L'Aimant divin, Nom de Dieu Homélie Trinité C 2013.05.26

Dimanche de la Trinité C 26 mai 2013 St Pierre St Paul de Colombes

L'Aimant divin, Nom de Dieu 

Dans notre approfondissement du mystère de Dieu Père, Fils et St Esprit, laissons-nous guider par la pédagogie de la liturgie de la Parole.

philosophes grecs1) La sagesse décrite par le livre des Proverbes est différente de la philosophie des Grecs, la ‘sophia’ des philosophes. En effet, si la sagesse grecque est avant tout une recherche de l’intelligence, de la raison humaine, la sagesse biblique est divine, éternelle. Je ne sais pas si vous avez eu le temps de compter le nombre de fois où l’adverbe avant est répété : 5 fois. Avant les œuvres les plus anciennes du Seigneur, avant les siècles, avant l’apparition de la terre, avant que les montagnes ne soient fixées, avant les collines. Il y a également le quand et les quatre lorsque.

Qui est cette sagesse ? Ce portrait de la sagesse nous fait penser soit à la Parole de Dieu, soit à l’Esprit Saint.homme et femme créés par Dieu

2) Le psalmiste nous invite à poser un regard positif sur ce que Dieu a créé par sa Parole les 4° et 6° jours de la création : sur les étoiles, le soleil et la lune, sur les humains pour lesquels le reste de la création est voulue par Dieu. L’homme et la femme sont les chefs d’œuvre de la création, le feu d’artifice final (Gn 1). Cela suscite l’émerveillement du psalmiste, sur la création, et encore plus sur son Créateur.

le signe de croix3) « Au nom du Père et du Fils et du St Esprit ». C’est ainsi que nous avons commencé notre messe après notre chant d’entrée. C’est de la sorte que nous commençons et terminons notre prière personnelle. C’est la formule qui a résonné le jour de notre baptême, même si nous n’en avons pas le souvenir. C’est beaucoup plus qu’une formule magique, beaucoup plus qu’un « Sésame, ouvre-toi ! ». C’est l’aimant divin, Nom de Dieu ! L’Aimant, au sens de celui qui aime au présent éternel. L’Aimant, au sens de celui qui attire à Lui sans pour autant faire disparaître celui est attiré.

Le Père donne tout au Fils. Le Fils reçoit tout du Père et nous le donne. Le Père a donné le Souffle sanctifiant de Vie à son Fils sous la forme d’une colombe le jour de son baptême. Le Fils a remis l’Esprit avant de mourir sur la croix. « Dieu a tant aimé le monde qu’il a envoyé son Fils. » (Jn 3,14).

Le Fils unique, Jésus nous fait entrer dans l’intimité de la communauté de vie divine du Père et du Fils et du St Esprit. Il a tant aimé son Père qu’il a lui donné sa vie sur la croix. Jésus a tant aimé le monde qu’il a pardonné à ses bourreaux et ceux qui l’ont fait condamner à mort.

L’Esprit Saint est le souffle qui va d’une personne divine à une autre. Il est le vent qui va du Père au Fils et inversement. Il est comme un parfum porté par une personne : elle fait sentir, non pas le renfermé ni le pourri, mais la bonne odeur de Jésus.

Pour cette Année de la foi, Benoît XVI écrivait : « Professer la foi dans la Trinité– Père, Fils et Saint-Esprit – équivaut à croire en un seul Dieu qui est Amour (cf. 1 Jn 4, 8) : le Père, qui dans la plénitude des temps a envoyé son Fils pour notre salut ; Jésus-Christ, qui dans le mystère de sa mort et de sa résurrection a racheté le monde ; le Saint-Esprit, qui conduit l’Église à travers les siècles dans l’attente du retour glorieux du Seigneur. » (La porte de la foi 1)C’est bien dans cette logique de vie et d’amour que tout disciple de Jésus essaie de vivre. C’est pourquoi, nous pouvons porter dans notre prière la 100taine de collégiens de 5° qui vivront leur retraite de préparation à la profession de foi le week-end prochain. Beaucoup d’entre eux ont reçu le baptême dans les mois qui ont suivi leur naissance. Depuis qu’ils sont plus grands, en participant aux rencontres de l’Eveil à la foi, à Graine de Parole, au Petit KT pour les CP et CE1, à la catéchèse en CE2, CM1, CM2, à l’Aumônerie ils continuent d’approfondir la foi chrétienne. Ils apprennent à faire le lien entre leur vie et leur foi en participant à la vie de l’Eglise et en développant le sens du service des autres et en nourrissant leur amitié divine dans la prière.

Formation permanente de la foiEt nous, en plus de la messe, grâce à tous les groupes de partage et conférence, il nous faut poursuivre notre formation permanente, car nous ne pouvons pas nous en rester au catéchisme de notre enfance. Nous ne pouvons pas faire l’économie d’apprendre à rendre compte de notre foi avec des mots d’adultes, à témoigner de Celui en qui nous croyons et qui nous fait vivre. Il s’agit de continuer à recevoir, de comprendre, de croire pour proposer la rencontre du Dieu de Jésus-Christ, sinon notre foi se dessèche, se recroqueville, et meurt, alors que lorsqu'elle est nourrie par d'autres, et que nous fortifions d'autres, elle rajeunit.

Pr 8, 22-31 ; Ps 8 ; Rm 5, 1-5 ; Jn 16, 12-15

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog