21° dimanche du Temps ordinaire B (Jean 6, 60-69) (DiMail 83)

24/08/03
DiMail 83 (revu)

Jésus avait dit dans la synagogue de Capharnaüm : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle. » Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, s'écrièrent : « Ce qu'il dit là est intolérable, on ne peut pas continuer à l'écouter ! »
Jésus connaissait par lui-même ces récriminations des disciples. Il leur dit : « Cela vous heurte ?
Et quand vous verrez le Fils de l'homme monter là où il était auparavant ?...
C'est l'esprit qui fait vivre, la chair n'est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie.
Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement qui étaient ceux qui ne croyaient pas, et celui qui le livrerait.
Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. »
À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s'en allèrent et cessèrent de marcher avec lui.
Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? »
Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, vers qui pourrions-nous aller ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint, le Saint de Dieu. »

Traduction AELF

tu as les paroles de la vie éternellesEn ce 21° dimanche du temps ordinaire B, la liturgie nous propose la fin du discours sur le pain de Vie (Jn 6, 60-69). C'est le temps des choix, des décisions à prendre en toute liberté pour les disciples, Pierre et le peuple réuni à Sichem (Jos 24). Le temps des questions et d'une réponse personnelle. Après l'annonce du programme, Jésus nous invite à nous déclarer pour ou contre, ou pour beaucoup d'entre nous, à confirmer un choix fait précédemment. Dans cette aventure, nous ne pouvons pas être des spectateurs ni des consommateurs, mais nous sommes pleinement participants et actifs. Il faut oser balbutier une réponse, parfois timidement, comme à la suite d'une déclaration d'amour.
Une précision sur la "vie éternelle" dont il est question. On l'a trop souvent associée à ce que l'on appelle "l'au-delà". La nouvelle vie, à laquelle nous sommes invités dans la foi au Christ mort et ressuscité, est déjà commencée, avec notre baptême. « Ensevelis avec lui lors du baptême, vous êtes aussi ressuscités avec lui. » (Col 2,12) Réécoutons également ce que Jésus dit à ses apôtres : "La vie éternelle, c'est de te connaître, toi, le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ." (Jn 17,3) Il y a donc une réelle continuité entre ce que nous vivons ici et maintenant et notre existence après notre passage de ce monde vers le Père.

Voici quelques questions pour l'Évangile de ce dimanche :
- Qu'est-ce qui est intolérable pour moi dans les paroles de Jésus? dans l'Évangile?
- Comment est-ce que je me comporte lorsque je me sens contesté(e)? remis(e) en cause ou en désaccord avec ceux qui m'entourent?
- Pourquoi ai-je envie de continuer à marcher avec Jésus?
- Quelle(s) parole(s) de Jésus est/sont parole(s) de la vie éternelle?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Depuis combien de temps n'ai-je pas dit à mon époux(se) que je le/la préférais à tout(e) autre?
- Quel(s) rite(s) exprime(nt) que je le/la choisis à nouveau et que je lui suis tout(e) donné(e)? (Vers qui d'autre pourrais-je aller? Tu es ... [à compléter].)

Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- M'arrive-t-il de vouloir changer de travail? Pour quelle(s) raison(s)? (lassitude? ambiance? monotonie? intérêt?) A quelle(s) occasion(s) ai-je pu le faire? Qu'est que j'attends pour le faire?
- M'arrive-t-il de penser à changer de profession?
(en faisant un bilan de compétences? en m'arrêtant de travailler pour m'occuper de mes enfants? de reprendre une activité professionnelle après un arrêt? ...)

Pour les ados :
- Quand ai-je voulu quitter Jésus ? Pourquoi ?
-
Pourquoi ai-je décidé de rester auprès de Jésus, même si c'est parfois difficile ?

Bonne rentrée. Si tu prends des "bonnes" résolutions à cette occasion, rappelle-toi qu'il vaut mieux réussir un objectif réalisable que d'échouer à un objectif inatteignable et inabordable. À chacun(e) d'avancer à son rythme. Et bonne route avec le Christ.
OJ+

Voir aussi la 1° lecture (Jos 24, 1-2a.15-17.18b) [DiMail 227]
Voir aussi le psaume 33 (34) [DiMail 593]
Voir aussi la 2° lecture (Ep 5, 21-32) [DiMail 418]

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog