La télé ou la messe Homélie Corps et Sang du Christ B (7.06.2015)

Dimanche 7 juin 2015 Corps et Sang du Christ B St EH Colombes, 1° communion

La télé ou la messe

Un dîner presque parfaitLa messe, c’est comme « Un dîner presque parfait » (M6), il faut y penser à l’avance, fixer une date, envoyer les invitations, faire un menu qui respecte des repères connus de tous, mettre et décorer la table, choisir le bon vin pour chaque plat, préparer l’apéritif, penser à l’ambiance, s’habiller en fonction de l’importance de l’événement. Après les préparatifs, il reste à accueillir chacun des invités comme s’il était unique, et même temps faire en sorte qu’il y ait une bonne ambiance entre chaque participant. Même si personne ne peut être à la fois derrière ses fourneaux et à table, il faut avoir suffisamment avancé chaque plat pour donner l’impression que tout s’enchaîne facilement, sans attente pour les convives. Il y a aussi tout un savoir-faire pour amener des sujets de conversation s’il y a un temps de silence, ou changer de sujet si on sent que cela va être tendu. A la fin, au moment où chacun repart, au-delà des compliments s’ils sont mérités, on retiendra non seulement les nourritures terrestres mais aussi ce qui aura élevé le niveau de la conversation.
Les préparatifs
Toute une histoireComme les préliminaires en amour, il faut accorder beaucoup d’importance aux préparatifs avant un repas important, sans risquer d’en faire « Toute une histoire » (Fr 2). Cela commence dès qu’on a pris la décision. Il faut s’organiser parfois bien avant et donner l’impression que tout est naturel demande souvent beaucoup de préparation. N’est-ce pas ce qu’a fit Jésus pour son dernier repas avec ses disciples ? Il a un scénario : un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre. Suivez-le, et là où il entrera, dites au propriétaire : « le Maître te fait dire : Où est la salle où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ? » […] les disciples trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit, et ils préparèrent la Pâque.
Et, moi, comment est-ce que je me prépare à venir prier avec d’autres ?
Ecouter et mettre en pratique
C’est l’engagement du Peuple de Dieu après que Moïse lui ait rapporté toutes les paroles du Seigneur. N'oubliez pas les parolesL’écoute a toujours été difficile. Pourtant, écouter, c’est considérer que ce que notre interlocuteur nous dit est bon. C’est aussi faire attention à ce que Dieu nous dit. Et le mettre en pratique, c’est reconnaître que c’est bon pour moi. Je bâtis ma maison sur le roc (Mt 7,24). C’est même une question de sur-Vie. De sur-Vie au sens où Dieu nous propose un Chemin de vie et de bonheur. Alors, vraiment, « N’oubliez pas les paroles » (Fr 2) et traduisons-les en actions.
Mangez
De façon surprenante, le verbe manger est absent des paroles de Jésus dans l’évangile de Marc : Prenez, ceci est mon corps. Or, même s’il arrive de jeûner, de se priver de nourriture, il est nécessaire et vital de manger. Manger pour nourrir son corps, lui donner de l’énergie et le carburant dont il a besoin pour se développer, pour rester en bonne santé. Et Dieu sait s’il est important de manger équilibrer « www.mangerbouger.com ». Il n’y a qu’en mangeant le Corps du Christ que nous devenons comme Lui et un de ses membres.
Et, moi, comment est-ce que je mange : comme si j’étais seul(e) à table, ou en tenant compte aussi des autres qui sont à mes côtés ? Et comment est-ce que je me présente pour recevoir le Corps du Christ ?
Buvez
De façon étonnante là encore, le verbe boire est absent des paroles de Jésus au sujet de la coupe : ceci est mon sang, le sang de l’Alliance, versé pour la multitude. Boire de l’eau jusqu’à ne plus avoir soif. Boire « de l’alcool avec  modération », sans excès, dans la limite où on reste maitre de soi, de ses paroles, de ses gestes.
Et, moi, comment est-ce que je bois : seul ou à plusieurs au point d’en devenir ivre, incontrôlable et violent ?
Partir

L'histoire continueAprès le dîner, « L’histoire continue » (Fr 2). On part changés par les rencontres et les discussions de qualité que nous avons vécues. On a été nourris à différents niveau. Et ceux qui nous ont accueillis nous disent sans le dire : maintenant, « C à vous » (Fr 5) d’en faire autant ! C dans l'airMême si « C dans l’air » (Fr 5), nous pouvons raconter ce que nous avons vécu. J’ignore si vous deviendrez un cuisinier reconnu par le jury prestigieux de « Top Chef » (M6), mais rappelez-vous toujours, qu’en se donnant à nous, Jésus nous dit en acte : « Que la force soit avec toi ! » et pour certains, c’est même d’ailleurs, la redécouverte de l’Eucharistie et « Le réveil de la force » (la Guerre des étoiles, 7, déc 2015).

Ex 24, 3-8 ; Ps 115 ; Mc 14, 12-16.22-26
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog