5° dimanche du Temps ordinaire C (Luc 5, 1-11) (DiMail 106)

08/02/04
DiMail 106 (revu)

Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth ; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu.
Il vit deux barques amarrées au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s'éloigner un peu du rivage. Puis il s'assit et, de la barque, il enseignait la foule.
Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson. »
Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets. »
Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient.
Ils firent signe à leurs compagnons de l'autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu'elles enfonçaient.
À cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur. »
L'effroi, en effet, l'avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu'ils avaient prise ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. »
Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.

Traduction AELF

Quand Jésus eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson. » Et ils le firent.En ce 5° dimanche du temps ordinaire C, Jésus appelle des pêcheurs à être ses disciples (Lc 5, 1-11).
La barque est assez peut présente dans la Bible, si ce n’est à des moments rares mais importants, comme pour Noé qui construit son arche pour y abriter et sauver un couple de chaque espèce d’animaux, pour Jonas qui fuit vers Tarsis la mission que Dieu lui a confiée. Les juifs ne sont des navigateurs. Pour eux, la mer est le lieu des forces du mal et de la mort. Dans l’Évangile, Jésus se sert plus d’une fois d’une barque pour s’éloigner de la rive, enseigner la foule nombreuse et traverser le lac de Tibériade. Malgré les tempêtes ou le nombre de poissons, elle ne coule jamais ! Paul, dont St Luc fait le récit des trois voyages missionnaires dans les Actes des apôtres, a beaucoup voyagé par voie maritime.
La barque est relue par les premiers chrétiens comme une petite Église [cf. 1 P 3,20-21; « La construction de cette arche préfigure à l’évidence l’Église. Noé lui-même était sans aucun doute la figure du Christ. […] L’arche construite avec un bois imputrescible désignait l’édifice de la sainte Église, elle qui demeurera toujours avec le Christ. » Grégoire d’Elvire], celle où sont embarqués les Apôtres lors de la tempête apaisée, ou lorsque Jésus marche sur les eaux. Ce n’est pas par hasard que la partie des églises où sont rassemblés les chrétiens s’appelle la nef (= navire). Alors tous dans la même galère? « Le Vent souffle où il veut » (Jn 3,8), le Christ est à bord avec nous. Il nous montre le cap et nous essayons de tenir la barre malgré les courants marins contraires.

Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
- Où Jésus m’invite-t-il à aller un peu plus loin que d’habitude?
- Quel ordre de Jésus m’est-il plus facile d’accomplir?
- Quelle grande pêche Jésus m’a-t-il permis de faire un jour où j’étais découragé(e) et que je lui ai fait confiance?
- Duquel de mes talents Jésus se sert-il pour annoncer sa Bonne Nouvelle?
- Quelle est ma réaction face à un événement dont la portée de l’action me dépasse?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Dans quelles circonstances notre amour et notre engagement nous ont-il permis d’avancer au large, là où nous n’aurions peut-être pas osé si nous avions été célibataires?
- Quand demandons-nous de l’aide à d’autres?

Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- A la fin d’une journée de travail infructueuse, quand m’est-il arrivé de faire en peu de temps une "pêche miraculeuse"?
- Quel savoir-faire professionnel puis-je mettre au service de l’Évangile
?
Pour les ados :
- Au collège ou au lycée, qu'est-ce qui est arrivé d'extraordinaire que Jésus a fait parce que je lui ai fait confiance?
- Quand ai-je pris conscience que j'étais
pécheur?

Bonne semaine
OJ+

Voir aussi la 1° lecture (Is 6, 1-8) [DiMail 251]
Voir aussi le psaume 137 (138) [DiMail 607]
Voir aussi la 2° lecture (1 Co 15, 1-11) [DiMail 445]

Lire l'homélie "Lumière dans l'épreuve" (7.02.2016)

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog