Libérés Homélie 5° dimanche de Carême A (6.04.2014)

Dimanche 6 avril 2014 5° dim de Carême A St Pierre St Paul de Colombes

 Libérés

Après les rencontres transformatrices et révélatrices de Jésus avec la Samaritaine qui a témoigné aux habitants de son village qu’elle a trouvé le Messie (Jn 4), après la guérison d’un aveugle de naissance dont la foi grandit et se fortifie dans la confrontation avec des pharisiens (Jn 9), l’évangéliste St Jean nous rapporte une transformation encore plus grande. En période difficile, même si l’attitude de Jésus peut déconcerter, sa parole est efficace.

Qu’espérer en période de crise ?

sortir du tombeauLe Seigneur a envoyé Ezéchiel pour qu’il parle aux juifs en exil à Babylone depuis plusieurs années. Le prophète leur annonce ce que Dieu va faire pour eux. Il appelle à l’espérance. En effet, Il va les faire sortir du tombeau de Babylone où ils sont pour les ramener sur la terre d’Israël. Ils vont passer de la mort à la Vie nouvelle. Et cela, il n’y a que le Seigneur des vivants et des morts qui peut le promettre et le réaliser. Le promettre et le réaliser.

Jésus est un drôle d’ami.

Alors qu’il avait été informé que son ami Lazare était malade, qu’il aurait pu le guérir, il ne fait rien pour lui, alors qu’il l’a fait pour d’autres. Ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? Alors qu’il aurait pu venir à l’enterrement de Lazare et réconforter ses sœurs endeuillées, il n’arrive que quatre jours plus tard ! Comme pour être certain qu’il est mort et bien mort, et que même s’il était dans le coma, l’absence d’air dans la tombe et les fortes odeurs des aromates l’auraient soit réveillé, soit fait perdre tout souffle. Au moment où Jésus arrive, Lazare est donc bel et bien mort. Il sent déjà. Ce n’est qu’à ce moment-là que Jésus va faire quelque chose, et bien plus que ce que Marthe et Marie pouvaient imaginer. Cela nous permet peut-être de comprendre pourquoi le Seigneur ne répond pas immédiatement à nos prières. Pour un bien encore plus grand.

La Parole de Jésus est efficace !

Lazare sort du tombeau. Jésus dit : Après avoir prié son Père, il crie d’une voix forte : Lazare, viens dehors ! "Sors de ta tombe !" St Jean ne fait pas du sensationnalisme : il ne décrit rien. Lazare sort, mais il lui reste encore les pieds et les mains attachés et la tête enveloppée dans un suaire. C’est pourquoi Jésus demande l’aide des proches : déliez-le, et laissez-le aller. Nous aussi nous avons besoin que Jésus nous libère, qu’il enlève les liens de nos conditionnements, des habitudes mauvaises qui se sont installées et dont nous avons du mal à nous défaire, de tout ce qui entrave notre liberté et nos relations : les jugements hâtifs ou catégoriques, l’esprit du monde qui peut contaminer nos esprits et nos pensées, toutes les addictions et esclavages modernes qui ne sont que des adaptations de formes plus anciennes, … C’est le rôle des trois scrutins avant le baptême des adultes. C’est le rôle du sacrement du pardon de Dieu qui libère des chaînes de la mort et du mal dont nous sommes les auteurs ou les complices.

Finalement, la tentation de ce dimanche ne serait-elle pas de penser que le christianisme va être enterré au Moyen-Orient et en Occident ? Certains disent et pensent que la vieille Dame est sur son lit de mort ou déjà dans son tombeau, car elle n’aurait pas d’avenir, vu les statistiques. Mais « l’Eglise n’a pas dit son dernier mot » (Matthieu Rougier*, Robert Laffont, 2014). N’écoutons pas les prophètes de malheur. Ecoutons le Seigneur. Des nouvelles pousses fleurissent. Dieu continue toujours d’agir. Il vivifie son peuple.

En finir, une fois pour toutes, avec « la psychologie de la tombe, qui transforme peu à peu les chrétiens en momies de musée. » (La Joie de l’Evangile n°83).Ne nous laissons pas voler l’espérance qui nous anime, de voir des signes de renouveau, des bourgeons qui s’ouvrent. Ne laissons pas étouffer l’espérance que la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ est vraiment pour tous les hommes ni qu’elle peut transformer une vie. A condition, comme l’a écrit le pape François d’en finir, une fois pour toutes, avec « la psychologie de la tombe, qui transforme peu à peu les chrétiens en momies de musée. » (La Joie de l’Evangile  n°83).

Ez 37, 12-14 ; Ps 129 ; Rm 8, 8-11 ; Jn 11, 1-45

P. Olivier Joncour

3° scrutin pour 6 adultes et entrée dans la pleine communion de l'Eglise catholique

* Présentation de son livre dans l'émission "Vox libri" (Radio Notre Dame 3.04.2014)

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog