3° dimanche de Pâques C (Jean 21, 1-19) (DiMail 117)

25/04/04
DiMail 117 (revu)

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord du lac de Tibériade, et voici comment. Il y avait là Simon-Pierre, avec Thomas (dont le nom signifie : Jumeau), Nathanaël, de Cana en Galilée, les fils de Zébédée, et deux autres disciples. Simon-Pierre leur dit : « Je m'en vais à la pêche. » Ils lui répondent : « Nous allons avec toi. » Ils partirent et montèrent dans la barque ; or, ils passèrent la nuit sans rien prendre.
Au lever du jour, Jésus était là, sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c'était lui. Jésus les appelle : « Les enfants, auriez-vous un peu de poisson ? » Ils lui répondent : « Non. » Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson. Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C'est le Seigneur ! » Quand Simon-Pierre l'entendit déclarer que c'était le Seigneur, il passa un vêtement, car il n'avait rien sur lui, et il se jeta à l'eau. Les autres disciples arrivent en barque, tirant le filet plein de poissons ; la terre n'était qu'à une centaine de mètres.
En débarquant sur le rivage, ils voient un feu de braise avec du poisson posé dessus, et du pain. Jésus leur dit : « Apportez donc de ce poisson que vous venez de prendre. » Simon-Pierre monta dans la barque et amena jusqu'à terre le filet plein de gros poissons : il y en avait cent cinquante-trois. Et, malgré cette quantité, le filet ne s'était pas déchiré.
Jésus dit alors : « Venez déjeuner. » Aucun des disciples n'osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c'était le Seigneur. Jésus s'approche, prend le pain et le leur donne, ainsi que le poisson.
C'était la troisième fois que Jésus ressuscité d'entre les morts se manifestait à ses disciples.
Quand ils eurent déjeuné, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m'aimes-tu ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur, je t'aime, tu le sais. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m'aimes ? » Pierre fut peiné parce que, pour la troisième fois, il lui demandait : « Est-ce que tu m'aimes ? » et il répondit : « Seigneur, tu sais tout : tu sais bien que je t'aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c'est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t'emmener là où tu ne voudrais pas aller. »
Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Puis il lui dit encore : « Suis-moi. »

Traduction AELF

Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n'arrivaient pas à le ramener, tellement il y avait de poisson.En ce 3° dimanche après Pâques C, nous avons quitté Jérusalem et sommes au bord du lac de Tibériade où Jésus se manifeste à nouveau aux disciples (Jn 21, 1-19).
« Jésus se manifesta » (v. 1.14). La résurrection de Jésus n’est pas une question théorique, c’est une rencontre avec quelqu’un de vivant. C’est Jésus qui a toujours l’initiative et qui laisse le temps qu’il faut aux apôtres pour qu’ils le reconnaissent. Jésus ne s’impose pas. C’est bien le même (identité du crucifié et du ressuscité), et pourtant il est changé, différent, transformé, car ils ne le reconnaissent pas dans un premier temps. D’un côté, Jésus leur parle, il prend le pain et le poisson dans ses mains, il les connaît par leur nom, il sait où aller pour les trouver; d’un autre côté, ils le voient, ils l’entendent, ils ne s’attendaient pas à le rencontrer dans ces circonstances et dans ce lieu.
Voici quelques questions pour l'Evangile de ce dimanche :
- Dans quel état d’esprit est-ce que j’accueille un nouveau jour?
- Quand m’est-il arrivé de passer d’une situation de pénurie et de manque à celle d’une surabondance et d’un excès?
- Quand m’arrive-t-il de me jeter à l’eau pour aller rejoindre le Christ? quelqu’un qui m’est cher?
- Avec qui Jésus m’invite-t-il à déjeuner?
- Quand ai-je été emmené(e) là où je ne pensais pas aller?
- A quelle(s) occasion(s) ai-je entendu l’appel de Jésus à le suivre? à être son disciple?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Quand m’est-il arrivé de ne pas tout à fait reconnaître la personne que mon cœur aime? Quel aspect nouveau ai-je découvert? Quelle surprise m’a-t-il/elle faite?
- A quelle(s) occasion(s) nous arrive-t-il de nous déclarer à nouveau notre amour?

Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- Comment est-ce que je réagis lorsque j’ai l’impression de travailler pour rien?
- Quel signe a été un encouragement pour mon travail qui me paraissait alors stérile?

Pour les ados :
- Quand est-ce que Jésus est venu me réconforter après un échec ou une situation difficile?
-
Quand est-ce que j'ai pu dire à Jésus que je l'aimais?

A qui puis-je proposer les DiMails pour l’aider à goûter l’Évangile du dimanche et donner de la saveur à sa semaine ?  

Bonne semaine.
OJ+

Voir aussi la 1° lecture (Ac 5, 27b-32.40b-41) [DiMail 263]
Voir aussi le psaume 29 (30)) [DiMail 588]
Voir aussi la 2° lecture (Ap 5, 11-14) [DiMail 455]

Lire l'homélie "Jésus miséricor-Dieu" (10.04.2016)

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog