Disciples du Christ Homélie 12° dim TO C (19.06.2016)

Dimanche 19 juin 2016 12° dim TO C PP Colombes Messe fin d’année AEP

Disciples du Christ

Les lectures bibliques de ce dimanche nous éclairent sur nos vies : nos ? d’identité, sur les effets du baptême et comment devenir disciples.

Question d’identité
Entre 12 et 18 ans, on se demande qui on est, si on plaît aux autres. Si on sait à peu près d’où on vient, on ignore en bonne partie où on va. Les repères sont parfois flous. C’est l’âge où on a besoin de s’identifier à des héros. Pour les chrétiens, ces héros portent le nom de saints. Les super héros se prosternent devant JésusA un âge où on aimerait bien rencontrer son héros, où nous voudrions ressembler à des super héros de BD ou de films, ou aux héros virtuels des jeux vidéo. Prenons garde de ne pas vivre par procuration, à côté de la vraie vie !
Je pense maintenant à tous ceux qui révisent pour le brevet ou qui passent le bac. Autant quand on est à l’Eglise, la bonne réponse aux questions c’est souvent ‘Jésus’, même si vous ne vous souvenez pas de la question, autant, ce jour-là, Jésus a posé une question à laquelle il n’avait jamais donné la réponse, ni ce jour-là ni plus tard. Il sait qui Il est. Il n’a pas besoin que les autres le lui disent. S’il pose la question aux disciples, c’est pour qu’ils prennent conscience de qui il est vraiment, au-delà d’une certaine fascination. attention au risque d'être manipuléA certains moments, on peut être subjugué par quelqu’un. Mais ne suis-je pas manipulé, obnubilé ? Qu’est-ce qui me fascine, même si c’est valorisant ? Je me sens valorisé dans le regard de cette grande personne, mais il y a quelque chose qui m’empêche d’être moi-même et même de grandir car l’autre m’écrase. Ne devenons pas l’esclave d’un autre. Jésus, au contraire, nous rend libres. Passons des amis sur Facebook au livre de la foi, La Bible, le livre de la foi, Faithbookle Faithbook, la Bible où nous avons des amis qui nous aident à grandir dans la foi en Dieu : Abraham, Moïse, les prophètes, Job, les apôtres, les femmes de l’Evangile et tant d’anonymes.
Quand Jésus pose sa question, il compte sur leur intelligence et l’Esprit St pour aider les disciples à trouver la bonne réponse en faisant le lien entre ce qu’ils ont entendu et vu et ce que les prophètes juifs ont dit sur le Messie. Il a eu raison. De notre côté, nous avons à passer des réponses des foules qui font référence à ce qu’elles connaissent du passé : Jean le Baptiste, Elie, un prophète d’autrefois ressuscité à une réponse personnelle. L’enjeu est de passer du ‘on’ au ‘je’, du général au personnel. Après la bonne réponse de Pierre, Jésus développe un point qu’il n’avait jamais dit. Et en plus il demande de ne pas le répéter. Pourquoi ? Il sait aussi qu’il y a un risque de se faire une fausse idée sur l’idée du Messie. Car autant il a guéri des sourds, des aveugles, des lépreux, et enseigné les foules, autant la manière dont il sera aussi un Messie souffrant et rejeté, va déconcerter.

Effets du baptême
Le baptême a uni au Christ ; appartenir au Christ Il y a une manière de faire partie d’une équipe sportive Jésus est notre leader, le joueur-entraîneurdont le Jésus est notre coachleader est Jésus. Il est le sélectionneur qui compose son équipe et le capitaine. Il est aussi l’entraîneur, le coach qui donne des conseils et qui motive. On n’est pas bien dans cette équipe ? C’est par le baptême qu’on y entre si bien que nous pouvons di-re : « Je ne serai plus jamais le même car je sais que Jésus m’aime. Rien ne sera plus jamais pareil. Son amour fait des merveilles. Jésus est ma vie, il m’a sauvé, il m’a libéré. » (Glorious Plus jamais le même in 1000 échos) C’est cela être son ami, son disciple.

Devenir et être disciples
Jésus pose des conditions exigeantes à ceux qui veulent le suivre, pour leur éviter de penser que c’est facile. En fait ce devient facile, si nous devenons comme lui, si nous laissons l’Esprit St agir en nous. Renoncer à soi, c’est faire une croix, comme celle de St André. C’est se décentrer de soi, de ses problèmes, de ses petits plaisirs. Autant la force centripète ramène au centre, à soi, autant la force centrifuge conduit vers les autres. Porter sa croix, est un plus, un + dans notre vie. Vous n’aurez donc pas besoin d’aller sur ‘Le bon coin’ pour en acheter une car vous l’avez reçu au début de la messe après que différentes parties de votre corps aient été marquées de ce signe de l’Amour de Dieu pour tous.
Celui qui veut sauver sa vie la perdra … C’est vouloir jouer perso, seul, sans les autres. Celui qui perdra sa vie à cause de Jésus la sauvera. Comment comprendre cette phrase de Jésus ? Faut-il mourir en martyr pour sauver sa vie ?, c’est se décentrer, regarder et agir avec les autres. La logique de l’Evangile, c’est le contrepied de l’esprit de compétition où le plus fort, le gagnant, c’est celui qui a le plus de points. Au contraire, c’est qui perd gagne : celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera.

Finalement, quel que soit notre âge, que nous soyons ados, jeunes, animateurs, parents, ou grands-parents, c’est une manière de se donner. Nous avons à faire de nos vies une offrande à Dieu, une eucharistie. Présentons-Lui nos vies pour qu’il les transforme comme le pain et le vin en son Corps et son Sang.

Ga 3, 26-29 ; Ps 62 ; Lc 9, 18-24
P. Olivier Joncour

Disciples du Christ Homélie 12° dim TO C (19.06.2016)
DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog