CQFD Homélie 28° dim TO A (12.10.2014)

Dimanche 12 octobre 2014 28° dim TO A St EH St PP Colombes; Messes en famille

CQFD*

En écoutant le menu du festin décrit dans la 1° lecture, cela m’a donné faim et envie d’y participer, pas vous ?

Des viandes grasses et des vins capiteux, des viandes succulentes et des vins décantésQui peut me dire quel est le menu annoncé ? Des viandes grasses et des vins capiteux, des viandes succulentes et des vins décantés.

C’est d’autant plus fort que cette annonce a lieu à un moment de crise et d’épreuve pour le peuple de Dieu, crise dont Isaïe parle en termes de la mort, du deuil, et des larmes.

Pour qui est préparé ce grand festin, ce repas de fête ? Pour le peuple juif avec qui il a conclu une alliance ? Non. Dieu a dit : pour toutes les peuples, pour les nations. Pour tous ceux qui n’étaient pas juifs, ce qui fait beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde ! Imaginez la table immense où chacun aura sa chaise, son assiette, ses couverts, son verre à pied. J’espère qu’il ne manquera personne car le monde entier sera invité !

D’ailleurs, la semaine passée, j’ai reçu une invitation pour venir à la messe ce matin. Que ceux qui en ont aussi reçu une, lèvent la main.

Merci. Qui a apporté cette invitation pour que je la lise aux autres ? Merci [A prendre et à lire]

Et tous les autres, sont venus même sans avoir reçu une invitation donnée de la main à la main. Impressionnant, mais ils savent sûrement déjà que c’est chaque dimanche que Dieu nous invite.

C’est comme tous ceux qui font du foot, du solfège, du tennis ou de la guitare, ils savent très bien qu’ils ont rendez-vous pour leur entraînement ou leur répétition le même jour de la semaine, toujours à la même heure. Pourquoi donc est-ce si difficile pour la messe ?

Je pense aussi à ces quelques places libres pour ceux qui ont été invités et qui ont cherché et trouvé une excuse pour ne pas venir. Ils me font penser à celles dont parle un chanteur à l’occasion d’un dîner (Bénabar Le Dîner, in Reprise des négociations) : « J’veux pas y aller à ce dîner, j’ai pas l’moral, j’suis fatigué, ils nous en voudront pas, allez on n’y va pas. […] ça n’a rien à voir je les aime bien tes amis, mais je veux pas les voir parce que j’ai pas envie. On s’en fout, on n’y va pas, on n’a qu’à se cacher sous les draps, toi la télé et moi. »

 

une fête d'anniversaireSi aujourd’hui Jésus devait parler à des enfants, il dirait que le Royaume des cieux est comparable à une fête d’anniversaire organisée par des parents pour leur enfant. Tous ceux qu’ils avaient invité pour lui faire plaisir et parce qu’ils croyaient qu’ils étaient ses amis ont finalement refusé et personne n’est venu. Alors les parents sont allés proposer à des enfants qui jouaient dans un parc avec des jeux de venir participer à la fête qu’ils avaient préparée pour leur enfant.

Après la prière du Notre Père, le geste de paix et le chant de l’Agneau de Dieu, comment se poursuit la phrase dite par le prêtre : « Heureux ... » ? « Heureux les invités au repas du Seigneur  » ! Non pas « Heureux sommes-nous », mais heureux les invités, c’est-à-dire la multitude, même si tous ne viennent pas !

Et je me réjouis, car, aujourd’hui, une personne qui est parmi nous va communier pour la 1° fois. Elle a même invité des amis qui l’ont accueillie ici où elle se sent bien. Pour elle, d’une façon particulière, le Seigneur a essuyé les larmes de son visage et il a effacé l’humiliation qui lui était faite.

Alors remercions très fort Dieu notre Père qui fait ce qu’Il dit, qui a ouvert la table de son repas à toute l’humanité, y compris ceux qui se sentent ou qui se croient rejetés.

Is 25, 6-9 ; Ps 22 ; Ph 4, 12-14.19-20 ; Mt 22, 1-10

P. Olivier Joncour

* Ce Que Fait Dieu : Inviter ceux qui ne peuvent pas lui rendre l'invitation

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog