21° dimanche du Temps ordinaire C (Luc 13, 22-30) (DiMail 131)

22/08/04
DiMail 131 (revu)

Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant.
Quelqu'un lui demanda : « Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? »
Jésus leur dit : « Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas.
Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes.'
Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.'
Il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal.'
Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.
Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu.
Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

Traduction AELF

Porte étroiteEn ce 21° dimanche du temps ordinaire C, Jésus confirme un salut universel (Lc 13, 22-30) et pas uniquement réservé au peuple de la première alliance, comme l’annonçait déjà Isaïe (66, 18-21) dans la 1° lecture (DiMail 287).
Le salut, c’est participer à la vie de Dieu. En cela, par notre baptême, c’est déjà en partie le cas. Cependant, Jésus nous met en garde : l’appartenance au peuple d’Israël ou à l’Eglise n’est pas une assurance à 100%, ni une garantie. Il n’y a rien d’automatique en ce qui concerne la fin des temps, pour le festin du royaume des cieux, lorsque Dieu nous fera pleinement participer à sa gloire, lorsqu’il nous divinisera. De plus, il ne s’agit pas de ne sauver individuellement son âme, mais d’un salut collectif. Autrement dit, nous ne serons pas sauvés contre les autres, mais avec eux. N’oublions pas que pour qu’il y ait des sauvés, il a fallu un Sauveur. C’est bien celui qui est en marche vers Jérusalem, celui qui est interrogé, celui qui passera par la porte étroite de la croix, puis par celle du tombeau. Dans un sens puis dans l’autre. Y entrant mort, en sortant relevé, ressuscité.

Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
- Que puis-je faire pour aider d’autres à recevoir ce salut offert?
- Qu’est-ce qui pourrait m’encombrer pour me donner l’impression que la porte est étroite?
- Quand m’est-il arrivé de regretter d’avoir remis à plus tard ce que j’aurais déjà pu commencer au moment où j’y avais pensé?
- M’est-il arrivé de me complaire à faire le mal? Dans quelles circonstances? Quel(s) moyen(s) ai-je pris pour changer, pour y mettre fin? Qu(i)’est-ce qui m’a fait changer?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- Comment suis-je entré(e) dans ma belle-famille ?
- Comment réagissons-nous lorsqu’un de nos (petits-) enfants pleure ?

Pour ceux qui travaillent (professionnellement ou à la maison) :
- Dans quel esprit est-ce que je passe un entretien d’embauche ?
- Quels sont mes critères pour gérer mes horaires d’arrivée au travail et de retour à mon domicile ? Et si je trouvais un jour la porte close … ?

Bonne semaine.
OJ+
 

Voir aussi la 1° lecture (Is 66, 18-21) [DiMail 287]
Voir aussi le psaume 116 (117) [DiMail 497]
Voir 
aussi la 2° lecture (He 12, 5-7.11-13) [DiMail 474]

Voir aussi l'homélie la porte étroite sera fermée (25.08.2013)   

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog