Des cendres sur le front Homélie Mercredi des cendres (6.03.2019)

Mercredi des cendres 6 mars 2019 St PP et St EH Colombes

Des cendres sur le front

Des cendres sur le front (mercredi des cendres)

Si, après la messe, en sortant de l’église, quelqu’un vous croise dans la rue, dans l’escalier ou l’ascenseur et vous demande : « C’est quoi cette tâche sur le front ? » Allez-vous répondre « Ce sont des cendres qu’on m’a mises à l’église » ?

Alors, il y a ensuite plusieurs réactions possibles :

1. - Bizarre. Dans l’Église, vous n’avez pas des problèmes plus graves et plus importants à régler que de vous mettre des cendres sur le front ?

- C’est vrai, mais en même temps ; cela fait partie du processus de changement et d’amélioration.

- C’est-à-dire ? Je ne vois pas bien comment des cendres vont arrêter les problèmes ? Et puis, en plus, c’est sale. Beurk !

- Les cendres, c’est le rappel qu’on n’est pas grand-chose. La Bible dit : « tu es poussière et tu retourneras poussière » (Gn 3,19c)

- C’est la mort de l’Église que vous annoncez, alors, c’est ça ?

La puissance de la mort ne l'emportera pas sur l'Eglise

- Pas vraiment ! Jésus a promis à Simon-Pierre qu’il a choisi parmi ceux qu’il avait appelés à tout quitter pour le suivre, que même si la barque de l’Église traverserait des tempêtes, elle ne coulerait jamais ! « La puissance de la mort ne l’emportera pas sur elle. » ! (Mt 16,18b)

Fluctuat nec mergitur (devise de la ville de Paris, Ste Geneviève de Nanterre)

- Ah ouais, fluctuat nec mergitur !

- Ca veut dire quoi ?

- C’est la devise de la ville de Paris : elle flotte mais elle ne coule pas. En fait ton Eglise, c’est le phénix qui renaît de ses cendres ?
- Non pas tout ! Elle repose sur la foi en Jésus, mort et ressuscité !

 

2. - « Ah, oui bien sûr, les cendres ! Je me souviens, c’est ce que le prêtre nous mettait sur le front lorsque j’allais au caté dans mon enfance. »

- Et tu sais d’où elles viennent les cendres ?

- Ben non ! Et toi ?

- En fait, ce sont des branches de buis qui ont été bénies lors du dimanche des Rameaux où Jésus est entré sur un petit âne à Jérusalem qu’on brûle.

- Et cela fait des cendres. Mais ça doit brûler la peau.

- Mais non ! On les a laissées refroidir. Ensuite, on les a écrasées pour les étaler plus facilement sur le front.

imposition des cendres le mercredi des cendres (Carême)

- Très intéressant ! Et moi, si je suis pas baptisé, je peux recevoir des cendres ?

- Pourquoi pas, si tu t’y prépares ou si tu as envie de mieux connaître Jésus, car le prêtre et ceux qui l’aident disent : « Convertissez-vous et croyez à l’Evangile »

- C’est engageant, alors, comme démarche. C’est pas du théâtre. Ce n’est pas un rôle qu’on joue.

- C’est la vraie vie, effectivement ! C’est même la vie éternelle commencée depuis le grand plongeon dans l’eau bénite et dans la Vie du Père et du Fils et du St Esprit.

- On n’est vraiment pas comme dans les jeux vidéos où dès qu’on a perdu une partie, on a le droit de recommencer autant de fois qu’on veut.

 

Le Mardi gras, précède le Mercredi des cendres, premier jour du carême

3. - « Les cendres, bien sûr. Je savais bien que c’était le lendemain de Mardi gras et du carnaval où on se déguise. »

- On fait la fête car, après, commence une période plus sobre de 40 jours avec 3 essentiels : la prière pour nourrir notre relation avec Dieu, le partage pour retrouver le goût du don et la saveur de la relation avec les autres, et le jeûne ou la privation pour apprendre à nous décentrer de notre nombril. C’est cela vivre avec Jésus la joie de la rencontre !

- On ne dit pas « tu es poussière et tu redeviendras poussière. » ? C’est pas la joie on dirait. Cela ne donne pas vraiment envie ! Pas étonnant qu’on fasse souvent le reproche de la souffrance.

- Ce matin, j’ai entendu une personne dire : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu deviendras Lumière »

- C’est beau ! Cela me plaît !

face de carême : souriante, joyeuse, lumineuse

- Et nulle part, il est demandé d’avoir des visages tristes, des faces de Carême. Comme chrétiens, on se prépare à célébrer un événement qui donne de la joie : après la trahison de Jésus, son procès, sa condamnation à mort et sa crucifixion, le 3° jour, Il a été ressuscité par son Père et il est apparu à plus de 500 personnes qui le connaissaient avant ! Et ils étaient dans la joie : alors, cela doit se voir sur nos visages : soyons souriants, joyeux, lumineux.

- C’est top ! Je n’avais pas vraiment cela en tête !

rencontrer Jésus change la vie

- Et tu ne sais pas tout encore ! Le mieux, c’est de faire une vraie rencontre de Jésus qui a donné sa vie par amour pour tous et de se laisser conduire par l’Esprit Saint. C’est comme un feu d’amour.

- C’est de là que vient l’expression : « c’est du feu de Dieu » ?

feu sur lequel on a soufflé et les braises sont à nouveau rouges

- Peut-être. En tout cas, l'Esprit Saint réchauffe et fait brûler. C’est pourquoi il faut le laisser souffler sur le bout de bois que nous sommes : alors qu’on a l’impression qu’on est froid ou un tiède (cf Ap 3,15), avec un petit courant d’air continu, il écarte d’abord les cendres grises et vient faire à nouveau rougir ce qui semblait un charbon éteint.

- Et cela dure 40 jours ? C’est bien plus long que le Ramadan, en fait !

- Tu sais pour changer des habitudes bien ancrées, il faut du temps : au début, on pense qu’on y arrivera seul, et ensuite, pour durer, on se rend compte qu’il n’y a que l’aide de Dieu qui permet de durer, pour changer en profondeur et de façon durable !

- Pas de doute que pour Pâques, vous serez transformés, et que vous aurez grandi dans la foi et la joie d’être les enfants de votre Dieu « riche en miséricorde » ! (Ep 2,4).

Carême 2019 à Colombes : Grandir dans la foi des enfants de Dieu

Jl 2, 12-18 ; Ps 50 ; 2 Co 5,2 – 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog