Jésus, le bonheur du baptisé Homélie Toussaint (1.11.2014)

Samedi 1° novembre 2014 Toussaint St Etienne St Henri Colombes

Le bonheur du baptisé, c'est Jésus

canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II, le 27 avril 2014Avec la canonisation très médiatisée de Jean XXIII et de Jean-Paul II, en avril dernier, c’est-à-dire la reconnaissance de leur sainteté de leur vivant, l’Eglise pourrait donner l’impression qu’il n’y a que des évêques de Rome qui sont reconnus. Or, c’est aussi des religieux, des religieuses, des prêtres, mais aussi des couples ou des célibataires qui sont reconnus saints après une longue enquête auprès de ceux qu’ils ont connus. Et ce n’est pas le nombre des années qui compte. Je pense notamment à Chiara Luce Badano (1971-1990), une jeune italienne atteinte d’un cancer des os, qui a témoigné d’une foi lumineuse durant sa courte vie de 19 ans née en 1971, que l’Eglise fête le 29 octobre depuis 2010. C’est sans compter sur ces hommes et ces femmes qui ont été touchés par Jésus, dont la vie est à l’étude : Madeleine DelbrelClaire de Castelbajac, Madeleine Delbrel, cette femme qui déclarait à 17 ans que Dieu était mort et qui a vécu sa foi au milieu des gens ordinaires en milieu populaire et indifférent à la question de Dieu, ou encore Jacques Fesch (+ 1957), ce jeune père de famille qui a tué une personne lors d’une attaque de banque, et qui s’est converti en prison quelques mois avant de mourir guillotiné.

La sainteté n’est pas comme une récompense que l’on recevrait comme un prix littéraire. La sainteté est l’ordinaire de la vie du baptisé. Puisque « Dieu est amour » (1 Jn 4) et qu’il est Saint, et que son unique commandement rappelé par Jésus dans l’évangile dimanche dernier, est d’aimer Dieu et son prochain comme soi-même (Mt).

Un chanteur demande : « C’est quand le bonheur ? » (Cali, in L’amour parfait, 2003) Or, nous avons été créés par Dieu pour le bonheur. C’est une recherche qui oriente tout être humain, quelque soient son âge, son origine ou la manière de donner un sens à sa vie. Un autre chanteur adresse ce vœu lors d’une occasion particulière, comme un mariage : « On vous souhaite tout le bonheur du monde / Pour aujourd’hui comme pour demain / Que votre soleil éclaircisse l’ombre / Qu’il brille d’amour au quotidien. » (Sinsemilia)

Dieu notre Créateur veut le bonheur de chaque homme. Et ce bonheur nous le découvrons lorsque nous devenons ce qu’Il veut que nous soyons, quand notre cœur se dilate et commence à aimer comme Il aime, quand le Seigneur ajuste notre vie pour devenir ce à quoi Il nous appelle. Comment est-ce possible ? Il a plusieurs moyens disponibles, qui peuvent se conjuguer ensemble : le premier, c’est son Souffle de Vie qui demeure en nous, son Esprit qui nous sanctifie si nous coopérons et Le laissons conduire le bateau de notre vie ; le deuxième, c’est sa Parole de Vie, qui nous fait découvrir Celui qui nous a créés et qui nous maintient en vie, qui nous révèle son projet et comment faire sa volonté ; le troisième, ce sont les signes visibles de sa présence et de son amour célébrés dans son Eglise ; le quatrième, ce sont les autres par qui Dieu nous aide à grandir.

Pour un chrétien, le bonheur, c’est d’être toujours à la bonne heure, l’heure de Dieu, dans cet éternel présent où Dieu le Père nous engendre et nous fait exister comme ses enfants. Pour un chrétien, le bonheur, c’est quelqu’un, c’est Jésus. C’est le bonheur de Le connaître, d’être son ami jour après jour, lui qui n’enlève rien mais qui a tout donné, lui qui a vécu les Béatitudes, ces 9 heureux qu’il a prononcés au début de son premier discours, sur la montagne.

Entendons les conseils très concrets du Pape François pour être heureux : 1) se donner aux autres ; 2) se mouvoir avec bienveillance et humilité ; 3) jouer avec les enfants ; 4) passer ses dimanches en famille ; 5) prendre soin de la création ; 6) oublier rapidement le négatif ; 7) respecter ceux qui pensent différemment ; 8) rechercher activement la paix.

le bonheur, c’est simple comme un coup de filIl y a plusieurs années, on nous disait que « le bonheur, c’est simple comme un coup de fil ». Le baptême est comme l’ouverture de la ligne téléphonique sans fil avec le Ciel, avec un abonnement éternel et gratuit. Le Seigneur nous appelle. A certains moments, nous décrochons, nous écoutons, nous répondons. A d’autres moments, nous découvrons un message qui nous met le cœur en joie lorsque nous l’écoutons : ‘Je ne veux que ton bonheur. Pas un bonheur égoïste, qui se ferait au détriment des autres, mais un bonheur en étant connecté avec Moi et relié aux autres.’

Ap 7, 2-4.9-14 ; Ps 23 ; Mt 5, 1-12a

P. Olivier Joncour

Baptême d’Ombline B.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog