Veillée pascale C (Luc 24, 1-12) (DiMail 115)

11/04/04
DiMail 115

Le premier jour de la semaine, de grand matin, les femmes se rendirent au sépulcre, portant les aromates qu'elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. Elles ne savaient que penser, lorsque deux hommes se présentèrent à elles, avec un vêtement éblouissant. Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers le sol. Ils leur dirent : « Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?
Il n'est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu'il vous a dit quand il était encore en Galilée : Il faut que le Fils de l'homme soit livré aux mains des pécheurs, qu'il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.' » Alors elles se rappelèrent ses paroles.
Revenues du tombeau, elles rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. C'étaient Marie Madeleine, Jeanne, et Marie mère de Jacques ; les autres femmes qui les accompagnaient disaient la même chose aux Apôtres.
Mais ces propos leur semblèrent délirants, et ils ne les croyaient pas. Pierre cependant courut au tombeau ; mais en se penchant, il ne vit que le linceul. Il s'en retourna chez lui, tout étonné de ce qui lui était arrivé.

Traduction AELF

Femmes au tombeau (Maurice Denis)En cette veillée pascale, nous accompagnons les femmes au tombeau de Jésus (Lc 24, 1-12).
Dans la visite des femmes au tombeau, comme dans la quête de tout être humain, il y a ce risque vécu aussi par St Augustin : "Vous étiez au-dedans de moi, et, moi, j’étais en dehors de moi ! Et c’est là que je vous cherchais. Vous étiez avec moi et je n’étais pas avec vous" (Les Confessions). Autre repère intéressant, si les chrétiens d’Occident ont parlé de la basilique du St Sépulcre à Jérusalem, ceux d’Orient l’ont appelée basilique de l’Anastasis
(= Résurrection, en grec). C’est un tout autre regard porté sur la réalité.
Chaque église est comme ce tombeau où Jésus a été déposé : nous venons y déposer nos pesanteurs mortelles et mortifères, et renaître de l’eau et de l’Esprit pour les catéchumènes; et communier à la Vie du Ressuscité pour les baptisés pour en sortir, envoyés ailleurs ("pas ici") au milieu de l’humanité ("en Galilée"). C’est pourquoi, les passants qui viennent après la messe trouvent l’église vide : le Corps du Christ [= l’Église] n’est pas mort, il est Vivant, présent [= cadeau] envoyé dans le monde entier.

Voici quelques questions pour l’Évangile de la Veillée pascale
- Sur la tombe de quelle(s) personne(s) m’arrive-t-il d’aller?
- Face à quel(s) événement(s) m’arrive-t-il de ne savoir que penser?
- Quand m’est-il arrivé de chercher midi à quatorze heure?
- Quand je médite sur la résurrection de Jésus, qu’est-ce qui m’étonne encore?
- En quoi la résurrection de Jésus est-elle une très Bonne Nouvelle pour moi? pour notre monde?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Pour l’épouse : quel(s) propos mon époux a-t-il du mal à comprendre ou à croire?
- Pour l’époux : qu’est-ce qui m’étonne dans ce que mon épouse me dit et que j’ai parfois du mal à croire?
- Pour l’épouse : comment ai-je aidé mon époux à accueillir la bonne nouvelle d’une nouvelle vie?
- Pour l’époux : comment mon épouse m’aide-t-elle à regarder du côté de la Vie?

Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- Que m’arrive-t-il de chercher dans mon travail et que je ne trouve pas?
- Qu’est-ce qui ne se passe pas toujours comme je l’avais prévu ou programmé?

Le temps pascal est commencé. Vivons en ressuscités. Bon octave [8 jours] de Pâques.

OJ+

Voir aussi la 1° lecture (Gn 1,1 - 2,4a) [DiMail 639]
Voir aussi la 2° lecture (Gn 22, 1-13.15-18) [DiMail 204]
Voir aussi la dernière lecture (Rm 6, 3b-11) [DiMail 338]
Voir aussi le psaume 117 (118) [DiMail 321]

Lire l'homélie "Un amour qui n'a pas de prix" (26.03.2016)

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog