Jésus, inspirateur des scouts Homélie (26.06.2016)

Dimanche 26 juin 2016 13° dim TO C, St PP Colombes Messe de fin d’année du groupe scout

Jésus, inspirateur des scouts

Baden Powell, fondateur du scoutismeQui a créé le scoutisme ?

- Baden Powell, en Angleterre au début du XX° S.Père Jacques Sevin

Quel prêtre français lui donné sa dimension catholique ?

- P. Jacques Sevin.

Et pourtant, dans l’Evangile que nous venons d’entendre, plusieurs points ont attiré mon attention pour faire le lien avec le scoutisme.

Jésus est en marche, en direction de Jérusalem : il prit la route de Jérusalem ; en cours de route il fait des rencontres : mode de vie itinérant. On pourrait croire que Jésus est le 1° chef scout de l’histoire : il forme ses scouts, ses disciples. Il est attentif à la nature et s’en inspire pour raconter ses paraboles et présenter la logique du Royaume de Dieu. Il est attentif à chaque personne, en particulier les plus faibles, les malades, les paralysés, les exclus. Il veut toujours donner une nouvelle chance à ceux qui sont tombés. On a l’impression qu’il est toujours en explo, allant de village en village. Il demande de l’eau quand il a soif. De même qu’il y a des lieux où Jésus est accueilli et d’autres où ce n’est pas le cas, il y a des lieux où l’on est bien accueilli comme chrétien ou scout, et d’autres non.

Jésus met les autres en mouvement : des messagers se mirent en route. Il met en mouvement, il est entré dans un dynamisme qui le fait aller de l’avant, toujours plus loin, au-delà des difficultés et des épreuves. Avec le psalmiste, nous pouvons dire, tu m’apprends le chemin de la vie.

Jésus refuse la violence ou de se venger : il refuse de faire ce que les disciples lui demandent : d’envoyer le feu qui détruit parce que des villages ne veulent pas le recevoir Jésus. Face à la violence ou la force, il choisit la douceur. Il ne s’entête pas.

Comme quand on est scout, Jésus pose des conditions exigeantes à ceux qui veulent le suivre, car ceux qui disent : je te suivrai, les premier et troisième, ont été séduits par Jésus, par ses paroles, par sa manière d’être, de parler. Il ne vit pas sous la tente, mais il a une vie simple qui lui permet de faire sentir qu’il est proche de tout le monde. Il met en garde contre des fausses idées : tout n’est pas facile : Si les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids, lui n’a pas d’endroit où reposer la tête, même pas un tapis de sol ni un lieu fixe. Ce n’est pas toujours facile. Il est possible qu’il y ait des résistances, des freins, des réticences : c’est normal. Il est important de les identifier et de voir ce qui est surmontable ou non. préparation de ses affaires avant le départ en campCe n’est jamais facile de quitter son confort, son lit, sa salle de bains, son ordi au moment de partir en camp, et en même temps, nous avons tous fait cette expérience qu’au bout de 2 ou 3 jours, comme ce qui est vécu est tellement fort et différent du reste de l’année, cela ne manque pas tant que cela. Pourquoi des étudiants et des adultes deviennent chefs, responsables de groupe, trésorier, et veulent faire vivre cette pédagogie du scoutisme à des plus jeunes, n’est-ce pas parce que cela les a aidés à grandir eux-mêmes ou qu’ils ont l’intuition que ce qui est bon pour les jeunes est aussi bon pour eux.

Jésus appelle et laisse libre, il propose ; il n’impose rien par la force.

Même si on n’est pas en uniforme toute sa vie, il y a un esprit scout. De même que Jésus a envoyé ses apôtres et ses disciples : pars et annonce, il y a un engagement moral personnel à continuer de vivre selon la loi des scouts toute sa vie, chaque jour, à la maison, à l’école, au travail. Entre deux personnes qui ont la même formation et le même diplôme, inscrire dans son CV qu’on a été scout ou chef fait souvent la différence.

Avec la transmission entre Elie et Elisé, il y a une succession comme entre Stéphanie et Mathieu, et Laïla et Nicolas. Prions pour eux, tous ceux qui vont partir en camp et ceux qu'ils vont rencontrer.

1 R 19, 16b.19-21; Ps 15; Ga 5, 1.13-18; Lc 9, 51-62
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog