Homélie Pâques 2012.04.08 Echec pour les Experts Jérusalem

Dimanche de Pâques 8 avril 2012 St Pierre St Paul de Colombes

 

Pâques est bien plus qu'un oeufA Pâques, les enfants veulent trouver des chocolats qui ont été cachés. Mais Pâques, ce n’est pas qu’une affaire de chocolat. Pâques, c’est avant tout la résurrection de Jésus. C’est le réveil de la mort de Jésus. Reprenons ce récit à la manière d’une série des Experts Jérusalem, des collègues de ceux de Las Végas et Miami.

  

Quelqu’un les aurait appelés parce qu’il aurait vu la pierre d’un tombeau de Jérusalem qui avait servi pour la 1° fois et dont la pierre était roulée. Marie Madeleine, une amie du mort, qui voulait le voir, serait venue à l’aube pour s’occuper du corps d’un certain Jésus car elle n’avait pas eu le temps de le faire après sa mort. En chemin, elle se demandait qui pourrait lui ouvrir le tombeau car elle n’était pas assez forte pour rouler la pierre. Et là, le plus bizarre, c’est que d’après leur déposition à la police, la pierre avait roulé. Mais le plus inattendu, c’est que le corps de son ami avait disparu. Il restait le linceul qui était roulé à part à sa place. Heureusement pour elle, elle n’avait touché ni à la pierre ni au linceul.

Un des Experts cherchant des indices sur le linceulQuand l’équipe des Experts Jérusalem est arrivée dans le cimetière, elle a trouvé tout comme la femme l’avait dit. Ils ont commencé à prendre des photos, puis à faire des relevés d’empreintes avec leurs produits habituels. Leur chef émit l’hypothèse que le corps avait été volé par d’autres amis et qu’on le retrouverait vite. Une fois retrouvé, l’affaire serait immédiatement clôturée et on ne parlerait plus de cette disparition. Ils allaient voir ce qu’ils allaient voir. La routine pour les Experts.

Sur la pierre qui fermait le tombeau, ils ne trouvèrent aucune empreinte digitale. Sûrement des professionnels qui avaient mis des gants. Pas étonnant, étant donné le poids de la pierre. 3 jours avant, ils s’y étaient mis à plusieurs pour fermer bien hermétiquement le tombeau.

La plume d'un ange ?Par contre, de façon étonnante, ils trouvèrent une plume qu’ils voulurent analyser. Un oiseau sans doute. Une colombe peut-être. Mais aucun de leurs appareils perfectionnés n’arriva à analyser la plume. Pas d’ADN connu. Rien de comparable sur cette bonne vieille terre. Ni aucun des volatiles connus à ce jour. Cela résistait à tout ce qu’ils connaissaient. Etrange ! Ils feraient d’autres tests. Ils étaient pourtant persuadés qu’en gardant un échantillon, la science leur permettrait, un jour, de répondre à cette question : à qui appartenait cette plume ?

le linceul de JésusMais ce n’était pas tout ! Le linceul qu’ils ont trouvé intact et bien roulé comme la femme l’avait dit dans son témoignage, avait bien servi à un mort crucifié le vendredi précédent. Ils voyaient des traces de sang qui concordaient bien, au niveau des mains, des pieds et du côté percé par un soldat d’où était sorti du sang et de l’eau. Par contre, ce qui paraissait incroyable, c’est qu’il n’y avait pas d’indice sur le linceul. Même avec les produits les plus perfectionnés issus de leur laboratoire à la pointe de la science. Rien ne leur permettait d’expliquer comment le corps d’un mort avait été sorti sans abîmer le linceul avec son poids et sa raideur. Sauf si le mort n’était pas vraiment mort et qu’il avait fait semblant. Il lui aurait alors été facile de se réveiller s’il s’était juste évanoui sur la croix. Au pire, un peu d’air avait dû passer et le mort serait sorti du coma. Un des Experts se laissa donc enfermer dans le tombeau pour trouver par où passait l’air qui avait fait se réveiller l’homme. Au bout de quelques minutes, alors qu’il commençait à suffoquer tant le tombeau était bien hermétique et ne laissait pas passer d’air. Il commençait en effet à avoir des difficultés à respirer, devint tout pâle au point que ces collègues eurent peur pour lui. S’il avait fait semblant d’être mort, il serait mort dans le tombeau.

Que dire quand les indicateurs de la police bien informés rapportèrent que certaines personnes commençaient à raconter qu’il n’était plus mort, mais vivant ! "Sûrement des hallucinations liées à la perte de leur ami. L’imagination est parfois grande. Certains rêvent les yeux ouverts. Cela leur passerait vite. Cela ne tenait pas la doute", se disait le chef des Experts Jérusalem. Ou peut-être était-ce un sosie ou un jumeau ! Rien de tel car les traces sur le linceul correspondaient aux déclarations de l’officier romain qui l’avait vu mourir sur la croix. Mais à qui profite le crime ?

Qu'aurait filmer une caméra de vidéo surveillance s'il y en avait une installée près du tombeau de Jésus ?Et près du cimetière, il n’y avait pas encore de caméra de surveillance qui aurait pu filmer ce phénomène et démasquer les coupables. Le chef de la police scientifique lança une recherche sur internet pour savoir si un tel phénomène avait déjà été recensé parmi les affaires non élucidées. Négatif. C’était donc la 1° fois ! Rien de semblable auparavant ! Pour la 1° fois aussi, les Experts étaient incapables de résoudre un mystère. Le mystère de la foi !

 

Si la science résistait à ce phénomène inconnu et inexpliqué, si l’intelligence humaine se trouvait désarçonnée et dépassée, si les meilleurs inspecteurs de la police concluaient ne pas comprendre et être dépassés ;

Et si Dieu s’en était mêlé, …

Et si seule la foi permettait d’aller plus loin au point de voir et de croire comme l’autre disciple, au point de dire « il n’y aura jamais de preuve ni de démonstration ».

« Heureux ceux qui croient sans avoir vu » (Jn 20, 29b) a dit le Réveillé du sommeil, le Relevé de la mort, lors d’une de ses rencontres. Etonnant qu’on en parle encore plus de 2000 ans après et que certains, tant des enfants que des adolescents ou des adultes veuillent devenir ses disciples, et que certains demandent le baptême, comme les 6 cette nuit, et que certains aient même voulu donner leur vie pour lui qu’ils ne l’avaient jamais vu et d’entrer dans la chaîne des témoins de la foi : Jésus est ressuscité. Il est vraiment ressuscité ! Alleluia !

Ac 10, 34a.37-43 ; Ps 117 ; Col 3, 1-4 ; Jn 20, 1-9

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog