Solitudes Homélie Dim Rameaux et Passion (9.04.2017)

Dimanche 9 avril 2017 Dimanche des Rameaux et de la Passion A St Pierre St Paul Colombes

Solitudes

Ce dimanche encore, le récit de la Passion du Christ Jésus donne matière à réflexion sur notre thème de Carême sur les solitudes : Judas, Simon-Pierre, Pilate et Jésus.

Commençons par l’isolement de Judas Iscariote, le traître : il est seul dans sa trahison. Il l’est encore plus lorsqu’il a pris conscience du mal qu’il avait fait. Judas seul part se pendreSeul aussi devant son péché lorsqu’il est pris de remords  – une accusation morbide qui devient mortelle en désespérant du pardon. Seul enfin lorsqu’il décide de se pendre.

Solitude de Simon-Pierre après son triple reniementContinuons avec l’isolement de Simon-Pierre, l’ami lors de son engagement à suivre Jésus coûte que coûte : Si tous viennent à tomber à cause de toi, moi, je ne tomberai pas. Même si je dois mourir avec toi, je ne te renierai pas. Comptant sur lui seul lors des trois questions posées, il tombe, comme quand il avait marché sur l’eau et qu’il a commencé à s’enfoncer (Mt 14, 28-31). Lorsqu’il entend le coq chanter, il est seul face à sa propre misère, à sa faiblesse.

Poursuivons avec la solitude de Pilate, le politique qui décide seul. Il achète la paix sociale à Jérusalem alors que la fête de la Pâque juive approche, en libérant un criminel, Barrabas, plutôt qu’un innocent, Jésus, refusant de porter la responsabilité de la décision : je suis innocent du sang de cet homme.

Terminons avec la solitude de Jésus, celle du Fils de l’homme. Elle vient après son entrée triomphale à Jérusalem où il est acclamé par la foule, et son dernier dîner avec ses disciples. Il vit ensuite des grands moments de solitude : A Gethsémani, Jésus est seulà Gethsémani, alors qu’il est accompagné par trois des apôtres qui s’endorment alors qu’il leur avait demandé de venir prier avec lui. Il affronte seul le combat intérieur de l’abandon de sa volonté. A Gethsémani, il est le Oui à Dieu son Père, quand Adam avait désobéit (Gn 3). Trahi par Judas, il est seul devant le Conseil des juifs. Seul lorsque Simon-Pierre refuse de reconnaître qu’il le connaît. Il est le berger dont les brebis ont été dispersées. Seul face à Pilate. Seul pendant le chemin de croix, à l’exception de la rencontre avec Simon de Cyrène qui l’aide à porter sa croix. Seul sur la croix, les passants l’insultent, les grands prêtres se moquent de lui. Seul il affronte la souffrance physique, comme l’annonçait le disciple persécuté et insulté présenté par Isaïe, mais aussi celui du psaume. Seul dans son abaissement jusqu’à la mort, et la mort de la croix. Il n’y a pas d’agneau offert à sa place.

Pourtant, dans son agonie, malgré les apparences, il reste en communion avec son Père et l’Esprit St. Il est le premier et, à notre connaissance, le seul à avoir été ressuscité par la puissance de vie divine. Jésus seul nous permet de recréer un lien avec Dieu et les autres, lien qui avait été brisé par le péché.

Mt 21, 1-11 ; Is 50, 4-7 ; Ps 21 ; Ph 2, 6-11 ; Mt 26,14 -27,66

P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog