Que devons-nous faire ? - Soyez dans la joie Homélie 2012.12.16 3° dim Avent C

  • OJ+
  • Homélies

Dimanche 16 décembre 3° dim Avent C St Pierre St Paul Colombes

- Que devons-nous faire ?

- Soyez dans la joie !

 

Après les deux premiers chapitres de l’enfance de Jean le fils de Zacharie et Elisabeth, et de Jésus dans l’évangile de St Luc, les ¾ du chapitre 3 sont consacrés à Jean, devenu adulte, dont nous avons écouté le début dimanche dernier. Le récit du baptême de Jésus suit le passage que nous venons d’entendre.

Que devons-nous faire ?Une même question revient trois fois Que nous fait-il faire ? par trois groupes différents qui sont venus se faire baptiser par Jean. D’abord la foule, ensuite, les collecteurs d’impôt et, enfin, les soldats. A chaque fois, Jean le baptiste répond, mais la réponse est personnalisée. Elle tient compte de la situation de chaque groupe. Il ne leur demande pas l’impossible. Rien ne concerne Dieu, mais seulement les relations avec le prochain : pour la foule : il demande le partage de ses vêtements et de la nourriture. Jésus y donnera avant sa Passion un écho à ceux qui auront accompli ce que le prophète a demandé : « j’avais faim et vous m’avez donné à manger, […] j’étais nu et vous m’avez habillé, » (Mt 25, 35a.36a). Pour les publicains et les soldats, celui qui prépare la venue du Messie leur demande de se limiter à ce qu’ils doivent faire, sans excès, sans abuser de leur pouvoir ni utiliser la force de leurs armes. Jésus y donnera, dans les béatitudes, un écho à ceux qui auront accompli ce que le prophète leur a demandé : « heureux les doux, ils obtiendront la terre promise, […] heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5, 4.9).

Aujourd’hui, d’autres groupes pourraient consulter le trait d’union entre la Première et la Nouvelle Alliance. Les banquiers demandent que devons-nous faire ? Jean pourrait leur répondre : arrêtez de lancer des produits financiers spéculatifs déconnectés du réel et de prêter à des taux d’intérêt déraisonnables.

Les gouvernants et les parlementaires demandent que devons-nous faire ? Jean pourrait leur répondre : défendez et protégez ceux qui sont en situation difficile et précaire, les sans-voix qui n’ont pas de lobby pour se faire entendre : aussi bien les 8,5 millions de personnes qui vivent sous le seuil de la pauvreté, que les enfants, dont ceux qui sont dans le ventre d’une femme, contre les désirs égoïstes de certains adultes, que les personnes en fin de vie à regarder comme des vivants jusqu’à leur dernier souffle.

Des paroissiens de Colombes demandent que devons-nous faire ? Jean pourrait leur répondre : Vous qui avez été baptisés dans l’Esprit Saint et le feu, renouvelez la grâce de votre baptême par le pardon que Dieu veut vous donner. Sommes-nous prêts au changement ? Croyons-nous suffisamment en Dieu qui peut nous relever et nous soutenir ? Le changement de regard et d’attitude permet une vraie libération.

la rencontre de Jésus donne la joieLa rencontre du Christ Jésus procure une vraie joie. Une joie profonde, indélébile. Dans les religions païennes, créations de l’esprit humain pour répondre aux questions auxquelles l’humanité ne savait pas répondre, les dieux sont des pères fouettards qui inspirent la peur. Au contraire, St Paul évangélise cette croyance chez les Philippiens venus du paganisme : Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. C’est donc une invitation inverse qu’il leur fait : Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie.

En conclusion, nous ne perdons rien en accueillant le Seigneur Jésus comme Marie l’a fait et tant de générations de croyants. Au contraire nous avons tout à gagner et à recevoir de Lui en laissant des mauvaises habitudes qui se sont installées de façon insidieuse dans notre vie et en adoptant une nouvelle habitude qui nous aide à agir de façon juste et bonne, avec l’aide de Dieu.

So 3, 14-18 ; Is 12 ; Ph 4, 4-7 ; Lc 3, 10-18

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog