Sacrement de la foi et service Homélie Jeudi saint 2013.03.28

Jeudi saint 28 mars 2013 St Pierre St Paul Colombes

Sacrement de la Foi et service

Année de la foi et Diaconia 3013 : Servons la fraternitéQuel est point commun entre le service des autres et la messe ? En cette ‘Année de la foi’ et de la démarche vécue dans l’Eglise en France appelée ‘Diaconia 2013 : Servons la fraternité’, les extraits de la messe du Jeudi saint nous éclairent. Si le lavement des pieds des disciples par Jésus est un exemple de l’esprit de service, l’Eucharistie est le sacrement de la foi : « Il est grand le mystère de la foi ».

1) A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père. A l’heure où ...
Ce verset ouvre la seconde partie de l’Evangile de St Jean. Dans les chapitres 2 à 12, Jésus a posés des signes : à Cana, l’eau changée en vin au mariage (2, 1-12) et la guérison du fils du fonctionnaire royal (4, 43-54), la multiplication des pains (6), la guérison d’un aveugle-né (9), ... A l'hure où Jésus passait de ce monde à son PèreCette heure pour Jésus, dure en réalité plus de 60 minutes. Elle dure plusieurs jours. Elle comprend des moments sombres et d’autres, lumineux. Pour chacun de nous, c’est l’appel de vivre le moment présent, comme l’exprime ce texte retrouvé dans la poche d’une religieuse tuée en Algérie : « Vis le jour d’aujourd’hui, Dieu te le donne, il est à toi, vis-le en Lui. Le jour de demain est à Dieu, il ne t’appartient pas. Ne porte pas sur demain le souci d’aujourd’hui. Demain est à Dieu : remets-le Lui. Le moment présent est une frêle passerelle : si tu le charges des regrets d’hier, de l’inquiétude de demain, la passerelle cède et tu perds pied. Le passé ? Dieu le pardonne. L’avenir, Dieu le donne. Vis le jour d’aujourd’hui en communion avec Lui. »

2) Jésus se met à laver les pieds des disciples
laver les pieds salesAu temps de Jésus, on ne portait pas des chaussures, mais des sandales. En son temps, les routes n’étaient pas bitumées, mais c’était du sable ou des voies romaines en pierres. Dans son pays, il fait chaud, la poussière colle aux pieds. Un visiteur qui a marché se laisse accueillir pour se reposer. Et le lavement de pieds fatigués est un geste d’hospitalité, un bienfait pour celui qui en bénéficie.
Jésus lave les pieds de Simon-PierreEn Jésus, Dieu a touché et lavé les pieds des Douze. Il en a pris soin avant d’envoyer ses apôtres. Il n’a pas eu peur de les toucher, ni d’inverser les rôles. Le Maître et le Seigneur s’est le Serviteur. Quelques jours avant, déjà au cours d’un repas, Jésus n’avait pas eu peur de la liberté de Marie, la sœur de Marthe et de Lazare, qui lui avait versé un parfum de grand prix sur les pieds (Jn 12,3).
Jésus nous invite à suivre l’exemple qu’Il nous a donné. Tous ceux qui ont accepté de se faire laver les pieds ce soir vivent, d’une manière ou d’une autre, ce service soit au sein de notre paroisse, soit dans leur travail ou une association ou un organisme non confessionnel qui prend soin et s’occupe des autres. Et dans le service des autres, il ne s’agit alors pas tant de les choisir que de servir tous ceux qui en ont besoin. Autrement dit, il ne s’agit pas seulement de servir nos frères et sœurs chrétiens, mais tous les hommes. Autrement dit, l’Eglise n’est pas faite pour elle-même, mais pour être le signe visible de la tendresse et de l’Amour de Dieu pour tous. Pour tous. Ce n’est pas la logique d’un petit club de membres heureux de se retrouver et de vivre entre eux, mais celle de l’invitation sans limite.

3) Ceci est mon corps, qui est pour vous
Jésus est le cadeauJésus est dans la logique du don, de la gratuité. Aujourd’hui, le cadeau n’est pas dans un paquet emballé dans un beau papier. Non, le cadeau, c’est Jésus, en personne. Il est le cadeau de Dieu. Il est le cadeau qui se donne à nous. Il est le cadeau fragile qui vient changer notre vie. Il est celui qui donne sa vie. Il est aussi celui qui donne la vie, la vie de Dieu. Il est également celui qui nourrit la vie éternelle en nous par l’Eucharistie, notre vie pour les autres avec lesquels nous vivons, pour être le sel de la terre et la lumière du monde (Mt 5).

En conclusion, l’Eucharistie est le carburant divin qui nous permet d’aimer et de nous mettre au service des autres. Par la Communion, Dieu vient remplir notre réservoir d’amour pour aimer les autres.

Ex 12, 1-8.11-14 ; Ps 115, 1 Co 11, 13-16 ; Jn 13, 1-17

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog