2 février Présentation de Jésus au Temple (Hébreux 2, 14-18) (DiMail 56)

2/02/03
DiMail 56 (revu)

Ainsi donc, puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l'impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le démon, et il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d'esclaves.

Car ceux qu'il vient aider, ce ne sont pas les anges, ce sont les fils d'Abraham.
Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères, pour être, dans leurs relations avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d'enlever les péchés du peuple.
Ayant souffert jusqu'au bout l'épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l'épreuve. 

Traduction AELF

En ce 2 février, fête de la Présentation de Jésus au Temple, Marie et Joseph viennent présenter Jésus au Temple de Jérusalem, le 40° jour après la Nativité du Christ (Lc 2, 22-40).
Or, il se trouve que c'était déjà l'évangile du dimanche de la sainte famille (29/12/2002). C'est pourquoi, je vous propose de méditer, prier et réfléchir à partir d'une des deux 1° lecture de cette fête (He 2, 14-18). S'il n'avait pas partagé notre condition humaine en toute chose à l'exception du péché, il ne nous aurait pas sauvés pleinement et entièrement. C'est un des textes sur lequel les théologiens des premiers siècles se sont appuyés pour définir Jésus comme vrai homme.
Quelques mots de présentation de cette lettre dont tous les spécialistes s'accordent à dire que Paul n'en est pas l'auteur, tant le style et la présentation du Christ Jésus sont originaux. Plus qu'une lettre, elle s'apparente davantage à une longue homélie. Si l'auteur reste inconnu, il n'en demeure pas moins, qu'il est d'origine juive, et probablement proche des milieux sacerdotaux du Temple de Jérusalem, connaissant très bien la liturgie juive, et dont la réflexion sur Jésus est unique dans le Nouveau Testament : il est le seul "Grand Prêtre" (He 4,14 - 5,9) et celui qui s'est offert au Père une fois pour toutes (He 10, 5-14 . 18-23). Pour plus de détails, je vous renvoie à l'introduction de cet écrit dans votre Bible et aux notes. N'hésitez pas à lire les premiers versets de la lettre.
Voici quelques questions pour la 1° lecture de cette fête, une occasion qui nous est donnée de méditer sur le mystère de Jésus, sur l'incarnation, et sur son agir salvifique pour nous :
- Qu'est-ce que je découvre sur la condition humaine pour que Jésus ait voulu la partager?
- Quel est mon état d'esprit, mon impression face à ma propre mort?
- Comment Jésus m'aide-t-il à vivre?
- Quel grand frère Jésus peut-il être pour moi?
- Dans quelle épreuve ai-je pu reconnaître la présence et le secours du Christ?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Quelle sont les choses que je n'ai pas envie de partager avec mon conjoint?
- Comment ai-je pu aider mon conjoint, avec le Christ, à traverser certaines épreuves?

Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
- Comment puis-je être 'esclave' de ou dans mon travail?
- Dans quelles circonstances m'est-il arrivé d'aider quelqu'un? Un(e) collègue? de prendre un stagiaire en formation?

Bonne semaine.
OJ+

Voir aussi l'autre 1° lecture possible (Ml 3, 1-4) [DiMail 444]
Voir aussi le psaume (Ps 23 (24)) [DiMail 499]
Voir aussi l'Evangile (Lc 2, 22-40) [DiMail 51

Homélie "Faisons les présentations" (2.02.2014)
puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l'impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le démon

puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l'impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le démon

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog