Le recruteur bienveillant Homélie 3° dim TO B (25.01.2015)

Dimanche 25 janvier 2015 3° dim TO B St Pierre St Paul Colombes

Le recruteur bienveillant

Cette semaine, j’ai vu un court-métrage qui s’intitule « Le recruteur » (de Genevieve Clay-Smith et Robin Bryan, 12 min) sur le site internet d’Arte. A la grande surprise de l’homme qui postule pour un emploi, c’est un jeune adulte trisomique qui lui fait passer l’entretien d’embauche. Or, pour le 2nd dimanche consécutif, les lectures de la messe nous parlent d’un Dieu qui appelle certains : dimanche dernier, Samuel (1 S 3), et Simon-Pierre dans l’Evangile de St Jean (1,35-42), aujourd’hui, Jonas, et aussi, Simon, André, Jacques et Jean.

1) Dieu appelle des hommes pour une mission précise. Il ne passe pas de petite annonce dans les journaux. Il ne demande pas de CV ni de lettre de motivation. Il ne procède pas à un entretien. Il vient chercher ceux dont il a besoin dans leur quotidien, dans l’ordinaire de leur vie : à la maison, au travail, en famille, pas à la chapelle, ni pendant la messe !

Jonas à Ninive : encore 40 jours et Ninive sera détruite !Dieu a appelé Jonas, seul. Non pas une fois, mais deux. En effet, à la suite de la 1°, il avait fui à l’opposé de Ninive, la ville sans Dieu, vers l’est, vers Tarsis. La 2nde fois, Jonas va proclamer, de la part de Dieu, un message clair, simple : encore 40 jours et Ninive sera détruite ! Cependant, c’est plus facile sur le papier qu’en réalité car lorsque l’on est seul face à 120 000 habitants (Jon 4,11) d’une grande ville dont il fallait trois jours pour la traverser à pied, on doit se sentir bien seul, non ?

Jésus, le prêcheur de la Bonne Nouvelle appelle des pêcheurs d’hommes pour constituer un premier cercle de disciples auprès de lui. Jésus leur demande de le suivre, de tout quitter, de vivre une rupture avec leur famille, à changer de métier : des hommes à la place de poissons.

Dans la réponse de Jonas et celle des quatre pêcheurs de Galilée, il y a une différence. Nous retrouvons ce même écart dans nos vies et celle des hommes et des femmes de notre temps. Qui peut dire qu’il n’a jamais résisté comme Jonas ? Qui peut dire qu’il n’a pas répondu aussitôt à une demande, comme les habitants de Ninive, et les 1° disciples ?

2) Dieu aime tous les hommes. C’est la leçon que reçoit le prophète. Jonas qui pensait que le Seigneur ne s’intéressait qu’à la descendance d’Abraham avec laquelle il avait conclu une alliance, découvre que Dieu n’est pas indifférent au reste de l’humanité ! Pourquoi ? Il est aussi leur Créateur. Et s’Il est déçu par eux quand ils sont méchants, quand ils se font du mal les uns aux autres, c’est parce qu’Il tient à eux aussi. Sinon, il serait indifférent.

3) Dieu peut changer sa décision. En envoyant Jonas, il n’avait probablement pas la volonté de détruire, de tout raser, à cause de la méchanceté des hommes, comme ce fut le cas au temps de Noé (Gn 6, 5-7). l'arc-en-ciel, sig,ne de l'alliance entre Dieu et toute l'humanité et les animauxAprès le déluge et l’arc-en-ciel, il s’était juré de ne plus recommencé (Gn 9,8-17). Par la bouche du prophète Jonas, Dieu a voulu lancer un avertissement. Dieu a voulu prévenir les Ninivites que le mal qu’ils faisaient aurait des conséquences. Dieu les invitait à se réveiller, à réagir, à com-mencer à dire et faire le bien. « Dieu ne veut pas la mort du méchant mais qu’il se convertisse » a dit un prophète (Réf). Dieu veut toujours donner une chance. Ce jour-là, les habitants de Ninive, du roi au plus petit, y compris les animaux (3,7b) décident de changer de comportement. Ils n’attendaient peut-être qu’une chose, que quelqu’un vienne leur dire : « vous valez mieux que ce que vous croyez, vous valez mieux que ce à quoi certains veulent vous réduire, ou que ce que vous lisez dans le regard de certains ». Saint François d'Assise et le loup de GubbioCela me rappelle l’histoire de St François d’Assise avec le loup de Goubio. Tous les habitants du village faisaient du mal au loup et l’accusaient d’être méchant, ce qu’il est finalement devenu. St François est venu un jour lui dire qu’il le voyait autrement, ce qui a fait changer le loup qui a perdu son agressivité.

Jonas a dû être bien déconcerté : « Quoi ! ces Ninivites qui ont la réputation d’être méchants, eh bien, non, je dois reconnaître que je me suis trompé sur eux et que c’est Dieu qui a parlé à leur conscience et à leur cœur. C’est peut-être la peur qui les a fait réagir dans un premier temps, mais ensuite, ils ont vraiment eu le temps de revenir sur eux-mê-mes pour réfléchir à leurs actes.

Jonas a dû être bien surpris et déconcerté par Dieu : non seulement ce Dieu qu’il servait était venu le repêcher grâce à un gros poisson pour le ramener à terre, puis pour lui permettre d’accomplir ce qu’Il savait qu’il était capable de faire. Et Dieu l’a protégé contre la violence et le désir de le tuer qui aurait pu naître dans le cœur des Ninivites.

Finalement, Dieu nous invite à porter un regard plein de patience, de bienveillance et d’espérance sur notre monde et ceux avec lesquels nous vivons. Non, rien n’est jamais foutu. « Oui, tu as du prix aux yeux du Seigneur » (Is) « Oui, tu comptes pour Lui. »

Jon 3, 1-5.10 ; Ps 24 ; 1 Co 7, 29-31 ; Mc 1, 14-20

P. Olivier Joncour 

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog