Discernement pour un disciple de Jésus en situation de crise Homélie Baptême du Christ B (11.01.2015)

Dimanche 11 janvier 2015 Baptême du Christ B St Pierr St Paul Colombes

Discernement pour un disciple de Jésus en situation de crise 

Chers frères et soeurs, nous allons d'abord (re)découvrir le sens du baptême de Jésus et du nôtre, avant de chercher comment agir à la suite des événements de cette semaine.

Après sa présentation aux bergers, qui représentent les pauvres et les juifs, juste après sa naissance à Noël (Lc 2, 1-14) puis aux mages qui symbolisent et résument le reste de l’humanité et les chercheurs de Dieu (Mt 2, 1-12) avant d’être reconnu par les veilleurs représentés par le vieux Syméon et la prophétesse Anne (Lc 2, 22-38) lors du dimanche de la Ste Famille, le baptême de Jésus est la troisième étape de la manifestation de Jésus, le Fils de Dieu. Nous voici une trentaine d’années plus tard, sur les rives du Jourdain. Non loin de là, plus de 2000 ans avant, c’était Josué et les hébreux qui, après le passage de la Mer Rouge et les 40 ans de marche dans le désert, qu’ils sont entrés en Canaan, la terre donnée par le Seigneur à Abraham et sa descendance.

Au baptême de Jésus par Jean, l'Esprit descend sur lui sous la forme d'une colombe et la voix du Père le désigne comme le FilsVéritablement Dieu le Fils, pleinement et réellement homme, le fils de Marie quitte Nazareth et sort de l’anonymat. Il devient ce jour-là le Messie, le Christ, Celui qui est consacré par l’Esprit Saint. Dieu le Père le révèle, il le désigne et le confirme comme étant son Fils, l’unique de toute éternité, le bien-aimé. Avec la venue de l’Esprit Saint et la déclaration solennelle et paternelle adressée à Jésus, nous comprenons mieux les premiers mots de l’évangile de St Marc : « Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. » (1,1) Le baptême de Jésus, c’est le bal d’un débutant !

Jean, le fils de Zacharie et Elisabeth, par la plongée dans le Jourdain qu’il propose, invite, au nom de Dieu, à vivre un changement intérieur : il appelle à une transformation de pensées, des paroles, des actes et, en fait, de vie. Comme une manière d’illustrer ce que le Seigneur disait au prophète Isaïe : que le méchant abandonne son chemin, et l’homme perfide ses pensées. Qu’il revienne vers le Seigneur.

Redisons les effets du baptême dans l’Esprit saint donné « au nom du Père et du Fils et du St Esprit » : Dieu pardonne les péchés, Il nous fait entrer dans Sa Vie et la communion divine, il nous adopte dans la famille-Eglise faisant de nous les enfants de Dieu le Père, les frères et sœurs de Jésus, les temples de l’Esprit du Père et du Fils.

Nous ne pouvons pas non plus ne rien dire par rapport aux événements dramatiques de cette semaine. Nous chercherons comment personnellement comme disciples de Jésus, et comment plus largement, nous pouvons réagir. D’une façon générale, ne nous laissons pas conduire là où les violents voudraient nous entraîner. Voici quelques pistes :

Jean-Paul II N'ayez pas peurFace au risque de la peur et de la méfiance par rapport à l’inconnu et à nos voisins de Colombes et de travail, dans laquelle notre société pourrait tomber, répondons par le défi de la confiance et de la bienveillance. C'est le « N’ayez pas peur ! » de Jésus et de St Jean-Paul II.

Face au risque de la division de la société entre sous-groupes d’origine ou de religion, répondons par le défi de développer davantage le dialogue avec des personnes qui croient autrement, de la même manière que le Seigneur est entré en conversation avec l’humanité. Face au risque de mise à l’écart, répondons par le défi du dialogue, par une connaissance mutuelle, par des amitiés réelles à amplifier, par une expérience de la fraternité humaine.

Face au danger du pouvoir par la contrainte ou de la force de l’oppression physique ou psychologique, choisissons une résistance des consciences et des mots. Ne répondons jamais au mal par le mal.

http://92.catholique.fr/IMG/jpg/tract-formation-islam.jpgFace au risque de décrédibiliser tous les croyants en les faisant passer pour intolérants et obscurantistes, les mettant dans le même sac que ceux qui agissent au nom d’un dieu qu’ils utilisent pour justifier leur barbarie, leur violence et leurs crimes, répondons par l’approfondissement de la foi chrétienne éclairée par l’intelligence que Dieu notre Créateur nous a donnée et, peut-être aussi pour certains, par le défi de la formation organisée par le Diocèse sur les fondements du vrai islam.

Lors de certains événements, nous mesurons qu’il y a un avant et un après, un tournant dans l’histoire du monde : l’incarnation est un tournant pour notre Dieu, le baptême est un tournant dans la vie de Jésus qui passe au premier plan, sur le devant de la scène. Comme lui et à sa suite, cultivons la rencontre et le goût de l’autre, défendons la liberté religieuse et d’expression, dans l’esprit des béatitudes (Mt 5, 1-11) que Jésus a incarné : l’art de la paix avec les mains vides des pauvres, l’esprit simple, dans la douceur, consolant ceux qui pleurent, restant affamés et assoiffés de la justice basée sur la vérité, pardonnant ceux qui nous ont blessés, quitte à être persécutés.

Is 55, 1-11; Is 12, 2.4bcd.5-6 ; 1 Jn 5, 1-9 ; Mc 1, 7-11

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog