Mercredi des Cendres (Joël 2, 12-18) (DiMail 312)

6.02.2008
DiMail 312

Parole du Seigneur : « Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! »
Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d'amour, renonçant au châtiment.
Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et vous combler de ses bienfaits : ainsi vous pourrez offrir un sacrifice au Seigneur votre Dieu.
Sonnez de la trompette dans Jérusalem : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une solennité, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre !
Entre le portail et l'autel, les prêtres, ministres du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n'expose pas ceux qui t'appartiennent à l'insulte et aux moqueries des païens ! Faudra-t-il qu'on dise : 'Où donc est leur Dieu ?' »
Et le Seigneur s'est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

Traduction AELF

En ce mercredi des cendres, après un appel au retour au Dieu miséricordieux, le pécheur envisage ce qu’il pourra faire une fois pardonné : cela nécessite la présence de chacun et la prière des prêtres en faveur du peuple (Jl 2, 12-18).
Voici quelques questions pour la 1° lecture du mercredi des cendres :
- Par quel(s) moyen(s) est-ce que je vais montrer que je veux revenir au Seigneur ?
- Du côté du Seigneur, qu’est-ce qui m’encourage à revenir vers Lui ?
- Qu’est-ce que je pourrai faire si je me convertis et que le Seigneur me pardonne ?
- Qui est à mes côtés au moment de commencer le Carême au cours de la célébration des cendres ?
- Quand ai-je fait l’expérience de la miséricorde du Seigneur en ma faveur ?
Pour les couples et les (grands-) parents :
- Quand sommes-nous revenus l’un vers l’autre après une période d’éloignement ? Qu’est-ce qui avait été source d’espérance ?
- Quand avons-nous expérimenté en nous quelque chose d’analogue à la miséricorde de Dieu vis-à-vis de nos (petits-) enfants? Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
- Quels comportements et attitudes devrions-nous cesser ?

- Quel est mon regard sur les représentants du personnel ? sur les syndicats ? Quand ai-je vu un changement de mon employeur ?
Bon Carême
OJ+

    Voir aussi le psaume 50 (51) [DiMail 517]
Voir aussi la 2° lecture (2 Co 5,20 - 6,2) [DiMail 388]
Voir aussi l'Evangile (Mt 6, 1-6.16-18) [DiMail 7]

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog