Montrer Jésus Homélie 2° dim TO A (19.01.2014)

2° dimanche TO A 19 janvier 2014 Forum Paroissial St Jean des Grésillons Gennevilliers

Montrer Jésus

Ce dimanche, nous sommes partis à l’écart, nous qui sommes, par appel de Dieu, membres du peuple de Dieu, avec tous ceux qui, en tout lieu, ici à Gennevilliers, à Colombes et de par le monde, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Si notre mission consiste à désigner Jésus, elle est aussi ecclésiale, car nous devons témoigner de ce que nous avons vu et entendu en nous appuyant sur l’amour de Dieu.

Notre mission consiste à désigner Jésus

Notre mission de baptisés et confirmés, quel que soit notre service, dans ou hors de l’Eglise, ressemble à celle de Jean-Baptiste. Il s’agit de désigner Jésus. Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. Pour le reste, on peut essayer de le dire plus simplement et clairement que le dernier des prophètes, avec des mots et des images renouvelés comme le Pape François nous le montre, depuis 9 mois.

Journée Mondiale des Migrants et des réfugiésEn cette Journée Mondiale des Migrants et des réfugiés, rappelons-nous que Jésus est un immigré à plusieurs titres : il a émigré du Ciel vers la terre. Peu de temps après sa naissance, il a été un réfugié en Egypte pour échapper au massacre des nouveaux-nés ordonné par Hérode (Mt 2). Pendant ses trois années de vie publique, il a quitté la Galilée et a voyagé en Samarie, en Judée. Il a fait quelques excursions aussi en territoire païen, à Tyr et Sidon, en Décapole.

De même qu’Abraham (Gn 12), de même que Joseph, fils de Jacob, de même que Moïse et les hébreux fuyant l’Egypte, de même que Josué et les 12 tributs entrant en Canaan (Jos), de même que St Paul et les apôtres qui ont quitté leur pays, de même la condition du disciple de Jésus est de se déplacer géographiquement ou intérieurement. Et combien dans notre communauté sont loin du lieu de leur naissance ou d’une partie de leur famille ! Nous pouvons être tour à tour accueillis et accueillants. Toujours à accueillir, jamais assez accueillants.

Notre mission est ecclésiale.

Une équipe gagnante qui met les talents de chaque joueur au service du collectifDans l’Eglise, nous n’exerçons pas notre mission en profession libérale, ni chacun à notre compte. On ne la joue pas perso, comme certains joueurs de foot qui vont marquer leur but en oubliant qu’ils font partie d’une équipe. Au contraire, on la joue collectif. On vit la mission à plusieurs, en communion avec les autres que nous connaissons, ceux avec lesquels nous avons prié le dimanche à la messe, mais aussi en lien avec ceux de la petite communauté fraternelle de foi que nous retrouvons régulièrement.

Pourquoi est-ce si important ? A plusieurs, on est plus forts, on se soutient, on s’entraide, on s’entraine ! On prend exemple sur St Paul, tel qu’il l’écrit au commencement de la 1° lettre aux Corinthiens : Moi, Paul, […] avec Sosthène notre frère, je m’adresse à vous. Aujourd’hui, ce serait : « Moi Olivier, avec l’autre Olivier, nos frères diacres Gérard et Patrick et les autres membres de l’EAP, Gisèle, Nathalie, Anne, Bernard, Grégoire et François, je m’adresse à vous … » « Que tous, ils soient un » (Jn 17,21a) demande Jésus.Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » (Jn 13,35)« Ce qui montrera à tous les hommes que vous êtes mes disciples, c’est l’amour que vous aurez les uns pour les autres. » (Jn 13,35) Où en sommes-nous de cette fraternité qui trouve son fondement dans l’amour de Dieu ?

Témoigner de ce que nous avons vu et entendu.

Oui, j’ai vu, et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu, disait le Baptiste. Pour l’axe du Projet Pastoral « Regarder vers les autres », il y a trois propositions bien concrètes, dont les3 sont dans cette dynamique : "Faire attention aux fragilités vécues par les personnes dans la ville et le partager. Faire attention à la fraternité vécue effectivement dans cette ville, et le partager. Faire attention à l'écho à la Parole de Dieu perçu dans la vie des hommes, et le partager." Si nous le racontons, aidons aussi les autres à le raconter : « Dis-moi ce que tu as vu. » Qu’est-ce qui nous donne cette audace ? Comme le Serviteur de Dieu, nous avons entendu le Seigneur dire : Tu es mon serviteur. Et nous pouvons dire Oui, j’ai du prix aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force.

Semaijne de prière pour l'unité des chrétiens 2014 Finalement, quand nous rentrerons à Colombes ce soir, et aussi lorsque nous retrouverons l’équipe à laquelle nous appartenons, nous pourrons raconter ce que nous avons vécu. Pour les groupes qui ne l’auraient pas encore fait depuis septembre, ce sera aussi l’occasion de lire le projet pastoral et de choisir une des trois pistes concrètes d’un des 3 grands axes proposés. Par ce choix, nous renforçons notre dimension missionnaire en nous laissant évangéliser et convertir pour, à notre tour, proposer la rencontre du Christ Jésus. Et en nous rapprochant encore plus de lui, nous nous rapprochons de nos frères et sœurs chrétiens avec lesquels nous ne sommes pas encore complètement en communion de foi. Mais chaque année, la semaine de prière pour l’unité des chrétiens qui a commencé hier est un acte d’espérance. L’unité retrouvée dans la diversité ne sera jamais une fin en soi, au risque sinon d’être l’Eglise centrée sur elle, alors qu’elle est pour ceux qui n’y sont pas.

Is 49, 3.5-6 ; Ps 39 ; 1 Co 1, 1-3 ; Jn 1, 29-34

P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog