Travailler en équipe Homélie 2012.05.20 7° dim Pâques B

Dimanche 20 mai 2012 7° dim Temps Pascal B St Pierre St Paul Colombes

Travailler en équipe

St Matthias choisi pour compléter le nombre des apôtresAvec l’Eglise, nous sommes dans ces 10 jours entre l’Ascension de Jésus et la Pentecôte où Dieu envoie son Esprit Saint sur les apôtres. C’est un entre-deux qui n’est pas facile à vivre. On pourrait avoir l’impression, d’une part, d’être abandonné par Jésus, et, d’autre part, d’être orphelin car on n’a pas encore reçu l’Esprit Saint promis. Est-ce pour autant que la vie s’arrête ? Non ! C’est le moment de trouver un 12° apôtre pour compléter la place laissée par Judas. Ce sera Matthias. Il faut travailler en équipe.

l'équipe divineL’équipe divine : Jésus n’était pas seul. Jésus de Nazareth était l’envoyé du Père. Sur les rives du Jourdain, le Baptiste a été témoin du St Esprit qui est descendu sur lui sous la forme d’une colombe, lors de son baptême. Et c’est en communion avec son Père qu’il parle, qu’il va à la rencontre de tant de blessés de la vie, des mal aimés de son temps, des exclus à cause de la maladie, du mépris ou du racisme, des a priori. Quand un sourd est guéri, c’est le Père qui soigne. Quand Jésus annonce le pardon des péchés, c’est son Père qui pardonne. C’est dans la force et la dynamique de l’Esprit Saint que Jésus est conduit au désert pour y vivre le combat contre l’adversaire. Jésus est le Messie. Jésus est le Christ. Il est Celui qui se laisse mouvoir de l’intérieur par le Souffle de vie et d’amour du Père.

 

L’équipe de Jésus : Jésus n’était pas seul. Jésus de Nazareth n’a jamais été seul. Jésus était un capitaine d’équipe. Il ne se déplaçait pas sans ses Apôtres. Dès le début, il les a choisis un par un. Il les a choisis dans la prière. Il les a choisis et formés. J’ai veillé sur eux. « Il en établit douze pour être avec lui et pour les envoyer […]. Il établit les Douze » nous dit Marc (3,14-16). Pourtant ils ne comprenaient rien. Ils faisaient obstacle à son contact avec les petits enfants et les femmes. Ils se disputaient souvent. Et pourtant. Et pourtant, il les a choisis. Choisis « pour être avec lui » et il les a envoyés en mission pour qu’ils fassent ce qu’il faisait lui et pour dire ce qu’il disait lui : « De même que Tu m’as envoyé dans le monde, moi aussi je les ai envoyés dans le monde ». La prière très théologique ne nous donne sans doute pas les paroles même de Jésus de Nazareth mais elle nous en livre totalement l’esprit. Comment ne pas être frappé en effet par la confiance inlassable que Jésus a eu en ses Apôtres ?

 

L’équipe-Eglise. Les apôtres n’étaient pas seuls. Ce jour-là, les frères étaient réunis au nombre d'environ cent vingt. Ils ne restent pas entre eux. Les disciples et amis de Jésus vivent ensemble. Les apôtres sont les envoyés du Christ dans le monde, « à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre. » (Ac 1,8) : De même que tu m'as envoyé dans le monde, moi aussi, je les ai envoyés dans le monde. Même si Jésus n’est plus présent à leur côté de façon visible, comme il marchait à leurs côtés sur les chemins de Palestine, il continue à être proche d’eux d’une façon nouvelle. Les formes de la communion avec lui sont multiples : communion fraternelle et avec Dieu : si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous. Communion amoureuse et divine : Dieu est amour : celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu en lui. Communion dans et par la Parole de vérité : Je leur ai fait don de ta parole, et le monde les a pris en haine parce qu'ils ne sont pas du monde, de même que moi je ne suis pas du monde. […] Consacre-les par la vérité : ta parole est vérité. […] Et pour eux je me consacre moi-même, afin qu'ils soient, eux aussi, consacrés par la vérité. Communion eucharistique aussi : nous avons reconnu et nous avons cru que l'amour de Dieu est parmi nous. Dieu est amour : celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu en lui.

 

Les baptisés ne sont pas seuls. Un chrétien qui s’isole, qui s’éloigne de la communauté où l’on accueille les autres comme des frères et des sœurs dans la foi, où l’on se reconnaît comme des pécheurs pardonnés, où est proclamée la Parole, où sont célébrés les sacrements, où l’on prie à plusieurs, où l’on prend le temps de remercier le Seigneur pour ce qu’il fait pour nous, où l’on cherche ensemble à comprendre ce qu’il veut dire à son Eglise et à l’humanité, où l’on est capable de prendre la tenue du serviteur dans l’humilité, où l’on peut entendre un autre point de vue que le sien et chercher ensemble ce qui fait grandir et vivre, oui, si un chrétien s’isole,comme un poisson qu'on sort de l'eau, alors sa foi s’étiole, son réservoir d’amour se vide, son espérance disparaît au profit de bien des philosophies en –isme coupées de Dieu.

 

Nous l’avons entendu dans la grande prière de Jésus, l’unité est importante : « Père saint, garde mes disciples dans la fidélité à ton nom que tu m’as donné en partage, pour qu’ils soient un. Un esprit d’unité dans la diversité des choix faits en conscience, notamment lors des élections passées et à venir. Un esprit de communion dans la diversité des missions des membres du corps du Christ (cf 1 Co 12). Un esprit de paix et de concertation dans la vérité et la confiance. Tout le reste, en particulier tout esprit de clan et de domination qui cherche la division vient du diable.

 

Ac 1, 15-17.20a.c-26 ; Ps 103 ; 1 Jn 4, 11-16 ; Jn 17, 11b-19

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog