Le Dieu d'une vie de relations Homélie 32° Dim TO C (6.11.2016)

Dimanche 6 novembre 2016 32° dim TO C, St PP Colombes Messe des familles

Le Dieu d'une vie de relations

Au cimetière sur la tombe de nos proches pour preier pour euxMercredi dernier, le 2 novembre, c’était encore les vacances, mais avec l’Eglise nous avons prié pour les morts de nos familles, de nos amis, de personnes que nous connaissons ou non. Certains sont sûrement allés au cimetière pour aller déposer des fleurs sur les tombes ou une bougie. En priant pour ces personnes que nous avons connues et aimées, on se rappelle ce que nous avons vécu ensemble, les discussions, des fous rires, ce que nous avons partagé comme moments de joie, de tristesse, de chagrin. C’est donc ce que nous avons vécu au niveau de la relation qui est important. Même si leur présence nous manque, nous pouvons continuer à les aimer.

Dans l’évangile de ce dimanche, les sadducéens sont des juifs qui lisent la Bible, mais qui ne croient pas ni n’espèrent qu’il y aura une résurrection des morts. Comment pouvons-nous en parler ? Les évangélistes, pour expliquer ce qui est arrivé à Jésus, l’ont comparé du Jésus ressuscité, relevé d'entre les mortspassage du sommeil à l’état d’éveil, du fait d’être couché ou allongé à la position debout, d’être vivant après avoir été mort. L’espérance en la résurrection des morts est apparue environ 160 ans avant la naissance de Jésus, à une époque de persécution des juifs. Ici, les sadducéens veulent tendre un piège à Jésus : s’il répond mal à ce cas, ils pourront ajouter ce fait dans son dossier d’accusation : en effet nous sommes déjà au chapitre 20 de St Luc et l’arrestation, le procès et la passion de Jésus sont proches. Cependant, Jésus répond intelligemment en citant la Parole de Dieu.

Que dit Jésus ? Il ne parle pas du Dieu des morts, mais du Dieu des vivants. Il est le Dieu d’Abraham, Abraham, Isaac et JacobDieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Or Abraham, Isaac et Jacob étaient morts et enterrés à l’époque de Moïse. Mais ils restaient présents dans le cœur et les pensées de leur famille. Nous découvrons un Dieu de relations : il est en relation avec moi, avec toi, avec nous.

Qui est le premier ressuscité de l’histoire de l’humanité ? Jésus. Pour la fille de Jaïre (Lc 8, 48-55) ou Lazare, le frère de Marthe et Marie (Jn 11), c’est seulement une réanimation, au sens où ils mourront une seconde fois.

Quel jour Jésus est-il ressuscité ? Le dimanche. C’est le premier jour de la semaine. C’est la raison pour laquelle les chrétiens sont rassemblés ce jour-là pour prier, louer et célébrer notre Créateur et notre Sauveur. La résurrection de Jésus est au cœur de la foi des chrétiens. Même de la mort, même d’un mal, Dieu peut en tirer un bien. St Paul parle de Jésus ressuscité comme étant « le premier-né d’une multitude morts. » (Col 1,18b) Nous aussi, nous sommes appelés à ressusciter. Si c’est encore de l’ordre de l’espérance, c’est que ce n’est pas réalisé. C’est une promesse que Dieu a réalisée comme il l’a déjà fait pour d’autres auparavant dont celle d’envoyer le Messie, le Christ, en Jésus.

Comment allons-nous ressusciter ? De même que Dieu nous a donné la vie biologique, naturelle, à nos corps, à travers l’amour de nos parents, Il nous donnera la vie éternelle par sa puissance infinie de Vie. Et pas seulement à l’âme immortelle, mais aussi à notre corps mais si ce sera transformé, comme ce fut le cas pour Jésus, qui bien que le même n’a pas été tout de suite reconnu par ceux avec il avait vécu trois ans.

les ressuscitésOù Dieu pourra-t-il mettre autant d’êtres humains alors qu’il y a déjà plusieurs milliards de femmes, d’hommes et d’enfants ? S’il l’a promis, c’est qu’il le fera : c’est son problème mais il y arrivera.

Parmi tous les aspects de l’évangile, arrêtons sur le rapport à la Parole de Dieu. Les sadducéens citent la Parole de Dieu, comme le diable lorsqu’il a tenté Jésus au bout des quarante jours au désert (Lc 4, 1-13) après son baptême. Je souligne deux dangers : 1) sortir une phrase de son contexte (ce qu’il y a avant et après) et même de toute la Bible, de toute la révélation ; 2) se servir de la Bible pour justifier ses idées et opinions en en faisant un argument d’autorité, l’instrumentaliser à son profit, au lieu de servir la Parole de Dieu, en partant de son écoute et d’en tirer la/les conséquences pour aujourd’hui.

En conclusion, gardons en tête que Dieu donne la Vie et qu’Il re-suscite la vie quand elle est en danger. Nous avons déjà traversé des petites morts et des petites résurrections, des renaissances. Jésus est la Parole de Vie qui fait grandir, qui rend heureux et qui aide à faire des choix entre ce qui est bien et ce qui est mal. Il nous reste à vivre pour Lui. Vivons avec Lui. Vivons par Lui. Vivons en Lui. Car, sans Lui, notre vie manque de goût, elle n’est pas la même.

2 Th 2,16 - 3,5 ; Ps 16 ; Lc 20, 27-38
P. Olivier Joncour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog