La messe n'est pas une fête gore Homélie 2012.06.10 St Sacrement Retour Frat

Dimanche 10 juin 2012 St Sacrement du Corps et du Sang du Christ B
Retour de FRAT de Lourdes St Pierre St Paul Colombes

 La messe n'est pas une fête gore

FRAT 2012 à Lourdes Nous sommes rentrés du FRAT de Lourdes il y a plus d’un mois et demi. Que gardons-nous de ce que nous avons vécu, de ce qui nous a été donné par le Seigneur et les autres ? Que gardons-nous de la joie de toutes les rencontres que nous avons vécues sur place ? Est-ce que notre manière de vivre des rencontres a changé ? Et notre rencontre avec Dieu ? Le récit de l’Evangile est un bon guide.

Une fête, ça se prépare !

            Pour la fête des pains sans levain, Jésus a anticipé la fête et la question des disciples. Il envoie deux disciples : « Allez à la ville ; vous y rencontrerez un homme portant une cruche d'eau. Suivez-le. Et là où il entrera, dites au propriétaire : 'Le maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?' Il vous montrera, à l'étage, une grande pièce toute prête pour un repas. Faites-y pour nous les préparatifs. » Les disciples partirent, allèrent en ville ; tout se passa comme Jésus le leur avait dit. C’est rare que Jésus prépare avec un tel soin. C’est dire l’importance qu’il accorde à son repas pascal.

Une fête, ça se vit à plusieurs.

La Cène : Jésus avec ses disciplesPour ce repas pascal, connu sous le nom de la Cène, Jésus ne le vit pas seul. Il est avec ses disciples, ceux qui ont vécu et marché avec lui. Dans les gestes qu’il fait avec le pain et la coupe de vin, il entre dans la continuité du Séder, le repas pascal juif dont le 1° eu lieu avant la fuite d’Egypte. Par contre, c’est avec les paroles qu’il prononce qu’il provoque une rupture, qu’il apporte une nouveauté : Prenez, ceci est mon corps. Puis : Ceci est mon sang, le sang de l'Alliance, répandu pour la multitude.

Lequel d’entre nous n’aurait pas aimé être présent, avec les disciples, au dernier repas de Jésus ? Alors qu’aucun d’entre nous n’y était, nous sommes ses invités chaque dimanche ! Pourquoi ? Parce que la foi ne grandit pas toute seule, mais elle se renforce et se nourrit avec d’autres croyants tout au long de sa vie, dans une équipe de chercheurs de Dieu, en venant prier avec d’autres, à la messe notamment le dimanche, et en se mettant au service du prochain que nous ne choisissons pas. Cependant, ce qui est dit est difficile à comprendre avec l’intelligence mais c’est plus facile avec le cœur. En effet, comment croire que l’Infini, que l’Invisible, que le Tout-puissant se rende présent dans du pain ? De quoi s’agit-il ? La Communion est un sacrement, signe de l’Amour de Dieu pour chacun et pour tous. Il crée une communion de chacun avec le Seigneur et de tous ensemble dans l’Eglise, dans l’espace et le temps.

Les 4 parties de la messe nous rappellent les 4 temps de tout déjeuner ou dîner entre amis. Quand on passe la porte, on entre dans le hall où l’on est accueilli. Puis on passe au salon pour discuter, échanger des nouvelles, parler de ce qu’on vit. Ensuite, on passe dans la salle à manger autour de la table pour le dîner, où les plats cuisinés favorisent l’amitié. A la fin, avant de se quitter, on part transformés par la rencontre des uns et des autres.

Dépasser les idées reçues sur la messe :

1) Vous pensez que la messe n’est jamais à l’heure qui convient. -> Or 7 messes différentes à Colombes, sans compter à Ste Marie des Vallées, à 5 créneaux horaires différents, en 24h00 : 2 le samedi à 18h30 à St Pierre St Paul et à St Bernard, le dimanche 1 à 9h00 à St Pierre St Paul, 1 à 10h à St Etienne St Henri, 2 à 11h00 à St Pierre St Paul et au Sacré Coeur, et 1 à 18h à St Pierre St Paul, la messe des jeunes.

Quelles sont mes priorités ? Qu’est-ce qui est accessoire et qu’est-ce qui est vital ? En ville, on a encore la chance de pouvoir choisir l’heure où nous voulons aller à la messe. Faudra-t-il qu’il attendre que l’on n’ait plus le choix pour mesurer notre chance actuelle ?

des rites pour la messe2) Vous pensez qu’à la messe, on s’y ennuie et que c’est toujours la même chose ! -> C’est vrai. Mais quand on prie à plusieurs, c’est rassurant de ne pas avoir à inventer à chaque fois. Quand on est très nombreux, avoir un déroulement permet à tout le monde d’avoir les mêmes repères et de savoir où on en est. Le chemin est bien balisé. Et en même temps, si tu venais deux ou trois dimanche de suite, tu te rendrais compte que, d’un dimanche à l’autre, les lectures et les prières changent. D’un dimanche à l’autre, tellement de choses ont changé dans nos vies que tous ces détails font que deux messes ne sont pas identiques.

pain et vin pour la messe3) Vous pensez que l’on pourrait prendre autre chose que du pain et du vin pour la messe, qu’on pourrait changer de contrat d’exclusivité avec les boulangers et les viticulteurs. => C’est vrai que le pain et le vin sont la base de repas dans beaucoup de pays du monde. Et c’était le cas déjà pour les juifs. C’était une partie du menu que le Seigneur, notre Dieu, avait donné aux hébreux lors de leur dernier repas en Egypte avant qu’ils s’enfuient pour être libérés et sauvés. Jésus a repris les mêmes ingrédients à la Cène. Et il nous a demandés d’en faire autant. « Faites cela en mémoire de moi »

4) Vous pensez que ceux qui viennent à la messe le font par hypocrisie, alors à quoi bon ? Cependant, aujourd’hui, les baptisés qui vont à la messe le dimanche sont tellement minoritaires, qu’ils le font par conviction. Il y a sans doute plus de personnes qui savent pourquoi et pour Qui ils y vont.

Finalement, la messe est un événement qu’il ne faut pas manquer. C’est le rendez-vous à ne pas manquer pour 4 raisons :

1) On a la chance de pouvoir choisir l’heure de la messe comme sa séance au ciné.

2) La messe, c’est l’antidote à la routine et à la sinistrose médiatique.

3) La messe, on n’y va pas seul, on s’y donne rendez-vous et on y retrouve ses amis et Jésus, l’ami qui nous veut du bien, car « Avec du pain et du vin, on invite ses amis. »

4) Venir à la messe, c’est pas ringard, Jésus nous y donne un vrai rencard.

C’est « Toi + moi et tous ceux qui le veulent. Allez, venez, et entrez dans la danse » (Grégoire Toi + moi) avec Jésus pour vivre son espérance ! En fait, si c’est si important d’y aller, c’est pas parce que ce serait obligatoire, mais parce que c’est vital. C’est incroyable : Dieu se donne à nous.

Ex 24, 3-8. Ps 115 ; He  ; Mc 14, 12-16.22-26

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog