Transmetteurs de la Bonne Nouvelle Homélie Ste Marie Mère de Dieu (1.01.2017)

Dimanche 1° janvier 2017 St Pierre St Paul Colombes Ste Marie, mère de Dieu

Transmetteurs de la Bonne Nouvelle

Dans ce récit de la visite des bergers à l’enfant Jésus, nous avons un exemple de témoignage réussi, et même littéralement d’évangélisation, de l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus, né d’une femme, Marie, que Dieu a envoyé, et qui a racheté le peuple de l’Alliance conclue au Sinaï au temps de Moïse, et qui a fait de nous ses frères et sœurs. Observons le processus de transmission.

Le Seigneur a envoyé son ange aux bergers des environs de BethléemTout part de Dieu : le Seigneur a envoyé son ange à des bergers des environs de Bethléem qui ont pris au sérieux ce qu’il leur avait annoncé et que nous avons entendu dans la nuit de Noël : « Voici que je vous annonce une Bonne Nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » (Lc 2, 10b-12)

le signe : un enfant dans une mangeoireEn arrivant à Bethléem, ils ont pu vérifier l’exactitude de ce que leur avait annoncé l’ange : un nouveau-né était bien couché dans la mangeoire. Cela donnait donc de la crédibilité au reste dont les titres donnés à l’enfant : le « Sauveur », « le Christ », « le Seigneur ».

Reprenons chacun d’eux : a) Sauveur : c’est bien le sens du nom de Jésus en hébreu : le Seigneur sauve ; sauveur du péché, de la mort, des ténèbres, de toutes les chutes corporelles, spirituelles ; b) le Christ : c’est Celui qui a reçu l’onction du St Esprit, le Messie annoncé par les prophètes d’Israël dont toutes celles du prophète Isaïe que nous écoutons pendant l’Avent ; c) le Seigneur qui traduit Yahvé, ce nom du Dieu unique qui sera attribué à Jésus après sa résurrection par les apôtres et l’Eglise des commencements. Tout est dit sur Jésus. La suite de l’Evangile ne fera que le révéler pendant ses 3 ans de vie publique et ses 3 jours qui ont redonné un sens à toute l’histoire de l’humanité et à celle de tout être humain.

Les bergers racontèrent ce que les anges leur avaient annoncé au sujet de l’enfant. Ils ne sont pas restés dans la contemplation, ils ont parlé ! Autrement dit, tant Marie que Joseph se voient confirmer l’origine divine et la vocation unique de l’enfant de Marie. Eux-mêmes n’ont pas été les victimes d’une hallucination pour Marie (Lc 1, 28-38), d’un songe pour Joseph (Mt 1, 20-24), ni d’une grossesse imaginaire pour Marie.

Les bergers ont parlé, mais pas seulement au jeune couple de Nazareth. A d’autres aussi, sinon St Luc n’aurait pas pu écrire : tout le monde s’étonnait de ce que racontaient les bergers. Pas seulement à Marie et Joseph, mais aussi tous ceux à qui, à Bethléem, ils l’ont raconté. Et ils ont été pris au sérieux et crus. Même si ce sont des petits, des gens simples, ils ont été choisis par le Seigneur pour être ses messagers.

Après l’ange, les bergers sont les premiers évangélisateurs humains. Si nous lisons l’histoire des commencements de l’Eglise dans le livre des Actes des Apôtres, nous observons le même processus : les St Paul rappelle le kérygme aux Corinthiensapôtres, avec le St Esprit, racontent ce que Jésus a vécu : sa passion, sa mort et sa résurrection. C’est le kérygme, le cœur, le centre de la foi des disciples de Jésus. Et nous qui sommes aussi des gens simples qui n’avons pas fait d’études de théologie, Dieu compte aussi sur nous : nous pouvons annoncer le kérygme : Dieu a ressuscité Jésus qui avait été crucifié et qui est mort et mis au tombeau. Par les mots que Dieu nous fera dire, il pourra aussi susciter de l’étonnement chez certains de nos interlocuteurs. Qu’est-ce qui nous empêche de le faire ? Qu’est-ce qui nous empêche de le faire ?

Poursuivons le récit. Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Le cœur de Marie est unique à plus d’un titre. le coeur d'une mèreC’est le cœur d’une maman, le cœur d’une femme juive qui va devenir disciple, le cœur d’une priante tournée vers Dieu, un cœur façonné par la Parole entendue, méditée, intériorisée. C’est le cœur d’une femme qui, elle aussi, a parlé et témoigné. Pour que St Luc ait pu faire un récit si précis, c’est qu’il a eu accès directement ou indirectement au témoignage de Marie.

Pour conclure, le Seigneur fait de nous les bergers d’aujourd’hui. Faisons confiance à ce que nous écoutons et méditons dans la Parole de Dieu. Laissons-nous enseigner, y compris sur les signes que Dieu nous donne. Et dans la prière, demandons à Dieu son Esprit pour qu’après avoir laissé résonner en nous sa Bonne Nouvelle, nous ayons l’audace de parler et témoigner dans nos Bethléem respectifs.

Nb 6, 22-27 ; Ps 66 ; Ga 4, 4-7 ; Lc 2, 16-21

P. Olivier Joncour

Bracelets "The Four" : Dieu est Amour, en péchant j'ai échoué, mais Jésus a donné sa vie pour moi sur la croix et il est mort pour nous, alors veux-tu vivre pour Dieu?

Bracelets "The Four" : Dieu est Amour, en péchant j'ai échoué, mais Jésus a donné sa vie pour moi sur la croix et il est mort pour nous, alors veux-tu vivre pour Dieu?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog