La résurrection de Jésus : intervention divine Homélie (2° dimanche temps pascal B) (12.04.2015)

Samedi 11 avril 2015 2° dim de Pâques Dim de la Miséricorde divine Profession de foi St PP Colombes

La résurrection de Jésus : intevention divine

La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme. Et une grâce abondante reposait sur eux tous. Autrement dit, la foi en Jésus ressuscité des morts peut changer la vie d’une personne et un groupe ! St Jean apporte une précision très importante : ces signes ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.
A quoi ça sert de croire en Dieu?La foi pose question. La foi pose des questions En voici deux parmi d’autres : ‘A quoi ça sert de croire en Dieu ?’ m’a demandé mon neveu Guillaume, le lundi de Pâques. Et aussi ‘Qui décidons-nous de croire ou de ne pas croire ?’ selon quels critères ? Selon la beauté physique ? Selon la bonté ? Selon la force ? Selon l’impression faite au premier regard ? Dans ce cas, avec les apôtres de Jésus qui sont des pêcheurs de Galilée ou des collecteurs d’impôts, il y a une erreur de casting dans le recrutement des attachés de presse et des leaders d’opinion. Pas de clown dns la publicitéC’est comme si une entreprise choisissait un clown pour faire sa publicité : il ne serait pas pris au sérieux, il ne serait pas cru. Tout le monde penserait que c’est une histoire drôle. Avec son nez rouge, qui le prendrait au sérieux ? A cause du maquillage, tout le monde se demanderait pourquoi il a besoin de jouer un rôle pour attirer l’attention su lui. Avec son costume et ses grandes chaussures de clown, tout le monde sait que c’est un déguisement. A cause de ses maladresses, il provoque le rire et tout le monde se moque de lui.
Revenons-en à ce qui est au centre, au cœur de l’affirmation de la foi des chrétiens : Jésus qui était mort, Dieu l’a ressuscité le troisième jour. Comme 99,99% des baptisés, nous n’avons pas eu le privilège de voir Jésus ressuscité. Thomas veut voir les plaies de la passion pour croire que Jésus est vraiment ressuscitéNous ne l’avons pas vu, et pourtant, même si nous avons parfois des questions sur certaines affirmations du ‘Je crois en Dieu’, ou des difficultés à en comprendre d’autres, nous croyons en ce Jésus, fils de Dieu et de Marie, arrêté, condamné à mort, crucifié, et mis au tombeau et que nous disons vivant depuis le 3° jour. Comme Thomas, nous aimerions toucher, avoir des preuves formelles, pour convaincre notre intelligence, pourtant nous n’avons que les quatre évangiles, les Actes des apôtres et les lettres de St Paul, et la vie de tant de personnes qui ont été touchées par lui. Plusieurs indices laissent à penser que la résurrection de Jésus de Nazareth n’est pas une invention humaine, mais un fait de l’histoire.
J’ai demandé aux Experts de Miami, de Manhattan et de Las Vegas de travailler ensemble, et de reprendre cette affaire classée par certains. Voici leur rapport :
pierre roulée du tombeau de JésusLa pierre qui fermait le tombeau de Jésus a été roulée, alors qu’il était sous la garde de plusieurs soldats. Quels hommes auraient pu le faire sans que les soldats s’en rendent compte ? Et ce n’était pas un décor en carton pour le cinéma . Nous devons donc écarter une intervention humaine.
tombeau vide de JésusLe tombeau est vide : nulle part dans le Nouveau Testament ou un autre document profane, il n’est question d’un hommage à la tombe de Jésus. Les linges qui avaient servi pour le corps mort de Jésus étaient roulés. Croyez-vous que des voleurs auraient pris le soin d’enlever les bandes autour du corps et de plier le linge qui était autour de la tête, en les posant à part.
Les femmes témoins de Jésus ressuscitéLes femmes sont les premières à trouver le tombeau vide et à rencontrer Jésus ressuscité. Si cela avait inventé, les auteurs n’auraient surtout pas mis ce témoignage dans la bouche de femmes, car dans l’antiquité, aussi bien chez les romains que chez les juifs, elles n’avaient pas le droit de témoigner dans un tribunal.
Ils ont été nombreux à rencontrer Jésus ressuscité et à Le reconnaître, alors qu’ils ne s’y attendaient pas et qu’ils n’avaient pas compris : on doit donc repousser l’autosuggestion du groupe des apôtres et des disciples et écarter l’hallucination collective. De plus, bien des disciples ont eu des doutes : pensons aux deux disciples partis tout tristes de Jérusalem vers Emmaüs, ou encore l’apôtre Thomas qui veut toucher les plaies de Jésus pour croire. Enfin, si cela avait été une invention, on peut penser que Jésus aurait été immédiatement reconnu par ses plus proches disciples. Si Jésus n’était pas ressuscité, s’il n’était pas apparu à 500 personnes selon St Paul, dont beaucoup étaient encore vivants quand il écrivait, en l’an 56, il serait passé pour un menteur, et personne ne lui aurait plus fait confiance.
Les chrétiDu sabbat au dimancheens ne se réunissent plus pour le sabbat, mais le lendemain, le dimanche. Si l’on considère l’importance du sabbat pour les juifs, alors seul un événement bouleversant pouvait amener à renoncer au sabbat et à le remplacer par le premier jour de la semaine.
Le dernier élément, c’est le contexte de crise des événements vécus par Jésus et les apôtres : la trahison de Judas, le reniement de Pierre, la fuite des disciples, la mort de leur leader, et la peur qui les fait ensuite s’enfermer chez eux. Comment, en si peu de temps, ce même groupe a-t-il été transformé de gens apeurés et renfermés en personnes qui se mettent à proclamer la Bonne Nouvelle de Jésus avec un dynamisme nouveau et inattendu et une assurance impressionnante, jusqu’à accepter d’être mis en prison, torturés, et tués pour certains. On ne donne pas sa vie pour une histoire inventée, mais pour un homme vivant ou une cause qui nous dépasse.
Bien sûr, la foi donne la joie, la foi libère, la foi enfante, la foi donne la joie et la paix, la foi partage, la foi donne le choix ; la foi donne des frères et des sœurs, la foi se partage, la foi espère le meilleur, la foi enchante l’Eglise et le monde. Notre Dieu est vivant. Il n’est pas enfermé dans un livre, ni dans un concept ou des idées, mais c’est une relation à entretenir avec le Seigneur de nos vies, au quotidien. Cela donne de la fougue, un élan et de l’audace. Dieu est bon.
Finalement, croire en Dieu, c’est recevoir la foi comme un cadeau à recevoir, et un trésor à partager. Croire en Jésus, c’est cultiver une amitié avec le Fils de Dieu qui a partagé notre vie humaine et terrestre et qui nous a aimé jusqu’au bout. Croire en l’Esprit Saint, c’est qui nous souffle le meilleur de Dieu. Et croire dans l’Eglise, c’est n’être jamais seul ! Alleluia ! Amen !

Ac 4, 32-35 ; Ps 117 ; 1 Jn 5, 1-6 ; Jn 20, 19-31
P. Olivier Joncour

DiMails © 2006 -  Hébergé par Overblog