La foi, c'est comme l'amour Homélie Nuit de Noël 2012.12.24

  • OJ+
  • Homélies

Nuit de Noël Lundi 24 décembre 2012 St Etienne St Henri Colombes

La foi, c'est comme l'amour.
 La fin du monde selon le calendrier maya n’a pas eu lieu (en savoir + grâce au Cathologue : La fin du monde ou l'arche de Noé). On a encore essayé de nous faire peur pour rien. Année de la foiL’Année de la Foi va pouvoir continuer, dans l’attente de la seconde venue de Jésus, avec son corps de crucifié et de ressuscité.
Entrons dans l’espérance du peuple d’Israëlgrâce au prophète Isaïe, plus de 500 ans avant J-C. Le contraste entre les ténèbres et la lumière n’est pas sans nous rappeler la première page de la Bible. « Dieu dit : ‘Que la lumière soit.’ Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière ‘jour’, il appela les ténèbres ‘nuit’. Il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le premier jour. » (Gn 1, 3-5) Or, nous nous souvenons aussi que le soleil, la lune et les étoiles ne seront créés par Dieu que le quatrième jour. D’où vient alors cette lumière ?
Pour Isaïe et le peuple juif, ces ténèbres ne sont pas seulement celles de la nuit. Ce sont les ténèbres de l’exil à Babylone, de la vie loin de Jérusalem et de la terre donnée par Dieu au peuple élu. Ce passage des ténèbres à la lumière est une libération, le retour tant attendu chez eux. La réalisation de la promesse devient comme une création, comme une recréation pour ceux qui patientaient depuis des dizaines d’années. la naissance d'un enfant est une espérance pour l'avenirCette promesse s’accompagne d’une naissance, celle d’un enfant. Un nouvel avenir est possible. Au chapitre 7 d’Isaïe, Dieu avait déjà promis la naissance d’un enfant qui porterait le nom d’« Emmanuel, ‘Dieu avec nous’ » (Is 7,14) Cette naissance est une bénédiction. Cette nouveauté apporte la joie.
Annonciation à MarieAvec l’annonce faite à Marie par l’ange Gabriel, on passe à une nouvelle étape, celle de l’accomplissement des promesses. « Je suis la servante du Seigneur. Que tout se passe pour moi selon ta parole. » (Lc 1, 38) répond Marie de Nazareth, la fiancée de Joseph. Elle a confiance, même si elle ne mesure pas jusqu’où l’entraînera ce « oui ». C’est la foi de Marie. Marie qui élèvera Jésus, qui ne comprendra pas tout sur le moment. Marie que l’on retrouve au pied de la croix où meurt le Fils de Dieu, puis avec les apôtres en attendant la venue du St Esprit lors de la Pentecôte.
St Joseph tenant l'enfant Jésus dans ses brasIl y a aussi la foi de Joseph. Par respect et pour l’amour qu’il porte à Marie, il entre dans le projet de Dieu qui a choisie celle avec qui il allait se marier. C’est l’ange qui le lui a dit dans un rêve. Et Joseph a fait confiance à Marie – elle ne lui avait pas été infidèle – et il a eu foi en Dieu qui réalisait ce qu’il avait promis. Les évangiles n’ont pas retenu de paroles de Joseph. Joseph a une foi en actes.
Annonce de la nativité aux bergers (chapiteau)Il y a également la foi des bergers. Ce sont des gens simples qui n’ont pas fait d’étude. Mais ils croient ce que leur dit l’ange. Ils se souviennent que le jeune David, avant d’être choisi comme roi, était lui aussi berger. Si c’est un messager de Dieu qui le leur dit, il n’y a pas à se méfier, ni à douter.
Nous en faisons l’expérience, la foi n’est pas banale [la foi est-elle indispensable pour croire? la réponse du Cathologue]. Ce n’est pas de l’ordre de la démonstration mathématique, ni d’une expérience physique que l’on peut reproduire à l’infini dans les mêmes conditions. croire, l'aventure de la foiLa foi, c’est comme l’amour. Il faut accepter de ne pas tout contrôler, ni tout maîtriser. Dans la foi en Dieu, beaucoup de choses nous dépassent et nous échappent. Pourtant, ceux qui ont osé cette aventure n’ont jamais été déçus. Ils ont été des milliers, que dis-je ?, des millions à faire l’expérience de passer par la « Porte de la foi » (Lettre apostolique de Benoît XVI pour l’Année de la foi, 2012). Regardons les portraits de ceux qui sont représentés sur les vitraux de cette chapelle. Pierre, Paul, Etienne, Thérèse, Henri, … La porte de la foi reste ouverte à tout être humain quel que soit son âge, son origine, sa condition. C’est un chemin de confiance, avec des hauts et des bas, qui est marqué par la vie, par la joie, par l’amour, à la suite de Jésus. En Lui, nous découvrons la nouveauté et la beauté de Dieu en l’homme. En Lui, nous expérimentons petit à petit, nous apprenons à nous habituer à la nouveauté de l’homme en Dieu.
P. Olivier Joncour
Bonus : L'âne de la crèche a-t-il carrière ? (la réponse du Cathologue)
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog