Ressources de la foi pour grandir dans l'unité Homélie 3° dim TO A (22.01.2017)

Dimanche 22 janvier 2017 3° dim TO St PP Colombes ; Centre 72 EPUF Bois-Colombes

Ressources de la foi pour grandir dans l'unité

Je vous remercie de m’accueillir dans votre culte, au sein de votre assemblée de prière en ce dimanche, le « Jour du Seigneur » (Ac ), en cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens, moi un prêtre catholique Martin Luther affiche ses 95 thèsesà qui vous proposez de prendre la parole pour commenter et actualiser LA Parole de Dieu que nous venons d’écouter, en cette année du 500° anniversaire où Martin Luther a placardé ses 95 thèses sur la porte de l'église de Wittenberg (31.10.1517).

Que de chemin parcouru ! Dans les cœurs, dans les esprits, dans nos communautés respectives ! Même s’il reste encore du chemin pour retrouver l’Eglise UNE du Christ, qu’il veut UNIE, dans la foi, dans l’espérance et l’amour vécu. Mais au lieu de nous focaliser sur ce qui reste encore à parcourir, regardons toutes les occasions qui ont déjà été saisies pour dialoguer, pour avancer, pour nous rapprocher, pas seulement des uns et des autres, mais surtout du Christ Jésus notre Seigneur, Alpha et Oméga. Et grandir dans la communion n’est pas facile quand il y a des différences. Tous les couples le savent bien. Je pense aussi à ce que vous vivez depuis quelques années Eglise Protestante Unie de France en synodedans l’Eglise Protestante Unie de France, l’EPUF, avec les discussions en Synode pour arriver à une déclaration de foi, les freins, les différentes sensibilités, les concessions. Il faut du temps pour se connaître, pour se reconnaître comme frères et sœurs. Il faut du temps ! Il faut du temps ! Ce qui compte, c’est le processus, la dynamique, le mouvement.

Dans les périodes de crise, cela bouge, il y a du mouvement.
Matthieu souligne que c’est à la suite de l’arrestation de Jean, que Jésus quitte Nazareth pour se rendre à Capharnaüm. St Luc, dans les Actes des apôtres, rapporte le même phénomène : c’est à l’occasion d’une première vague de persécutions contre les disciples du Ressuscité que certains quittent Jérusalem et qu’ils vont être dispersés et partir annoncer l’Evangile de Jésus, mort et ressuscité. (Ac 8,1). N’était-ce pas déjà en Egypte, plusieurs siècles auparavant, lorsqu’ils étaient esclaves que les fils d’Israël, ont fait l’expérience qu'après avoir pris leur dernier repas, fuyant Pharaon, ils se sont retrouvés devant l'impasse de la Mer Rouge, regrettant leur évasion, jusqu'au moment où le Seigneur a demandé à Moïse de toucher la mer avec son bâton et d'ouvrir un chemin dans les eaux (Ex 14). Plusieurs siècles après, à l’occasion de la chute de Jérusalem par Nabuchodonosor et ses armées, et de la destruction du Temple, une institution si importante dans le judaïsme, puis de l’exil à Babylone, loin de Sion, que le peuple de la première alliance va finalement trouver en lui un renouveau intérieur de sa foi, et Henri-Jérôme Gagey Les ressources de la fois’appuyer sur des ressources qu’il ne soupçonnait pas pour sortir grandi de cette épreuve (cf H-J Gagey Les ressources de la foi). Et que dire de Job, l’endeuillé qui a tout perdu (son bétail, et les membres de  sa famille) et que ses soi-disant amis accablent ou accusent, c’est à la fin d’un long questionnement du Seigneur (37-38 ?) qu’il va pouvoir dire : « Je ne te connaissais que par ouï-dire, mais maintenant, je te connais face à face. » (42 ?)

Les premiers que Jésus appelle sont des paires de frères : Simon et André, Jacques et Jean. Et Dieu sait si c’est parfois difficile de s’entendre et de vivre ensemble entre frères : Caïn et Abel (Gn 4), Ismaël et Isaac (Gn 21), Esaü et Jacob (Gn 27), les frères de Joseph (Gn 37), ceux de la parabole du père miséricordieux (Lc 15), ou Marthe et Marie (Lc 10) pour introduire un peu de parité !

Barque abandonnée sur le rivagePour suivre Jésus, il faut apprendre à quitter : les filets qu’ils jetaient pour les premiers, leur barque et leur père pour les seconds. Qu’avons-nous à quitter pour faire un pas de plus à la suite de Jésus ?
Jésus n’appelle pas des orthodoxes – russes, grecs, coptes, … - , des protestants - réformés, luthériens, anglicans, baptistes ou évangéliques -, ni des catholiques, il appelle des femmes, des hommes, des jeunes à devenir ses disciples qui proposent à d’autres de vivre cette même expérience.

Jésus veut se servir de talents, de compétences, de savoir-faire  acquis dans nos études, dans nos métiers pour les mettre au service de son Eglise, de nos communautés : je ferai de vous des pêcheurs d’hommes. Quelles sont les compétences développées dans notre vie professionnelle dont Jésus veut se servir dans notre vie en Eglise, dans le service des autres, dans la vie fraternelle, dans l’annonce et le témoignage, dans la prière, dans la formation et l’approfondissement de ma foi. Dans ma paroisse, on a réalisé un questionnaire où nous avons demandé aux personnes quels talents ils voulaient mettre au service de l’Eglise. Et nous avons eu des retours très positifs et encourageants, notamment de personnes qui n’étaient pas engagées, qui n’imaginaient pas qu’on pouvait avoir besoin d’elles, qui ne savaient pas comment se faire connaître, qui n’osaient pas se proposer, qui ne savaient pas qu’il y avait des besoins … Depuis, on les a contactées pour les rencontrer et leur faire une proposition précise.

Nous ne pouvons pas ne pas entendre l’interpellation vive de l’apôtre Paul aux chrétiens de Corinthe au sujet des divisions qui sont des contre-témoignages, qui blessent le corps du Christ, qui … Avant même de penser à l’œcuménisme, à cette maison commune de prière entre disciples de Jésus ressuscité… nous avons parfois à être vigilant à l’intérieur même de notre famille, de tel ou tel groupe dans lequel nous discutons et approfondissons notre foi et prions ensemble, à l’échelle de notre communauté du dimanche, de …  De qui vient l’esprit de jalousie ? De qui vient l’esprit de comparaison ? De qui vient l’esprit de division ? De qui vient l’esprit d’égoïsme ? De qui vient l’esprit de colère et d’agressivité ? Nous ne donnerons pas son nom. Au contraire, les fruits de l’Esprit St ne sont-ils pas "l'amour, la paix, la joie, … (Ga 5, 22-23) et l’unité ? « C’est le même Esprit » (1 Co 12).

En mettant de l’huile sur le feu, je ne fais qu’agrandir l’écart, c’est mon cœur qui est divisé et qui va contre la volonté du Christ « Que tous soient un, Père, comme toi en moi et moi en toi » (Jn 17,21)

Is 8,23b - 9,3 ; Ps 26 ; 1 Co 1, 10-13.17 ; Mt 4, 12-23
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog