14° dimanche du Temps ordinaire C (Luc 10, 1-12.17-20) (DiMail 127)

4/07/04
DiMail 127

Parmi ses disciples, le Seigneur en désigna encore soixante-douze, et il les envoya deux par deux devant lui dans toutes les villes et localités où lui-même devait aller.
Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. N'emportez ni argent, ni sac, ni sandales, et ne vous attardez pas en salutations sur la route.
Dans toute maison où vous entrerez, dites d'abord : 'Paix à cette maison.' S'il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l'on vous servira ; car le travailleur mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison.
Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qu'on vous offrira. Là, guérissez les malades, et dites aux habitants : 'Le règne de Dieu est tout proche de vous.'
Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, sortez sur les places et dites : 'Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous la secouons pour vous la laisser. Pourtant sachez-le : le règne de Dieu est tout proche.'
Je vous le déclare : au jour du Jugement, Sodome sera traitée moins sévèrement que cette ville. »
Les soixante-douze disciples revinrent tout joyeux. Ils racontaient : « Seigneur, même les esprits mauvais nous sont soumis en ton nom. »
Jésus leur dit : « Je voyais Satan tomber du ciel comme l'éclair. Vous, je vous ai donné pouvoir d'écraser serpents et scorpions, et pouvoir sur toute la puissance de l'Ennemi ; et rien ne pourra vous faire du mal. Cependant, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms sont inscrits dans les cieux. »

Traduction AELF

En ce 14° dimanche du temps ordinaire C, Jésus envoie 72 disciples en mission deux par deux (Lc 10, 1-12.17-20).
« Les ouvriers [pour la moisson] sont peu nombreux. » Jésus s’en plaignait déjà. Il n’est pas donc pas si étonnant qu’aujourd’hui encore, des évêques fassent le même constat pour des prêtres, des curés de paroisse pour des catéchistes et autres services paroissiaux, des responsables d’aumônerie d’hôpitaux pour des visiteurs, ou des responsables d’aumônerie de collèges et lycées pour des animateurs. Tous se trouvent face à un manque de personnel. C’est le propre de l’Église. Elle ne doit ni s’en réjouir ni désespérer. Si elle n’était qu’une "entreprise" humaine, elle pourrait déposer son bilan. Elle doit, au contraire, entrer dans la confiance en Celui qui l’a suscitée et qui appelle, contre vents et marées, directement ou par l’intermédiaire de certains. Qui acceptera de répondre?

Voici quelques questions pour l’Évangile de ce dimanche :
- Vers qui Dieu m’envoie-t-il?
- Avec qui Jésus m’envoie-t-il l’annoncer?
- Qu’est-ce qui m’encombre parfois pour être libre?
- Quand ai-je invité et accueilli chez moi des messagers de la Bonne Nouvelle?
- Qu’est-ce qui me réjouit?

Pour les couples et les (grands-) parents :
- A qui Jésus nous envoie-t-il? Pour quelle mission?
- Comment vivons-nous en paix dans notre maison?

Pour ceux et celles qui travaillent (professionnellement ou au foyer) :
- Comment est-ce que je vis l’éloignement familial dû à des déplacements professionnels?
- Comment suis-je témoin de la paix du Christ dans la maison-entreprise où je travaille?

Pour les ados :
- Est-ce que je prie pour les prêtres que je connais?

- Comment est-ce que je réagirais si j'apprenais qu'un garçon que je connais me disait que Dieu l'appelle à être prêtre?

Bonne semaine.
OJ+  

Voir aussi la 1° lecture (Is 66, 10-14) [DiMail 276]
Voir aussi le psaume 65 (66) [DiMail 528]
Voir aussi la 2° lecture (Ga 6, 14-18) [DiMail 467]

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog