Unité de vie, libération et communion avec le Christ Homélie 4° dimanche temps ordinaire B (28.01.2018)

Dimanche 28 janvier 2018 4° dim TO B St PP Colombes

Unité de vie, libération et communion avec le Christ

En écoutant les différentes catégories de personnes dont parle St Paul dans l’extrait de la 1° lettre aux Corinthiens – les hommes et les femmes mariées, les célibataires, les consacrés, - on a l’impression d’une étude de marché, d’une segmentation d’une population donnée, comme en sociologie ou en marketing. Il manque la ménagère de moins de 50 ans, femme qui travail et qui cumulent plusieurs vies : de femme, d’épouse, de travail, de fille, de mère, d’amie. Si nous lisons le chapitre 7, nous voyons qu’il donne des conseils qui sont des avis personnels qui n’ont pas une forme catégorique qui s’impose.

Une société liquide où l'on ne peut prendre appui sur aucune base solide

On qualifie notre monde de « société liquide » (Z. Bauman) au sens où on ne peut prendre appui sur aucune base solide, où tout est flexible, fluctue, repose sur les choix individuels de consommation : c’est sans consistance, désorganisé. C’est l’ouverture à tous les possibles avec la prétention de ne vouloir renoncer à aucun. Comme chrétiens, vivant dans le monde, nous sommes aussi marqués par cet esprit du monde. Alors, comment pouvons-nous vivre une unité de sa vie ? Une unité de vie, alors que nous avons des vies morcelées, fragmentaires, éclatées, émiettées avec le risque de devenir des déchets, des vies dispersées, décomposées en plusieurs pôles. Comme des tiroirs qu’on ouvre les uns après les autres ! Il n’y a qu’en Jésus Christ que cela devient possible grâce à la prière qui nous permet de prendre du recul et de la hauteur sur ce que nous vivons.

Regardons ce qui se passe dans l’évangile. C’est à la suite de l’enseignement de Jésus dans la synagogue que l’esprit mauvais l’interroge. C’est à la suite de l’exorcisme, l’expulsion de l’esprit mauvais pour rendre sa liberté à l’homme que les témoins se demandent ce que cela veut dire, qu’est soulignée l’originalité de Jésus : Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. Jésus se démarque donc de ces contemporains.

Jésus fait sortir l'esprit mauvais de l'homme possédé

Alors que beaucoup cherchent à séparer et à isoler le corps, l’esprit et le coeur, Jésus nous montre que la libération concerne toute la personne, aussi bien le corps que l’âme. Plus qu’un combat qu’on pourrait qualifier de spirituel, entre l’esprit mauvais envoyé par l’adversaire de Dieu et l’Esprit Saint qui repose et guide Jésus, donc entre deux esprits opposés. D’un côté, un esprit qui transmet a peur, qui paralyse, qui enchaîne d’une manière ou d’une autre, qui rend esclave. De l’autre, l’« Esprit qui fait de nous des fils » (Rm 8,15), l’Esprit qui soutient, qui encourage, qui donne la force dans la faiblesse humaine, l’Esprit qui garde dans l’unité.

Faire sortir : rappelons-nous l’épisode précédent où Jésus venait d’appeler Simon et André pour les « faire devenir pécheurs d’hommes », autrement dit évangélisateurs, missionnaires de la Vie, porteurs d’une puissance qui relève et remet debout, envoyés au nom du Seigneur. « Pécheurs d’hommes » pour qu’ils sortent de l’eau qui symbolise les forces du mal et de la mort tous ceux que le Seigneur veut sauver.

Par la parole de Jésus qui est agissante et efficace, l’esprit mauvais est réduit au silence même s’il se débat encore. Même si nous savons que Jésus, par sa Passion, sa vie donnée, sa mort sur la croix dans un amour inimaginable a mis sous ses pieds la mort dans laquelle nous ont entraînés Adam et Eve, oui, même si nous savons que Dieu a relevé Jésus de la mort, qu’Il l’a rendu vainqueur, nous savons que la bête bouge encore. Retenons donc la bonne nouvelle, la victoire du bien sur le mal. « Nous arrachant au pouvoir des ténèbres, Dieu nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé. » (Col 1, 13). Une fois transférés, nous sommes maintenant sous l'autorité de Jésus-Christ.

Satan est un ennemi vaincu. Nous vivons entre la croix et la deuxième venue de Jésus. Satan a été désarmé et vaincu sur la croix, mais tente toujours de faire des dégâts. C’est un peu comme entre le Débarquement des Alliés en Normandie, le 6 juin 1944, et le jour de la victoire, le 8 mai 1945, le jour où la guerre fut véritablement gagnée. Les opérations de nettoyage ont continué pendant presque onze mois. Nous sommes dans la période des opérations de nettoyage, où Satan a perdu, mais peut encore faire des dégâts.

Enfin, dimanche prochain, nous entendrons Jésus dire qu’il lui faut partir ailleurs (cf Mc 1,38). Il ne veut pas se laisser enfermer ni « capturer » par un groupe. Nous aussi, nous devons sortir de notre zone de confort, de notre zone de sécurité, en faisant connaissance de nouvelles personnes, en créant de nouvelles amitiés.

addiction à l'alcool

Prions. Seigneur Jésus, Toi qui nous aide à réaliser l’unité de notre vie, viens libérer tous ceux qui sont sous l’emprise d’un esprit mauvais, dépendants ou esclaves d’une addiction à l’alcool, à la drogue, à la pornographie, et accompagne-nous lorsque nous sortons témoigner de ton message de grâce et de salut pour tous.

Dt 18, 15-20 ; Ps 94 ; 1 Co 7, 32-35 ; Mc 1, 21-28

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog