Justice et miséricorde Homélie 4° dim Carême C (6.03.2016)

Dimanche 6 mars 2016 4° dim Carême C St PP Colombes

Justice et miséricorde

Jésus, apparu à Ste Faustine, lui a demandé que l'Eglise dédie le dimanche après Pâques à la Divine MiséricordeA la demande de Jésus à Ste Faustine, Jean-Paul II a décidé que le dimanche après Pâques serait celui de la Divine Miséricorde. C’est ce 4° dimanche de Carême qui aurait pu être choisi. C’est le dimanche dit de laetare, de la joie, l’un des deux de l’année où l’on peut porter du rose au lieu du violet, un indice qu’on se rapproche de Pâques, de la lumière de la résurrection de Jésus qui vient éclairer les ténèbres.

La justice du pèreLe fils part de chez son père
Comme le lui demande le plus jeune de ses fils, le père partage ses biens entre ses deux héritiers. Il leur fait justice. De plus, même si ce fut sûrement difficile pour le père de voir son fils partir pour d’autres terre, il ne le retient pas. Il le laisse partir. « L’homme quittera son père et sa mère » (Gn 2,24). Dur, dur d’être père : il ne maîtrise rien : ni la décision, ni le moment du départ, ni celui du retour, ni les aventures et les dangers que vivra son fils loin de lui. Dieu notre Père est désarmé de nous voir parfois prendre le large, Lui tourner le dos, nous éloigner de Lui, de vivre comme s’Il n’existait pas.

Le fils individualiste, révélateur de la modernité
Sûr de lui, de son bon droit, après avoir pensé que l’argent lui permettrait de trouver le vrai bonheur, qu’il réussirait sa vie en tuant symboliquement son père en dépensant la fortune qui lui venait de lui, le fils cadet est finalement obligé de travailler car il ne peut plus faire autrement : porte-monnaie videson porte-monnaie est vide. Le seul travail qu’on lui propose est infâmant pour un juif : garder des porcs, un animal impur. De plus, par cette activité, il est mis à l’écart de la société et cela l’isole davantage : il n’a personne avec qui parler, personne à aimer, personne qui le regarde et pour qui il existerait encore. Non seulement, le cadet est coupé des autres, mais en plus, il est en mauvaise compagnie : difficile de tomber plus bas ! Que lui reste-t-il à part sa dignité de fils ?
Le fils rentre en lui-mêmeIl vit alors un moment étrange : alors que jusqu’à présent il recherchait tous les plaisirs que le corps pouvait lui procurer, il quitte les apparences et l’extérieur pour entrer en lui-même. Notre monde, cependant, ne nous aide pas à entrer en nous-mêmes, à souffler, à nous retrouver. Le silence fait peur : il donne du temps pour penserLe silence fait peur. Le silence pour écouter la Parole que Dieu nous adresse peut effrayer. L’activisme est une manière de s’étourdir pour éviter de se poser les bonnes questions sur le sens de sa vie. Dans notre monde, où nous vivons comme une fuite en avant, un tourbillon qui permet de s’évader de la réalité tantôt faite d’épreuves et de joies, le carême est un temps favorable, une occasion à ne pas manquer pour nous arrêter, pour nous poser, pour prier chaque jour, ou lors de la veillée du 11 mars à St Etienne St Henri et le jeudi 17 mars pour accueillir la miséricorde de Dieu pour tous, d’une manière ou d’une autre, à travers une ou plusieurs des quatre propositions qui nous sont faites. C’est donc au cours de ce moment d’intériorité, qu’éclairé par l’Esprit St, même dans les ténèbres, que surgit un éclair de lucidité : je vais retourner chez mon père. Sa décision de rentrer est pleine d’espérance. Même celui qui est tombé si bas peut se réveiller, et revenir au présent. Il prend conscience qu’il a presque tout perdu, tant aux yeux des autres, qu’à ses propres yeux. « C’est trop la honte ! » diraient des jeunes. Humilié, il est amené à reconnaître son tort.

Le père est hors du commun, extra-ordinaire
Il a été patient, il a un cœur tendre, …Le Père est miséricordieux Au retour de son fils qui, selon la justice humaine, a tout perdu, y compris ses droits, le père, au contraire, adopte une attitude de miséricorde qui dépasse alors la justice, si bien que sa miséricorde devient injuste pour le fils aîné. Pour l’instant, il est tout à son fils revenu à Lui, revenu à la Vie. Par son attitude, il redonne vie, rend la vie : il habille celui qui était nu (Mt 25,36), il le réintègre dans l’alliance pour exprimer aux autres la manière dont il voit et considère son fils pour qu’ils le regardent comme Lui.

Qu’est-ce qui ne va pas chez le fils aîné ? Il n’arrive pas à se réjouir avec son père du retour de son frère.Le fils aîné est méprisant pour son frère Il est jaloux car il est dans la comparaison, méprisant, hautain. Il ressemble au pharisien de la parabole au Temple : "je te rends grâce car je ne suis pas comme ce publicain" (Lc 18, 9-14). Il refuser de renouer la relation. Son état d’esprit blesse le père, assassine son frère en l’ignorant. Il refuse d’entrer dans l’attitude du père, il refuse d’être « miséricordieux comme le père ». La prière de Ste Faustine donnée avec le riz lui conviendrait très bien : « Aide-moi, Seigneur, pour que ma langue soit miséricordieuse afin que je ne dise jamais de mal de mon prochain mais que j’aie pour chacun un mot de consolation et de pardon. […] Aide-moi, Seigneur, pour que mes pieds soient miséricordieux pour me hâter au secours de mon prochain, en dominant ma propre fatigue et ma lassitude. »

Finalement, combien de fils cadets sont attendus par notre Père du Ciel ? Et combien d’autres, les aînés, devons-nous aller chercher qui croient être restés si près et qui sont en fait si loin dans leur cœur pour partager la joie dans ce repas de fête qu’est l’Eucharistie. A nous aussi, il est donné de faire l’expérience de la miséricorde reçue si nous revenons vers ceux que nous avons blessés. A nous aussi, il est donné de faire l’expérience d’être « miséricordieux comme le Père ». Ne désespérons pas : quand nous avons tout fait ce que nous pouvons et que nous confions au Seigneur ce qui est figé, ou bloqué, il peut agir très vite comme me le disait une paroissienne hier soir à la fin de la messe !

Jos 5, 10-12 ; Ps 33 ; 2 Co 5, 17-21 ; Lc 15, 1-3.11-32
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog