Préparation à la rencontre de Jésus Homélie 2° dim Avent A (4.12.2016)

Dimanche 4 décembre 2016 2° dim Avent A Colombes

Préparation à la rencontre de Jésus

Jean entraîne les foules au désertCe dimanche, nous sommes entraînés au désert avec les foules de Jérusalem, de la Judée et de la région du Jourdain pour y écouter le prophète Jean. C'est étrange d'aller au désert, un lieu vide, hostile, où la vie n'est pas possible, où il y a peu de végétation, et seuls quelques animaux ont pu s'adapter aux conditions difficiles. Le désert, c'est le lieu de la soif et de la faim. C'est le lieu de la mort. Et aussi de fortes chaleurs le jour, de grand froid la nuit, avec une forte amplitude thermique.
Le désert, c'est l'expérience de la traversée des douze tributs d'Israël pendant quarante ans entre la sortie d'Egypte et l'entrée en Canaan, la terre promise, ce que le livre de l'Exode raconte. désert de Judée où Jésus sera conduit après son baptêmeLe désert, c'est le lieu où Jésus sera conduit par l'Esprit St pendant quarante jours après son baptême par Jean et où il entendra la voix du Père lui dire : "Tu es mon Fils bien-aimé" et où il verra l'Esprit Saint descendre sur lui sous la forme d'une colombe. C'est là qu'il sera tenté par trois fois par le diviseur et qu'il en sortira vainqueur (Mt 4). Le désert, c'est aussi le lieu du silence, où il est possible d'entendre la voix du Seigneur, où l'on n'est pas distrait par le bruit de la ville, où il n'y a ni télévision, ni wifi, ni 3G, ni 4G. C'est le lieu des retrouvailles avec Dieu comme le Seigneur l'ordonne au prophète Osée à qui il demande d'aller au désert avec sa femme qui l'a trahi, pour qu'ils se retrouvent, qu'ils se séduisent à nouveau, et qu'il dise à son épouse : "Je t'emmènerai au désert pour te fiancer à moi." (Os 2) Dans le désert, il y a aussi des oasis, auprès d'un puits qui devient un lieu de repos et de rencontre.

Ce lieu de rendez-vous que le prophète de Dieu fixe à ses coréligionnaires est étrange. En effet, si on veut rencontrer une foule, on va en ville. Ici, c'est tout le contraire : c'est la ville qui vient à Jean le baptiste. le prophète Jean le baptisteCet homme n'est pas à une bizarrerie près : on ne peut pas dire qu'il soit habillé à la mode : un vêtement de poils de chameau, une ceinture. Et que dire de sa nourriture : des sauterelles et du miel sauvage. Une nourriture frugale, simple. C'est un ascète tant par ses vêtements que sa nourriture. Jean est le fils de Zacharie et d'Elisabeth, la cousine de Marie. Il est né six mois avant Jésus. En plus de son style de vie, ce sont ses paroles à la foule qui prouvent qu'il est un prophète, un porte-Parole de Dieu chargé de préparer les coeurs et la vie de ses contemporains à la venue du Seigneur. En donnant un baptême dans l'eau, c'est une plongée, une grand ménage, un grand lessivage qu'il propose : au-delà du corps qui est lavé, c'est le coeur qui a besoin d'être purifié, pardonné. Ils ont besoin de retrouver le sens de Dieu et des autres.

Jean désigne Jésus sans encore donner son nomQu'apprenons-nous sur Jésus? Il est plus que le prophète Jean qui parle de lui, sans jamais citer son Nom qui veut dire "Le Seigneur sauve". C'est dans sa Passion, sa mort et sa résurrection qu'il baptisera dans le feu et l'Esprit ceux qui l'accueilleront le Messie, le Fils de Dieu. Et il est tout proche. Il vient lui aussi vers Jean pour recevoir ce même baptême par solidarité avec les hommes, alors qu'il n'a pas besoin de se convertir. C'est le temps de la préparation, le passage d'une alliance à l'autre, de la première conclue avec Abraham et sa descendance, à une nouvelle en Jésus, mort et ressuscité, avec toute l'humanité.

Après la conversion, la rencontre de Jésus qui fait porter de bons fruitsLes paroles de Jean proposent un chemin : d'abord la conversion car nous avons soif d'autres choses que ce que nous buvons habituellement, ensuite nous sommes prêtes à rencontrer et accueillir Jésus en devenant ses disciples : c'est alors, qu'enfin, nous pouvons porter des bons fruits. C'est l'enjeu de cet Avent : 1) désensablons la source, réveillons l'Esprit St endormi en nous, laissons Dieu guérir ce qui est paralysé ; 2) retrouvons et approfondissons le chemin de l'Evangile en savourant le bon goût qu'il a ; et enfin, 3) le Seigneur nous fera porter les fruits de croissance qu'il veut pour chacun de nous et notre Eglise.

Is 11, 1-10 ; Ps 71 ; Rm 15, 4-9 ; Mt 3, 1-12
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog