Noël au balcon, Pâques aux tisons Homélie Veillée pascale C 2013.03.30

Veillée pascale samedi 30 mars 2013 St Pierre St Paul Colombes

Noël au balcon, Pâques aux tisons

Feu de la veillée pascale en dehors de l'église- Père Olivier, c’est bizarre, tu ne trouves pas ? Avec le froid qu’il fait dehors, on a plus l’impression qu’on est à Noël qu’à Pâques. Je comprends pourquoi on a fait un feu au début. On avait vraiment besoin de se réchauffer dehors.

- Pour la température, tu as raison, pourtant le calendrier nous atteste qu’on est bien fin mars, c’est-à-dire plus de trois mois après Noël ! Même si pour Jésus, il y a plus de trente ans entre sa naissance et sa mort ! Par contre, si on a fait du feu, ce n’était pas à cause du froid. C’était parce qu’on était dans la nuit. le cierge pascal a guidé les baptisés de l'extérieur à l'intérieur de l'égliseEt la lumière du feu éclairait la nuit, comme la nuée de lumière qui guidait les hébreux qui fuyait l’Egypte. Ce soir, pour nous, c’est le cierge pascal qui a éclairé notre marche jusqu’à l’église.

- Cela me rappelle le feu du mercredi des cendres.

- Tu as raison : pendant le carême, Dieu a soufflé sur les cendres encore tièdes de nos vies pour faire repartir le feu du cœur de notre vie chrétienne. C’est pourquoi nous avons rallumé nos petits cierges au cierge pascal, comme cela a été fait le jour de notre baptême.

Oeufs de Pâques en chocolat- Trop fort ! J’ai appris qu’il y avait des chrétiens qui s’offrent des œufs qu’ils ont peints

- J’en connais qui iront à la chasse aux œufs en chocolat dimanche matin. L’œuf est symbole de vie.

- J’ai déjà vu un poussin casser la coquille d’un œuf avec son bec pour en sortir. C’était mignon.

- Cela nous rappelle surtout que Jésus est sorti de son tombeau, le 3° jour après sa mort, le 1° jour de la semaine. Mais ce qui est différent, c’est que ce matin-là, personne ne l’a vu sortir ni comment la pierre de son tombeau a été roulée.

- Tu dis que cela avait eu lieu le premier jour de la semaine. Je croyais pourtant que Dieu avait dit ; ‘que la lumière soit’ et la lumière fut.

- Les deux sont pourtant espacés de plusieurs siècles. Toutefois, ils ont des points communs : dans les deux, il y a du nouveau où c’est qui Dieu agit : Dieu a tout créé dans son amour et par sa Parole. Dieu a séparé la lumière des ténèbres. En ressuscitant Jésus, Dieu a rendu « la lumière du monde » (Jn 8,12) pour le libérer des ténèbres de la mort. Dans les deux, c’est la vie qui est plus forte que la mort.

- Je comprends. Pour Abraham, tu m’as dit qu’il avait cru très fort en Dieu alors qu’il ne comprenait pas tout au sujet de ce que Dieu lui demandait pour Isaac.

- Effectivement, on peut comprendre que ce qu’a vécu Isaac annonçait ce que Jésus allait vivre. Tous les 2 sont des fils uniques. Tous les deux ont créé une famille nouvelle. Pour Isaac, c’est le peuple juif de la Première Alliance. Et pour Jésus, …

- … c’est l’Eglise ! Mais pour l’eau, je n’ai pas tout compris. Moi, je m’en sers pour boire, pour me laver.

- En effet, l’eau est importante. Au commencement, Dieu a séparées les eaux de la terre et celles du ciel, pour donner un espace de vie pour les animaux, l’homme et la femme. Plus tard, Dieu a séparé les eaux de la Mer Rouge pour laisser passer les hébreux en fuite. Dieu a recommencé 40 ans plus tard en ouvrant le Jourdain, qui devient une porte d’entrée en Canaan, la terre promise, la terre de la vie libre avec le Seigneur (Jos 3, 14-17).

- Et l’eau, c’est la vie !

- Et le baptême, c’est l’entrée dans une nouvelle vie. C’est un cœur nouveau¸ un esprit nouveau¸ ceux promis par Dieu par le prophète Ezéchiel. Le baptême, c’est un grand plongeon.

- Alors là, je ne comprends pas. La piscine est fermée à cette heure de la nuit. Il y a 15 jours, au 3° scrutin, tu as dit : « Mes amis, n’ayez pas peur de faire ‘Splash’, le grand plongeon dans la vie de Dieu. » Est-ce qu’ils sont inscrits à l’émission de TF1 ?

- Demande-leur toi-même !

- [s’adressant aux appelés :] Alors vous allez passer à la télé, c’est ça, j’ai bien compris ? Non ? Qu’est-ce que tu voulais dire alors ?

- Il faut comprendre autrement. Le verbe ‘baptiser’ vient d’un verbe grec qu’on peut traduire par ‘plonger’. Alors quand St Paul écrivait : nous tous, qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés. Si, par le baptême dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c'est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d'entre les morts. Il faut comprendre : nous tous, qui avons été baptisés-plongés en Jésus Christ, c'est dans sa mort que nous avons été baptisés-plongés. Si, par le baptême-plongeon dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c'est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d'entre les morts.

- Ca va mieux. Mais là, ils ne vont pas pouvoir plonger, il n’y a pas assez de fond. Ils vont se cogner la tête !

- Je ne veux pas qu’ils s’assomment, je te rassure. Et eux aussi. Pourtant, cela n’empêchera pas nos 6 amis d’être baptisés, de « renaître de l’eau et de l’Esprit » (Jn 3,5) et de communier au Corps du Christ pour la 1° fois.

- Les 3, ce soir, c’est formidable !

- Tu as raison. Ils sont très gâtés. Et nous aussi, parce que cela nous fait 6 sœurs et frères de plus à mieux connaître. Chacun est venu pour des raisons très différentes. Ce soir, ils vont recevoir le même baptême. « Un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous ! » (Ep 4, 5-6a)

- Jésus est ressuscité ! Alleluia ! 6 frères et sœurs de plus ! Alleluia !

Gn 1,1 – 2,2 ; Gn 22, 1-18 ; Ex 14,15 – 15,1 ; Ez 36, 16-28 ; Rm 6, 3-11 ;Ps 117; Lc 24, 1-12

Père Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog