Pas de crise du milieu de vie pour les pêcheurs galiléens Homélie 2013.02.10 5° Dim TO C

Dimanche 10 février 2013 5° dim TO C St Pierre St Paul de Colombes

Pas de crise du milieu de vie pour les pêcheurs de Galilée

Bien des transformations ont lieu dans ce récit. Les déplacements en préparent d’autres. Il s’agit de s’éloigner un peu du rivage, puis d’avancer au large, avant un changement de métier.

S’éloigner un peu du rivage

Pour éviter d’être écrasé par la foule, Jésus demande au pécheur dont il occupe la barque de s’écarter un peu du bord. On comprend ensuite que Jésus va surtout se servir de la barque comme d’une estrade d’où il va pouvoir parler et s’adresser à la foule. De la barque, il enseignait la foule.

Le cadre est bien moins solennel que la synagogue de Nazareth (Lc 4, 16-27). L’évangéliste St Luc n’a pas gardé le contenu de son discours. Pourtant, au premier rang de ses auditeurs, il y a le propriétaire de la barque. Et ce que Jésus a dit ce jour-là a tellement marqué qu’il a créé en lui un a priori favorable, une certaine forme de confiance en cet homme de la Parole.

Après la parole adressée à tous, surgit une parole personnelle, adressée à Simon :

Avance au large, et jetez les filets

Jésus lui demande de franchir une nouvelle étape : quitter la zone connue. Il fait appel à son courage. Il lui demande de faire preuve d’audace. A  nous aussi, Jésus donne l’ordre d’aller au large.

Simon apporte d’abord une objection, rationnelle. Cependant, il ne s’arrête pas là. A partir de ce qu’il venait d’entendre comme les autres, il ose. Il se dit qu’il n’a rien à perdre. Et ce qu’il va faire se base sur ce qu’il a vu : une foule non pas hypnotisée mais attentive, qui écoute, qui s’est laissée prendre. http://www.evangile-et-peinture.org/static/dossiers/img_jour/2010-02/20100207_v.jpgSimon obéit. Sur ton ordre. C’est la réponse de la foi. Et il est immédiatement récompensé : ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filaient se déchiraient. Sans rien faire, sans mérite. Simon fait les mêmes gestes que ceux qu’il a faits au cours de la nuit. Au peu de foi de Simon, Jésus oppose la surabondance de poissons.

Désormais, ce sont des hommes que tu prendras.

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51NVA549EXL._SL500_AA300_.jpgJésus commence à recruter son équipe. Ce qui est différent, c’est que les joueurs ne sont pas encore formés, ni entraînés. Ils ont tout à découvrir. Ils partent de zéro, d’autant plus que le métier n’existe pas et qu’il faudra tout inventer. Tout le travail est à faire. Pour réussir, pendant trois ans, Jésus se fait sélectionneur et devient entraîneur. Jésus, c’est l’homme des appels à la pelle.

En suivant Jésus, Simon, Jacques, Jean et les suivants vont devoir changer de plan de carrière professionnelle et renoncer à ce qu’ils faisaient jusqu’à présent. Quelle promotion pour la 2° partie de la vie ! Quelle capacité d’adaptation Dieu permet-Il à ces hommes que rien n’avait préparé à de si grands changements !

C’est ce qu’écrit aussi St Paul dans sa 1° lettre aux Corinthiens : je suis le plus petit des apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, puisque j’ai persécuté l’Eglise de Dieu. Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et la grâce dont il m’a comblé n’a pas été stérile.

Et c’est bien la formation qu’ils ont reçue de Jésus pendant trois ans et la grâce de Dieu qui a permis ces pêcheurs de poissons dans le lac de Génésareth de devenir des pêcheurs d’hommes en Galilée, à Jérusalem, dans l’empire romain et jusqu’aux extrémités de la terre (cf Ac 1,8). Après la Pentecôte, c’est bien l’Esprit Saint en eux qui leur a permis de témoigner de la Bonne Nouvelle de Jésus Sauveur, innocent mort crucifié, ressuscité par Dieu le Père. http://paroisse.lectoure.free.fr/images/aumon_hopital_g.jpgC’est bien « au nom de Jésus Christ » (Ac 3,6) que Pierre relèvera l’infirme de la Belle Porte. C’est bien ce même Esprit qui poursuit son œuvre aujourd’hui et qui prolonge la présence de Jésus auprès des malades à travers les bénévoles appelés dans les équipes d’Aumônerie dans les hôpitaux. A Colombes et ailleurs.

Is 6, 1-2a.3-8 ; Ps 137 ; 1 Co 15, 1-11 ; Lc 5, 1-11

P. Olivier Joncour

Dimanche de la Santé

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog