Plongée dans la miséricorde Homélie 3° dim Avent C (13.12.2015)

Dimanche 13 décembre 2015 3° dim Avent C Scouts Lumière de Bethléem EAP Baptême de Patrice

Plongée dans la miséricorde

Ce dimanche est riche, entre le début de l’Année de la Miséricorde, avec cette messe préparée et animée les Scouts et l’Equipe d’Animation Pastorale, et le baptême de Patrice, un de nos amis du Parvis qui est maintenant accueilli depuis plusieurs semaines dans un foyer du Secours Catholique à Antony.

Jubilé de la MiséricordeCe qui différencie le Pape François de ses prédécesseurs, c’est que la manière dont il choisit ses mots, ses images pour parler de l’Eglise et de la vie chrétienne sont compréhensibles par tous sans grande explication : l’Eglise est un hôpital de campagne qui prend soin des blessés de la vie, elle doit être la maison de Dieu ouverte à tous (La Joie de l'Evangile 47) « Vivre ensemble » ; elle doit sortir à la rencontre de tous ceux qui sont aux périphéries (idem 20) en « regardant vers les autres pour vivre et agir avec eux » : c’est cela « vivre la fraternité avec miséricorde » comme le propose la 2nde version du projet de notre paroisse que l’on vous remettra à la fin de la messe.

Mais, alors là, sur la miséricorde, on dirait que la machine s’est grippée. Ce mot, plus personne ne l’utilisait. On l’avait d’ailleurs presque oublié. Trop long - 5 syllabes alors que le monde de la communication préfère les mots courts et percutants - et compliqué à comprendre. Qui peut dire ce qu’est la miséricorde ? Je crois que des scouts ont déjà commencé à en parler. Je leur laisse la parole :

A : La miséricorde ! Halalaa, qu’est-ce qu’il aime les grands mots notre Pape François.. !
B : La Miséricorde, ça veut dire que Dieu nous aime et qu’il nous ouvre son cœur et qu’on peut avoir confiance en Lui.
C : Le pape nous invite à être miséricordieux… Encore un grand mot, mais ne paniquez pas, nous allons vous expliquer comment faire !
B : Ce sont des choses que nous pouvons et devons le faire tous les jours, même si on n’est pas scouts ! :
A : Ne pas juger
B : Pardonner
A : Prier
C : Ouvrir nos yeux
B : Aider, faire un geste qui rendra le sourire aux autres
A : Se rassembler
C : Apporter de la tendresse aux autres
B : Avec tous ces petits gestes, nous ferons grandir l’Espérance qu’il nous manque, celle qui change le monde.
A : Mais n’oubliez pas Marie, notre maman est à nos côtés, elle aussi nous aide à devenir lumière pour les autres.
C : Aujourd’hui, nous partageons avec vous la lumière de Bethléem, cette lumière de Paix.
B : Maintenant, à vous d’en faire de même avec ... 
A : ... Vos voisins (il y en a peut-être qui vivent isolés et seraient heureux de ce geste),
B : ... Votre famille, proche ou éloignée
C : ... Dans les hôpitaux
A,B, C : Ensemble, continuons cette chaîne, d’amour, d’espérance et de paix !!

C’est plus clair et c’est concret, n’est-ce pas ? Je vous propose qu’on envoie le texte au Pape François pour qu’il s’en serve pour ses audiences du mercredi matin, sur ce thème toute l’année. Ce que je retiens, beaucoup des choses que vous avez dites est très proche des réponses de Jean aux foules, aux publicains et aux soldats à l’unique question : que devons-nous faire ? Des actions simples liées à notre situation et qui nous mettent en relation avec les autres. Baden Powell, fondateur des scoutsVivez au mieux l’idéal scout proposé par Baden Powell dans votre famille, au collège ou au lycée.

Le thème de la joie traverse les lectures de ce dimanche : celle du prophète Sophonie est liée à la présence du Sauveur, du Messie, celle à laquelle St Paul invite les Philippiens. La joie est un don de Dieu. Aujourd’hui, elle est « la joie de l’Evangile ». Alors, ne nous laissons pas voler cette joie. Ne laissons pas s’éteindre la joie de Dieu en nous repliant bien au chaud derrière des portes blindées ou des digicodes quand d’autres dorment dans la rue.

Je rêve que ceux qui étaient blessés et qui ont été soignés par Jésus et ses amis, aillent à leur tour vers d’autres blessés de la vie – des personnes qui ont été quittées, des personnes seules, des personnes qui sont plus tournées vers le passé que vers l’avenir, pour les couples sans enfant, pour les drogués de la télé, de la bouteille de vin, d’internet, de jeux vidéo, de sexe – que nous allions vers elles pour les connaître, en prendre soin, et les conduire à Jésus, afin de leur proposer de vivre une vraie rencontre avec lui et ses amis, afin que Jésus les relève et les guérisse, et surtout donner envie à d’autres d’en faire autant.

Patrice, par le baptême dans l’Esprit Saint, vous allez devenir un fils de Dieu, un frère adoptif de Jésus et son ami. Vous savez le prix d’une amitié que rien ne peut acheter. Votre baptême vous donne de la joie. Et nous donne aussi de la joie. La joie d’une nouvelle naissance. Alors MERCI à vous. Vous avez grandi. Jésus et ses amis vous aident à vous relever. Devenez à votre tour un "disciple-missionnaire" (La joie de l'Evangile 119-121) porteur de la joie parce que vous avez fait l’expérience de l’amour infini de Dieu pour chacun de nous.

So 3, 14-18a ; Is 12 ; Ph 4, 4-7 ; Lc 3, 10-18
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog