9.11 Dédicace de St Jean du Latran (Jean 2, 13-22) (DiMail 94)

9/11/03
DiMail 94 (revu)

Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem.
Il trouva installés dans le Temple les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.
Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »
Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment.
Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »
Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »
Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.
Aussi, quand il ressuscita d'entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu'il avait dit cela ; ils crurent aux prophéties de l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite.

Traduction AELF

En ce 9 novembre, nous fêtons la dédidace de la basilique St Jean du Latran dédiée deux Jean, le Baptiste et l’Évangéliste. C’est la cathédrale de l’évêque de Rome.
L’Eglise a prévu un rite pour la dédicace d’une nouvelle église et d’un autel. C’est la dédicace de l’autel qui constitue la partie principale de celle de l’église, car il en est le lieu le plus vénérable. Il est l’image du Christ, comme pierre de fondement ou pierre angulaire (pierre d’angle de l’édifice Ac 4,11; 1 Co 3,11; 1 P 2, 4-7). La dédicace de l’autel consiste en l’onction du saint Chrême. Celle d’une église est d’abord une fête du peuple de Dieu, qui sera appelé à s’y rassembler chaque dimanche pour l’eucharistie.

Jésus invite au respect du Temple et parle de son corps comme du temple (Jn 2, 13-22). Si St Jean place cet épisode au début de son évangile, après le signe de Cana (Jn 2, 1-12), les trois évangiles synoptiques (Mt, Mc et Lc) le situent après son entrée à Jérusalem, au cours de sa dernière semaine. Le point commun entre les quatre, c’est la proximité de la Pâque juive.

Voici quelques questions pour l’Évangile de cette fête :
- Dans quel esprit vais-je à l’église?
- Dans ma vie chrétienne, qu’est-ce qui serait à enlever pour en revenir à l’Evangile? Qu’aurais-je pu détourner de son sens premier?
- Quel respect est-ce que j’accorde à mon corps et à celui des autres?
- A quelle occasion m’est-il arrivé de me rappeler et de comprendre une parole (biblique, fraternelle ou amicale) bien plus tard?
- Quel temps est-ce que je consacre à scruter les Ecritures pour y découvrir comment Jésus accomplit les prophéties?
Pour les couples et les (grands-) parents :
- Comment aidons-nous nos (petits-) enfants à grandir dans la foi?
- Comment prenons-nous soin de l’intérieur de notre foyer?
Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- Dans quel esprit faisons-nous des affaires?
- Comment est-ce que j’habite le lieu où je passe ma journée?

Pour les ados :
- Quand ai-je eu envie de tout envoyer balader car ce n'était pas juste ?
- Sur quels sujets est-ce que j'attends que mes parents justifient leurs décisions ?

Bonne semaine.
OJ+

Note sur le Temple de Jérusalem :
Temple de Salomon« Voulu par David (2 S 7, 1-3), c’est son fils Salomon qui fera construire le Temple (1 R 5,15 - 7,51). Il abrite l’arche d’Alliance et est le signe de la présence de Dieu au milieu de son peuple. Il sera détruit après la prise de Jérusalem par Nabuchodonosaur en - 587.

 

Temple de Jérusalem au temps d'Hérode et de JésusUn 2° temple, bien plus modeste, annoncé par Ézéchiel (40 - 48) sera construit au retour de l’exil (inauguré en - 515), avec l’encouragement des prophètes Aggée et Zacharie (Esdras 3 - 6). C’est celui que connut Jésus. Il fut détruit en l’an 70 par les Romains.

Il n’en reste que l’esplanade où est actuellement la mosquée El-Aqsa et la coupole du Dôme du Rocher. Les juifs se rendent au Mur occidental (improprement appelé "mur des lamentations", c’est en fait le dernier vestige du rempart qui entourait le Temple) pour prier.

Dans le texte grec de Jn 2, 13-22, 2 mots sont traduits par en français par Temple : "iéron" (= parvis extérieur) (v. 14.15) et "naos" (= sanctuaire) (v. 19.20.21). En effet, le Temple est composé de différents espaces dont le plus important est le "Saint des Saints", à cause de la "Shekhina" (= "présence de Dieu"). Avec Jésus, on passe à un temple nouveau et définitif. » [DiMail 63; 3° dim Carême B]

Voir aussi la 1° lecture (Ez 47, 1-2.8-9.12) [DiMail 369]
Voir aussi le psaume 45 (46) [DiMail 556]
Voir aussi la 2° lecture (1 Co 3, 9b-11.16-17) [DiMail 368]

Lire l'homélie "Ca chauffe à Jérusalem !" (9.11.2014)

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog