22° dimanche du Temps ordinaire B (Marc 7, 1-8.14-15.21-23) (DiMail 84)

31/08/03
DiMail 84 (revu)

Les pharisiens et quelques scribes étaient venus de Jérusalem. Ils se réunissent autour de Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c'est-à-dire non lavées.
— Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, fidèles à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s'être aspergés d'eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d'autres pratiques : lavage de coupes, de cruches et de plats. —
Alors les pharisiens et les scribes demandent à Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas sans s'être lavé les mains. »
Jésus leur répond : « Isaïe a fait une bonne prophétie sur vous, hypocrites, dans ce passage de l'Écriture : Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.
Il est inutile, le culte qu'ils me rendent ; les doctrines qu'ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. »
Puis Jésus appela de nouveau la foule et lui dit : « Écoutez-moi tous, et comprenez bien. Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur. »
Il disait encore à ses disciples, à l'écart de la foule : « C'est du dedans, du cœur de l'homme, que sortent les pensées perverses : inconduite, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, orgueil et démesure.
Tout ce mal vient du dedans, et rend l'homme impur. »

Traduction AELF

Rien de ce qui est extérieur à l'homme et qui pénètre en lui ne peut le rendre impur. Mais ce qui sort de l'homme, voilà ce qui rend l'homme impur.En ce 22° dimanche du temps ordinaire B, après la pause aoûtienne avec St Jean et la fraîcheur de la synagogue de Capharnaüm, nous retrouvons l'évangile de Marc (Mc 7, 1-8.14-15.21-23) avec une controverse avec des scribes et des pharisiens venus de Jérusalem. Ces derniers se considèrent comme les gardiens de la Loi et des 613 préceptes en matière de vie quotidienne. Le pouvoir central envoie ses "inspecteurs" vérifier l'orthopraxie (= pratique droite) de Jésus et de ses disciples dont les premiers échos sont arrivés à Jérusalem.
La question de la pureté est très importante pour les juifs. Elle n'est pas forcément liée au péché (interdits alimentaires; maladies; règles; toucher une personne blessée ou morte, probable raison pour laquelle le prêtre et le lévite de la parabole du bon Samaritain (Lc 10, 29-37), ne s'arrêtent pas pour lui porter secours). Retenons que l'impureté est un état qui met la personne en situation d'exclusion temporaire par rapport à la vie religieuse. Le croyant, pour retrouver l'état de pureté, de communion avec Dieu, doit pratiquer un rituel qui varie selon la cause d'impureté. Pour plus de précisions, je t'invite à lire les chapitres 11 à 15 du Lévitique.

Jésus insiste comme contre-point sur le coeur. Aujourd'hui, le coeur est le lieu des sentiments. Dans la Bible, le coeur est bien plus que cela. C'est le lieu le plus intime des souvenirs, des idées, des projets et des grandes décisions. « L'essentiel est invisible pour les yeux; on ne voit bien qu'avec le coeur » (Antoine de St Exupéry Le Petit Prince). On se rappelle la promesse de Dieu à Ézéchiel
« Je vous donnerai un coeur nouveau [...]. J'enlèverai votre coeur de pierre et je vous donnerai un coeur de chair. » (36, 26)

Voici quelques questions pour l'Évangile de ce dimanche :
- M'arrive-t-il de demander des comptes ou de faire des reproches à telle ou telle personne pour sa conduite? Dans quel état d'esprit est-ce que je le fais?
- Quelle(s) barrière, quel(s) cloisonnement(s), est-ce que je crée dans ma tête, dans mon coeur, dans mes relations, entre les "fréquentables" et ceux que j'exclus? Sur quel(s) critère(s) est-ce que je le fais? Est-il/Sont-ils évangélique(s)?
- Quelles(s) tradition(s) humaine(s) m'éloigne(nt) de Dieu et des hommes?
- Dans la liste des pensées perverses, pour laquelle puis-je demander au Seigneur sa grâce de guérison par son contraire (par exemple : le vol par le don, l'adultère par la fidélité, la méchanceté par la bonté, la diffamation par la vérité, l'orgueil par l'humilité, la démesure par la tempérance)?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Comment vivons-nous la correction fraternelle, dans notre couple?
- Quel temps nous donnons-nous pour parler calmement de ce que nous avons dans le coeur? de ce qui nous fait vivre?

Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- Quand on me demande des comptes, dans quel état est-ce que je me sens? Sur quel ton est-ce que je réponds?
- Quand je viens "inspecter" le travail de mes collaborateurs, se sentent-ils agressés? jugés? reconnus? valorisés? en confiance
?
Pour les ados :
- Quand ai-je contesté ou remis en cause des pratiques familiales? Qu'est-ce que mes parents m'ont répondu?
- Q
uand ai-je vérifié que c'est du dedans du coeur de l'homme que sortent souvent des choses mauvaises?

Bonne semaine
OJ+

Voir aussi la 1° lecture (Dt 4, 1-8) [DiMail 228]
Voir aussi le psaume 14 (15) [DiMail 594]
Voir aussi la 2° lecture (Jc 1, 17-18.21b-22.27) [DiMail 419]

Lire l'homélie "Des mains au coeur" (30.08.2015)

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog