Disciples missionnaires Homélie 2° dim TO C (17.01.2016)

Dimanche 17 janvier 2016 2° dim TO C St Etienne St Henri Colombes

Disciples missionnaires

Ce que St Jean ne raconte pas, c’est qu’à la suite de ce premier signe, les marchands de vin de Cana ont fait faillite et ont déposé le bilan. Car nous allons voir comme un manque conjugué avec un esprit de service fait devenir disciple de Jésus.

Le manque de vin
Expérience du manqueDans notre civilisation nous sommes marqués par la peur du manque : de temps, de nourriture, d’amour, d’argent, … Nous avons du mal à savoir gérer la frustration, de ne pas être rassasiés immédiatement.
Ce constat du manque revient dans l’Evangile, comme lorsque Jésus n’a à sa disposition que cinq pains et deux poissons donnés par un jeune garçon pour nourrir une foule de 5 000 hommes (Jn 6, 2-13). Là aussi il accomplira un signe. Ces récits nous font comprendre que si nous présentons à Jésus ces manques, il peut les combler à partir du peu que nous lui apportons. Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rienOuf ! Nous sommes rassurés ! Et nous nous rappelons ce que dit le psalmiste : « le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien » (22,1). Il sait ce dont nous avons besoin comme avec la manne quotidienne qu’il a donné chaque jour aux hébreux au désert (Ex 16).
Par ailleurs, dans sa dernière encyclique, le pape François invite les riches à vivre dans une plus grande sobriété et simplicité de vie (Laudato si' n°11.126.222-225), car nous consommons au-delà de ce dont nous avons besoin pour vivre, pour que notre maison commune reste un lieu de vie pour tous ensemble. Acceptons d’être frustrés et de ne pas avoir tout, ni tout de suite.

L’esprit de service
Marie en indiquant le manque de vin à Jésus pour la fête à l’occasion du mariage s’est mise au service des mariés et de leurs invités. Les serviteurs, en se mettant aux ordres de Jésus à la demande de Marie, sont témoins et garants de la réalité du signe, qu’une transformation s’est opérée : l’eau est devenue du vin. Jésus n’a pas triché. S’il avait rempli lui-même les cuves, personne ne l’aurait cru : on aurait pensé qu’il avait directement rempli les jarres de vin. Ici, il a gardé le meilleur pour la fin.
Vivre l'esprit de serviceJe suis frappé, par l’esprit de service de beaucoup dans la paroisse pour que la chapelle soit accueillante, propre et fleurie chaque dimanche, et de voir comment les différents charismes sont présents et s’articulent les uns par rapport aux autres, comme St Paul le décrit dans la 1° lettre de St Paul aux Corinthiens.
A nous aussi, Marie nous demande de faire la volonté de son fils en nous mettant au service des autres et en acceptant faire confiance comme les serviteurs l’ont fait, même s’ils ne comprenaient pas pourquoi Jésus le leur demandait. Servir les hommes et Dieu, c’est rendre service sans chercher à en tirer un profit personnel comme François le dénonçait dans son homélie à Cuba, le 20 septembre 2015. C’est une question d’état d’esprit, que ce soit dans un service paroissial, une association, un syndicat ou un parti politique. Pour un baptisé, il exerce sa dimension royale qui prend part à la diaconie de l’Eglise.

Devenir disciples de Jésus
Jésus est venu à ce mariage accompagné de ceux qu’il a rencontrés et appelés les jours précédents. Ce jour-là, ils sont venus et ils ont vu (cf Jn 1,39a). Ils écoutent et sont les témoins de ce que Jésus dit et fait. Ils pourront dire : « Nous, nous étions à Cana de Galilée. Nous aussi, nous avons été émerveillés par ce qui s’est passé. Vous savez, la présence de Jésus a changé notre vie, comme il a changé l’eau en vin. Nous avons appris à le connaître et à la suite de cet événement où Dieu était à l’œuvre, nous avons mis la foi en lui. Nous avons compris que ce qu’il nous demanderait serait pour le bien de tous : la grâce de Dieu est illimitée et débordante. » Comme ce qui s’était passé pour les hébreux crurent en Moïse et en Dieu après le passage de la Mer Rouge (Ex 14,31).
Nous aussi, nous devons grandir dans cet être de disciple en formation permanente jour après jour, en vivant 5 essentiels et fondamentaux de la vie chrétienne : la vie fraternelle dans une petite équipe, l’écoute de la Parole de Dieu, la prière avec d’autres, le service en actes et l’annonce de la Bonne Nouvelle de Jésus mort et ressuscité. Oui, nous sommes envoyés à tous témoigner des merveilles que nous voyons.

Finalement, nous devenons alors des disciples missionnaires (François La Joie de l'Evangile119-121) en nous Tous appelés à évangéliser : des disciples missionnairesappuyant sur le don de l’Esprit reçu de Dieu pour le mettre au service des autres, si bien que l’extrait de la 1° lettre aux Corinthiens nous permet de faire la synthèse entre ces différents aspects : l’absence d’un charisme est un manque pour l’Eglise, pour une communauté alors que le Seigneur répartit pour mettre au service de l’ensemble du Corps du Christ, ce qui est toujours une occasion de s’émerveiller et de s’étonner et de grandir comme disciples de Jésus.

Is 62, 1-5 ; Ps 95 ; 1 Co 12, 4-11 ; Jn 2, 1-11
P. Olivier Joncour

les 5 essentiels

les 5 essentiels

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog