L'accueil de Dieu fait changer Homélie 16° dim TO C (17.07.2016)

Dimanche 17 juillet 2016 16° dim TO A St EH PP, Colombes

L'accueil de Dieu fait changer

Dans la discussion avec le docteur de la Loi, Jésus lui avait permis de découvrir l’essentiel, la colonne vertébrale dont tout le reste dépend : l’amour de Dieu, et celui du prochain comme de soi. Jésus avait explicité l’amour du prochain avec la parabole du Bon Samaritain qui n’a pas fui ses responsabilités à l’égard d’un homme en danger de mort. Saisi de compassion, il lui avait prodigué les soins nécessaires pour qu’il retrouve la santé du corps et de l'âme. Ce dimanche, dans le passage qui suit immédiatement, avec l’invitation de Jésus par Marthe, nous découvrons un nouveau modèle de disciple, ce que produit l’accueil de Dieu dans notre vie et qu'il a sans doute des changements d'attitudes intérieurs à vivre.

Un nouveau modèle de disciple
Chez ces deux sœurs, nous trouvons deux manières de vivre et d’illustrer l’amour de Dieu et du prochain, ici fusionné, en ce qui concerne l’amour de Jésus en actes et en vérité, lui qui est pleinement Dieu et vraiment homme. Marthe et Marie, deux manières d'illustrer l'amour de Dieu et du prochainEn invitant et en accueillant leur ami Jésus, en se mettant en cuisine pour lui et sa sœur, Marthe ne voit peut-être en lui que l’homme, l’homme qui a besoin d’amitié et de repos quand la mission est fatigante et qu’il sait que ce qu’il va devoir vivre ne sera pas de tout repos. Au contraire, Marie a peut-être déjà discerné en lui l’être divin qu’il est, que ses paroles de feu qui captivent les foules, que les guérisons qu’il fait ne peuvent pas venir que de lui : il est l’envoyé du Père et l’Esprit Saint agit et parle par lui. En s’asseyant aux pieds du Seigneur¸ elle est dans la posture du disciple que son maître enseigne. Elle écoutait sa parole. Elle boit ses paroles. Elle l’honore de sa présence et de sa disponibilité. Ce qu’elle fait et ce que Jésus autorise, voire encourage, est révolutionnaire pour l’époque : une femme qui est disciple, qui peut se consacrer au Seigneur ! Quelle libération par rapport au quotidien des tâches ménagères et domestiques, …
Du point de vue de la vie de notre Eglise et de notre communauté, nous avons à nous demander si nous sommes dans la répétition comme Marthe ou si nous sommes marqués par la grâce par la liberté. N’avons-nous pas à passer du « on a toujours fait comme cela » à l’accueil de la visite et de la nouveauté de la proximité de Dieu en Jésus qui fait toutes choses nouvelles ?

L’accueil de Dieu
Dans la première lecture et l’Evangile, nous découvrons le visage d’un Dieu qui vient à notre rencontre, qui vient nous visiter, qui vient demeurer chez nous, alors que nous pensons que nous devons faire tellement d'effort pour le rejoindre. Et Il continue de le faire avec combien d’entre nous. Il ne s’impose pas par la force, mais il s’approche sur la pointe des pieds. « Voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui ; je prendrai mon repas avec lui et lui avec moi. » (Ap 3,20) Dans l’extrait de la Genèse, il y a quelque chose d’étonnant : à la fois trois, et en même temps un seul comme le dit : Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Et dans sa salutation, il passe au singulier : Mon seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur. Avant de passer au pluriel : permettez que l’on vous apporte un peu d’eau, … et la fin du texte revient au singulier : le voyageur reprit : ‘Je reviendrai chez toi au temps fixé’. Pas étonnant que la contemplation de ce récit ait fait méditer les disciples de Jésus jusqu’à l’exprimer dans Icône de la Trinité d'André Roublevla très belle et célèbre icône de la Trinité du moine orthodoxe André Roublev.

Changement d’attitudes intérieures
Le comportement de Marthe, son interpellation de Jésus au sujet de sa sœur d’une part, l’écoute de Marie et la réponse de Jésus d’autre part, doit nous faire réfléchir. Jésus nous invite à nous convertir, à changer de regard intérieur sur les personnes et les situations. N’avons-nous pas à passer du groupe de ceux qui râlent, qui se plaignent, qui trouvent que les choses vont mal à l’équipe de ceux qui se réjouissent, qui voient les progrès, les avancées ? N’avons-nous pas à passer du groupe de ceux qui sont jaloux de la situation des autres, de leurs qualités, de leurs avantages et de ceux qui se comparent aux autres à l’équipe de ceux qui sont heureux de ce qu’ils vivent car ils sont avec le Christ Jésus, car ils sont à la place qu’il veut pour eux ? N’avons-nous pas à passer du groupe de ceux qui agissent pour Jésus à l’équipe de ceux qui sont avec lui à tout moment et en toutes choses ?

Quelle belle coïncidence : quand nous avons choisi les textes bibliques qui pourraient être lus lors de la prière à la chapelle, avant les Petits-déjeuners fraternels du dimanche matin, ce sont la 1° lecture et l'Evangile de ce dimanche qui sont venus. L'été, où nous sommes invités et où nous invitons, soyons donc attentifs à la qualité de notre accueil, comme le demande St Benoît dans sa Règle : accueillir toute personne de passage comme si c’était le Christ (53, 1-2).

Gn 18, 1-10a ; Ps 14 ; Col 1, 24-28 ; Lc 10, 38-42
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog