie Homélie 6° dim TO C (17.02.2019)

Dimanche 17 février 2019 6° dim TO C St Pierre St Paul Colombes, Messe en Famille

Bonheur académie

Nous avons tous remarqué que tous les lectures sont construites sur des oppositions :

maudit soit l’homme qui met sa foi dans un mortel / béni soit l’homme qui met sa foi dans le Seigneur

heureux est l’homme qui se plaît dans la Loi du Seigneur / les méchants

Jésus est ressuscité des morts / il ne l’est pas

Heureux, vous / quel malheur pour vous.

Dans sa manière de présenter les choses, il y a déjà plus de 25 siècles, Dieu a inventé la publicité comparative, dans la Bible.

KFC, Burger Kingn Mac Donald's

Si je vous parle d’hamburgers, vous avez sûrement en tête une marque qui vous vient tout de suite, car c’est l’ambiance que vous aimez, un des menus qui vous plaît, etc. Gardez-la bien en tête. Au contraire, si je vous proposais d’aller dans un restaurant d’une autre marque, vous feriez sans doute la grimace, ou vous trouveriez sûrement une excuse pour ne pas y aller, même si on vous invite, même si on vous dit que les aliments sont bio, cuits dans moins d’huile, etc. D’accord ?

C’est un peu la même chose pour la vie et les choix que nous faisons. Très souvent, avant de connaître Jésus, on fait ce qui nous fait plaisir. On fait souvent comme les autres, comme le plus grand nombre car on se dit qu’ils ont forcément raison. On suit son ventre sans regarder l’étiquette et la composition des plats. En fait, on ne cherche pas à savoir si c’est équilibré, si c’est bien, juste, vrai, bon.

désert, pré d'herbe verte

Alors, quand on rencontre Jésus, qu’on se met à l’écouter, on se rend compte qu’il y a une autre voix qui nous parle. C’est une voix qui nous oblige à réfléchir car ce qu’il dit, c’est différent de ce qu’on fait naturellement, comme des évidences. Comme quand on est gardien de but au football ou au handball, il nous prend souvent à contre-pied. Et on se dit : Jésus fait-il exprès de dire le contraire de ce que j’aurais pensé seul ? Ou bien, si je reste seul, la boussole à laquelle je me fie ne me donne pas la bonne direction : alors que je pense marcher sur un chemin de vie, je me rends compte que je marche dans le désert, avec des pierres, des buissons secs, des squelettes. Au contraire, quand je commence à prendre au sérieux ce que Jésus dit, et surtout que j’essaie de le mettre en pratique, de le vivre, je vois que je marche sur un pré d’herbe bien verte, près d’un ruisseau où je sais que je pourrai toujours y boire, m’y arrêter, me reposer à l’ombre d’un arbre vert dont les racines viennent plonger aussi dans l’eau qui rafraîchit et désaltère. En fait, Jésus est un guide qui vient nous dire qu’il y a deux types de promesses : les mirages d’un faux bonheur, et le vrai bonheur.

Pourquoi pouvons-nous faire confiance à Jésus ? Il a vécu ce qu’il disait et il disait ce qu’il vivait.

Alors qu’on nous dit : heureux les riches qui peuvent tout acheter, qui sont les plus forts, qui écrasent les autres, qui rient en se moquant des faibles, … Jésus nous dit au contraire :

heureux les pauvres, lui qui n’avait pas une pierre où reposer sa tête (Lc 9,58c),

heureux vous qui avez faim, lui qui a jeûné pendant 40 jours au désert alors qu’il aurait pu changer les pierres en pain (Lc 4, 3-4),

heureux ceux qui pleurent, lui qui a pleuré la mort de son ami Lazare (Jn 11,35) et près de Jérusalem (Lc 19,41) car il n’était pas accueilli par ceux auxquels il était envoyé en premier,

heureux ceux que les hommes rejettent et excluent, lui qui a été rejeté à Nazareth, trahi par Judas, renié par Simon-Pierre, rejeté par la foule de Jérusalem qui a préféré qu’on libère Barrabas (Lc 23,18). Il a vécu ce qu’il a dit.

Jésus est le chemin

Nous voyons donc que tous les choix n’ont pas les mêmes conséquences. Il y a des paroles de vie et des paroles de mort. Il y a des gestes qui sauvent et relèvent et des gestes qui blessent, font mal et tuent. Il y a un chemin de vie et des chemins de mort (cf Dt 30,15). Sur lequel voulez-vous marcher ? Le chemin de celui qui a dit « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jn 14,6), derrière Jésus qui est un guide bon, sûr et qui ne trompe pas ? Avec d’autres disciples ? Ou préférez-vous marcher seuls, enfumés par des faux prophètes sur les sentiers avec des impasses, des ravins dangereux, des pièges qu’on ne voit pas, des mirages, avec des chaînes au pied et un boulet au bout qui vous empêche d’aller de l’avant ?

Par sa vie donnée comme un cadeau à Dieu son Père pour tous les êtres humains sur la croix, Jésus a ouvert un Chemin nouveau par sa résurrection : il peut couper nos chaînes. A chaque carrefour, il montre le chemin qui fait grandir et qui rend heureux. Quelque soit l’âge, ce n’est pas facile mais c’est possible avec l’aide de Jésus et des autres ! Choisissons Jésus et tressaillons de joie !

Jr 17, 5-7 ; Ps 1 ; 1 Co 15, 12.16-20 ; Lc 6, 17.20-26

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog