Viens et prends ta place Homélie (25° dim TO B 23.09.2018)

Dimanche 23 septembre 2018 25° dim TO B St Pierre St Paul, Colombes. Messe de rentrée de l'Aumônerie des jeunes

Viens et prends ta place

Pour cette messe de rentrée, je retiens 3 aspects

1) Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera.

la passion et la mort de Jésus-Christ

Mesurons-nous totalement la portée et les conséquences de ce que Jésus disait ? C’est la 2° des 3 fois où Jésus annonce ce qu’il va vivre à Jérusalem. Nous devons aller au coeur de la foi, de notre foi de chrétiens, comme les 5° l’expérimentent si fortement pendant la retraite de préparation à la profession de foi. Et Dieu pourrait nous dire : « Je ne suis pas Celui que vous croyez. [...] Je ne suis pas un voleur de liberté. […] Tout ce que je fais c’est d’envoyer mon Fils mourir en votre nom, mourir dans un tel silence qu’on entendait rouler les dés des soldats qui se partageaient ses pauvres vêtements raides de poussière, de sueur et de sang. Mais ça, dit Dieu, cet esclave livide et gris, cloué, cet esclave qui vous a tant aimé, et même qui n’a aimé que vous, c’est quelque chose qui ne vous dit rien, c’est quelqu’un devant qui vous passez sans lever les yeux. Ce n’est pas cela que vous voulez de moi, ce n’est pas ce maigre petit juif et dérisoire, ce pauvre garçon presque nu, ce supplicié misérable que vous attendez de moi. Vous voulez que j’arrête vos guerres, que je fasse sauter vos amendes. […] Vous ne comprenez pas que je vous ai déjà tout donné ? Vous ne savez donc pas comme les Ténèbres ont tremblé quand mon Enfant [divin] s’est abandonné tout à fait, au point extrême de me demander, à moi son Père, pourquoi je l’avais abandonné ? Vous avez donc oublié que mon Fils déchiré avait, à son tour, déchiqueté la mort ? Et qu’il avait surgi du trou ignoble en vous tirant derrière lui ? Que voulez-vous de plus ? » (Didier Decoin Elisabeth Catez ou l’obsession de Dieu, p. 62-62).

2) Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille.

Commençons par accueillir les nouveaux : les 6°, les nouveaux arrivés à Colombes, les nouveaux inscrits à l’Aumônerie et en particulier ceux qui demandent à se préparer au baptême, les nouveaux animateurs, et enfin Annick , la nouvelle responsable de l’Aumônerie

L'accueil, c'est aussi pour les parents : comme l'an dernier, nous leur proposons de vivre au pied de la lettre ce que Jésus dit : Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. Bien sûr, cet enfant, ce n’est pas un bambin de 5 ans, c’est un collégien ou un lycéen entre 11 et 17 ans. Et même plus, pas un seul, mais une équipe de 8 à 10 jeunes, voire plusieurs équipes à l’arrivée étalée dans le temps ! A partir du 1° octobre. Comme nous l’avions fait l’an dernier dans les nouveaux locaux. Nous comptons sur vous

3) Ceux qui méditent le mal se disent en eux-mêmes : Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie

Stop au bashing, au cyber-harcellement, aux moqueries, ...

Celle ou celui qui fait le bien autour de lui donne de la joie à ceux qui en sont les bénéficiaires et peuvent donner des idées à ceux qui ne savent pas comment occuper leur temps de façon constructive, positive. Il vient aussi déranger et tourmenter ceux qui qui cherchent à diviser, à opposer les personnes les unes aux autres. Et c’est de là que commencent certaines persécutions. Sans être parfait, gardons le bien, la vérité, la bonté, la bienveillance comme horizon à la place du Nord de la boussole. Sur les réseaux sociaux, à la télévision, il y a une fascination pour tout ce qui est moquerie, on se vanne, pour les films violents, pour le bashing, pour le cyber-harcèlement sur internet, pour le harcèlement du plus faible, de celui qui ne sait pas se défendre dans la cour de récréation. Parce que nous savons tous très bien que les divisons et les conflits ne rendent pas heureux, demandons-nous de qui nous aurions intérêt de nous éloigner car cette personne ou ce groupe est basé(e) sur la jalousie, les rivalités, les divisions, ...

Dénonçons tous les abus : abus de pouvoir, abus de conscience, abus sexuels, abus de violence physique, morale ou psychologique. Soyons avec les victimes. Prends ta place avec d’autres pour être à leurs côtés d’abord pour prendre leur défense, pour les protéger de leurs agresseurs, pour en parler à des personnes adultes qui pourront agir. Dans toutes ce situations, ne gardons pas le silence sinon, un jour ou l’autre, les conséquences seront trop graves, ou il sera trop tard. Que ce soit pour nous ou quelqu’un d’autre que nous connaissons bien ou pas, demandons l’aide du Seigneur : Il nous aidera. Repensons à la prière du croyant persécuté, dans le psaume qui, à la fin écrivait : Dieu vient à mon aide, le Seigneur est mon appui entre tous. Mes amis, n’ayez pas peur du Bien, de faire le bien, de demander au Seigneur de vous aider à choisir le Bien, le beau, le vrai, la justice

Quand Jésus dit : Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous, il ne faudrait pas le comprendre que pour être un bon disciple de Jésus, il faudrait avoir les pires résultats de sa classe, être le plus nul. Non ! Il faudrait plutôt comprendre que ceux qui ont des facilités dans leurs études ne doivent pas chercher à écraser les autres par une forme de mépris, mais plutôt comment aider ceux qui sont moins de facilités pour les aider à progresser, pour les soutenir, pour les encourager en se mettant à leur place, en leur expliquant différemment, …

Viens avec Lui et prends ta place !

A toi qui penses que tu n’es pas assez bien ni digne d’être avec Lui, je te dis : Viens et prends ta place car Jésus a dit « Je suis venu pour les pécheurs et les malades. »

A toi que les autres ne veulent pas laisser une place, je te dis : Viens prends ta place. Nous t’attendions. Ici, tu n’as pas à jouer des coudes pour te faire une place.

A toi qui te dis que la vie est difficile, semée d’épreuves, de souffrances, je te dis : Viens avec Lui et prends ta place : il sait ce que c’est car il est passé avant toi et il est à tes côtés même si tu ne le reconnais pas tout de suite.

A toi qui penses que tu as fait de telles bêtises si graves que Dieu ne peut pas te pardonner ni continuer à t’aimer, je te dis : Viens avec Lui et prends ta place. Regarde jusqu’où Jésus a été te chercher et a donné sa vie pour toi sur la croix.

Sg 2, 12.17-20 ; Ps 53 ; Jc 3,16 – 4,3 ; Mc 9, 30-37

P. Olivier Joncour

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog