Nous sommes les mages d'aujourd'hui Homélie Epiphanie 2012.01.08

Dimanche de l’Epiphanie 8 janvier 2012 St Pierre St Paul de Colombes

Nous sommes les mages d'aujourd'hui

Des personnes d’origines très diverses se présentent devant Jésus. A la crèche, elles ont en commun d'être appelées mages par l'évangéliste. Une tradition les rattache aux différents continents. Certains artistes les peignent aux différents âges de la vie. Nous sommes nombreux à venir voir les crèches de nos églises. Il y a 2000 ans, ils ont suivi une étoile qui les a guidés. Aujourd'hui, Dieu se sert d'autres moyens.

a) Qui sont les mages ?
Des savants venus d’Orient, ignorants tout de la religion juive, arrivent dans la capitale en demandant où est né le nouveau roi. Nous ignorons comment ils ont su que cette étoile désignait le Roi des Juifs. L’important est qu’ils se soient mis en route. Comme Abraham qui avait fait confiance à Dieu qui lui avait demandé de partir pour la terre qu’Il voulait lui donner (Gn 12, 1-5), les mages ne savaient pas où cela les conduirait ni comment ils y arriveraient. Ils ont fait confiance.
De façon assez logique, ils vont à la capitale, Jérusalem. Ils ignorent qu’ils s’adressent au roi en place et que le roi qu’ils cherchent est ailleurs. L’étoile a disparu, comme s’il avait fallu qu’ils passent par Jérusalem pour que les juifs sachent la Bonne Nouvelle dont ils sont les premiers destinataires. Et qui plus est, qu'ils l'apprennent par des païens ! Les moyens choisis par Dieu seront toujours déconcertants !
Hérode est obligé de consulter les spécialistes de la Bible.  Ils sont les experts d'aujourd'hui que l'on fait intervenir sur un plateau de télévision sur un sujet compliqué. Ils citent un passage du prophète Michée (5, 1-3).
En sortant de la Ville, l’étoile réapparaît et va conduire les mages quelques kilomètres plus au sud, à Bethléem, la ville de David. Ce signe donné par Dieu pour les guider à bon port, les remplit d’une joie qui les prépare à une joie encore plus grande lors de la rencontre du Roi des rois.
Dès qu’ils le voient, ils expriment leur respect pour l’enfant en se prosternant devant lui. Leurs cadeaux révèlent son identité. Au-delà des apparences, l’or révèle la divinité et la royauté du fils de Marie, l’encens qu’il est le Grand Prêtre (cf He) qui prie Dieu son Père, la myrrhe qu’il est un homme qui va mourir.
Dieu veille sur Jésus en déjouant les plans mortels d’Hérode (2, 16-18). Il avertit en songe les mages de ne pas repasser par Jérusalem. Ils ont fait confiance à ce mode de communication de Dieu. Ils ont pris un autre chemin pour rentrer chez eux. Mt ne nous dit pas ce qu’ils sont devenus.

b) Nous sommes les mages d'aujourd’hui :
Nous venons de différents milieux de vie, sociaux, culturels, éducatifs, religieux, familiaux et géographiques. Que ceux qui viennent d'Afrique lèvent la main. Ceux qui viennent d'Asie. Ceux qui viennent d'Amérique. Ceux qui viennent d'Océanie. Ceux qui viennent d'Europe. Quelle diversité dans notre assemblée ! Cela ne nous empêche pas de prier ensemble. Nous sommes les mages d'aujourd'hui qui ont marché pour venir adorer Jésus.
Selon la famille où nous avons grandi, nous ne savons rien, ou peu, ou beaucoup sur la culture ou la foi chrétienne. Si certains viennent à la messe tous les dimanches, d’autres sont irréguliers, rares ou exceptionnels. D’autres poussent la porte par hasard. Beaucoup sont en recherche et ont soif d’absolu, même s’ils ne savent pas très bien de quoi. Ils se posent des questions, prafois métaphysiques. Ils sont prêts à suivre n’importe quelle étoile, dans la nuit du monde, pour peu qu’elle brille plus que les autres. Regardez toutes les stars du petit et du grand écrans. Cependant toutes les étoiles ne sont pas bonnes à suivre. Nous sommes les mages d'aujourd'hui qui cherchons à repérer quelle est l’étoile qui nous conduit jusqu’à Jésus.

Certains n’hésitent pas à frapper à la porte d’un lieu où ils se disent qu’on pourra les écouter et répondre à leurs questions. Ils n’y connaissent rien à la religion juive ni à ses prophètes. Ils obligent les responsables et les prêtres, par leurs questions pleines de fraîcheur, à chercher la réponse. Ces nouveaux venus obligent les habitués à faire des liens entre des éléments qu’ils connaissaient et dont ils n’avaient pas compris le sens. Ils obligent à trouver des réponses qui leur serviront aussi.

Comme Hérode, nous ne savons pas toujours que répondre. N’hésitons pas à faire appel à des personnes plus expérimentées pour leur permettre de continuer d'avancer dans leur recherche. L’itinéraire intérieur et spirituel est parfois plein d’embûches, de rencontres manquées, de collines qui semblent infranchissables, de ravins trop larges à traverser, …

Nous comprenons aussi que la Parole de Dieu est un lieu où nous pouvons trouver des éléments de réponse pour notre vie. En nous réunissant en équipe, comme les grands prêtres et les scribes, nous comprenons l’importance d’écouter la Parole et de L'interpréter à plusieurs. Il est important que nous devenions des familiers de cette Parole.

Comme Hérode, certains veulent nous détourner de l'idéal et de la soif d’absolu que Dieu a inscrit en chacun, à un âge où nous sommes prêts à nous identifier aux meilleurs exemples que le monde et l’Eglise peuvent donner. On veut nous corrompre, amener les jeunes à boire, à se droguer, à s’abrutir devant la TV, en sautant de site en site sur Internet, en s’assourdissant avec des décibels, en s’éclatant à tous les sens du terme, … Nous sommes les mages d'aujourd'hui que Dieu veut guider jusqu'à la Beauté de la Vérité.

Il peut arriver que ayons été l'étoile dont Dieu s’est servi pour qu’Il guide certains jusqu’à son Fils. Nous allons les aider à déjouer les obstacles et les pièges qui les empêcheraient d’aller jusqu’à la crèche. Quelle grande responsabilité ! Cependant, nous ne sommes pas seuls : le Christ nous accompagne, l’Esprit du Père et du Fils aussi, ainsi que la prière de l'Eglise. Pourtant, ces recommençants pressentent que ce qui est bon, ce qui est vrai et beau les aidera à grandir.

Lors de certains moments forts, nous sommes saisis d’une grande joie, au-delà de ce que nous pouvions imaginer. Une fois devant Celui que nous cherchions, nous avons parfois du mal à exprimer notre respect. On a comme perdu le sens du sacré. A d'autres heures, nous pouvons aider certains à exprimer leur respect pour l'Eucharistie avec des gestes et des attitudes qui expriment ce que nous ressentons au fond du cœur. En entrant dans une église, montrons-leur comment entrer en silence, à se signer avec l’eau bénite, à venir faire une génuflexion devant le tabernacle, à nous incliner légèrement devant l’autel. Nous sommes les mages d'aujourd'hui qui sommes venus adorer le Fils de Dieu fait homme et qui se fait Pain de Vie, Pain de l'Eucharistie.

Chacun offre à Jésus ce qui est important à ses yeux. Cette rencontre nous change. A la fin de la messe, nous aurons la grâce de nous mélanger. Nos rencontres auront une autre saveur. Puis, nous rentrerons transformés par ces rencontres. La vie continue ailleurs.

Rendons grâce à Dieu pour la bonne étoile qui nous a guidés jusqu’à son Fils et pour ceux qu’Il a conduits à Lui grâce à nous.

Is 60, 1-6 ; Ps 71 Ep 3, 2-3a.5-6 ; Mt 2, 1-12

P. Olivier Joncour

Bonus : Les mages aimaient-ils la galette des rois ? (La réponse du Cathologue

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog