Ecoute attentive Homélie 2013.01.27 3° dim TO C

Dimanche 27 janvier 2013 3° dim TO C St Pierre St Paul de Colombes

Une écoute attentive

C’est le temps des commencements : dimanche dernier, c’était celui de la mission de Jésus dans l’Evangile de St Jean que nous entendions ! En effet, le premier acte public de Jésus invité aux noces de Cana (2, 1-11) s’était terminé par un double succès : non seulement, il avait donné aux autres invités du vin à partir de l’eau puisée par les serviteurs, mais ses premiers disciples crurent en lui à partir de ce premier signe.

Jésus, à la synagogue de NazarethAujourd’hui, juste après son baptême et ses quarante jours passés au désert où il fut tenté, Jésus, après quelques jours en Galilée où sa renommée se répand dans toute la région, rentre à Nazareth où il avait grandi. Et comme tout bon Juif, Jésus va à la synagogue le jour du sabbat pour prier et écouter la Bible.

Le temps de l’écoute

Esdras lit la Loi de Moïse sur la place de la Porte des eaux, à JérusalemC’est ce que fait le peuple à Jérusalem non pas au Temple mais sur la place située devant la Porte des eaux. Pourquoi sur une place publique ? Tout simplement parce que les juifs rentrés de l’exil à Babylone n’ont pas encore fini de reconstruire le Temple qui avait été détruit par l’armée de Nabuchodonosor.

la tradition orale avant une mise par écritA l’époque, au Moyen-Orient, dans une culture et une religion marquée par la tradition orale, il faut croire que les juifs avaient des qualités exceptionnelles pour écouter. En effet, ils ont écouté la lecture de la Loi, la Torah, les cinq premiers livres de la Bible juive, du lever du jour jusqu’à midi. Quelle capacité d’écoute, alors que nous trouvons que les lectures bibliques le dimanche sont parfois trop longues, ou qu’on a du mal à se concentrer sur chacune, alors que ce ne sont que des extraits ! Et encore, ce n’est pas tout ! Ecoutez bien comme cela s’est passé ! Esdras lisait un passage dans le livre de la loi de Dieu, puis les lévites traduisaient, donnaient le sens, et l’on pouvait comprendre. Pourquoi ? Bien des juifs, en exil, ne parlaient plus l’hébreu, - ce n’est pas la même génération que celle qui est partie de force à Babylone - et il fallait une traduction et une interprétation. C’est la même raison pour laquelle les évêques du Concile Vatican II ont demandé que les lectures bibliques de la messe soient lues dans la langue de chaque pays (Sainte Liturgie 36,2 ; 54) Sinon qui comprendrait l’Evangile s’il était proclamé dans la langue où il a été écrit, c’est-à-dire en grec.

Mgr Giraud, l'e-vêque des twitt homéliesA la synagogue de Nazareth, Jésus lit seulement un court passage du prophète Isaïe. Et son commentaire et son interprétation sont plus courts que mon homélie. Tout dire en une phrase, on se croirait que Jésus avait déjà prévu d’écrire un SMS sur son téléphone portable ou un tweet sur internet. Ou aurait-il donner des idées à un évêque français, Mgr Giraud (évêque de Soissons) qui publie chaque jour ses "twitt homélies" (sous le pseudo @mgrgiraud).

Jésus fait la démonstration de l’unité entre le Premier Testament et ce qu’il vit. En effet, cette Parole de l’Ecriture qui s’accomplit, ce n’est pas un événement en soi, mais c’est un homme, Jésus. Celui-ci, par son enseignement dans les synagogues des Juifs et plus tard par ses actes de puissance et de guérison en chassant l’esprit mauvais à Capharnaüm (Lc 4, 31-37). On comprend mieux alors pourquoi les évêques du Concile Vatican II ont voulu mieux le signifier dans la liturgie de la Parole de la messe, en choisissant, pour la première lecture, un extrait du Premier Testament qui annonce ce que Jésus dit ou vit dans l’Evangile de la messe du dimanche (cf SL 51).

Vivre de l'Esprit SaintFinalement, il y a deux points entre Jésus et nous : 1) Jésus, comme nous, avons été baptisés dans l’unique Esprit. Jésus s’est laissé conduire et faire par l’Esprit du Père, tant au désert pour les 40 jours qu’après en Galilée et pendant les 3 ans de sa vie publique. A nous aussi, à sa suite, de vivre de l’Esprit du Père, dans sa force et son dynamisme, chacun selon les dons reçus au service des autres. L’Esprit saint nous aide aussi à faire le lien entre la Parole de Dieu prononcée il y a plusieurs siècles dans une autre région du monde et dans un autre contexte historique, et notre vie de croyants dans l’Eglise aujourd’hui. 2) Jésus, comme nous, avons à écouter ce que Dieu veut nous dire pour aujourd’hui et lui répondre par la foi.

Ne 8, 1-6.8-10 ; Ps 18; 1 Co 12, 12-30 ; Lc 1,1-4 . 4, 14-21
P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog